mercredi 10 octobre 2012

Pigeons 2. Objectif : ne rien payer du tout

La semaine dernière le gouvernement capitulait sous l'effet de surprise des Pigeons et leurs 40.000 clicks. En 5 jours de chambre d'écho médiatique ultra-favorable autour du mouvement en ligne, quelques grosses légumes cramponnées à leurs avantages fiscaux nous jouant l'hiver 54 du capital-risque et la menace d'un exode à l'étranger alors que pour certains ils y vivent déjà, étaient reçus à Bercy pieds sous la table avec un Perrier rondelle pour renégocier le projet de loi de Finance 2013 un peu trop corsé à leur goût.

A l'issue de la rencontre (avant même), Le Ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, annonçait des "aménagements". Si les plus-values de cession restent finalement soumises au régime actuel: taux d'imposition de 19% + 15,5% de prélèvements sociaux (on apprécie le geste), l'entrepreneur cédant sa société serait totalement exonéré d’impôt sur la part faisant l'objet d'un réinvestissement dans une entreprise française, à condition qu'il y occupe des fonctions dirigeantes. En revanche, le capital-risqueur, lui, ne bénéficierait pas du rabais à la revente de ses actions. 

Si le gouvernement dépréciait son image (je n'ai pas entendu au Bourget le 22 janvier 2012 que le pays serait géré selon les couvertures du Financial Times), l'entrepreneur qui galère (paradoxalement écorné par le mouvement) en ressortait renforcé par rapport au "capital-risqueur" à prise rapide (le mot tendance pour spéculateur)On pouvait donc croire que ces concessions suffiraient à apaiser les appétits  Mais ce n'est pas maintenant que l'on a mis le pied dans la porte que l'on va s'interdire de la défoncer un peu plus !

Hier soir, dans un communiqué, toutes les organisation patronales (à l'exception de la CGPME), les représentants autoproclamés des patrons de start-up et des Business angels s'associent au mouvement des Pigeons et appellent le gouvernement à renoncer sur son texte sur la taxation des plus-values.

Morceaux choisis : 
"Les aménagements envisagés en matière de seuils et de durée de détention ne remettent pas en cause fondamentalement les principes de l'article 6 du PLF [...] Le dispositif proposé affecterait lourdement la stratégie de croissance des entreprises. Ces dispositions, prises sans concertation, auraient des conséquences très néfastes en matière de développement économique. Conscients de la gravité économique, nous demandons solennellement aux pouvoirs publics de retirer le nouveau dispositif de taxation de ces plus values." (Oui, "conscients de la gravité économique", ils demandent solennellement à être moins imposés que le commun des mortels). 

Info ou Intox ? Bluff préalable au communiqué ? Le quotidien Les Echos nous apprenait hier qu'il n'y aurait finalement peut-être pas de distinction entre les créateurs d'entreprise et les gros actionnaires (condition: qu'ils détiennent entre 10 et 15% du capital et qu'ils le gardent un minimum de 2 à 5 ans). Conclusion: si cela ce confirme, c'est non seulement un recul de plus, mais une belle grosse niche fiscale. Oui, au moment où l'on nous annonce que la rigueur c'est sacré. 

Quelle sera la prochaine demande de nos opprimés ? Ne plus payer d’impôts du tout ? Ne plus payer les salariés ? Disposer de dérogations pour les écraser en 4X4 ? Les trois à la fois ?

28 commentaires:

Politeeks a dit…

bah oui, quoi : ils ne veulent pas payer d'impôt du tout ! voilà le message, tu comprends y'a qu'EUX qui inventent, qui produisent, qui innovent.

Toi pauvre con de salarié, d'indépendant t'es qu'un pauvre merde, qui doit fermer sa gueule et leur bruler un cierge pour attirer leur attention.

Vincent JOBARD a dit…

Je propose de revenir a de vraies idées ultralibérales pour sauver nos entreprises comme abrogation de l'abolition de l'esclavage.
C'était moins compliqués en ce temps là, et c'est pour ça que la France était un grand pays.
Il y a en marre de ce droitdelhommisme qui empêche la France de se relever

A bas l'état ! a dit…

Sans parler du code noir, le code qui tue, le code du diable, le code de la route soviétoïde, le code du travail ! Bloarrrrrppppppppp


*excusez moi pour la vomissure*

Code de félon derrière lequel se cache une armée de fonctionnaires bolchéviques, code qui coûte pas moins de cent milliards d'euros par an au contribuable !!

Une infamie de plus dans ce pays qui a déjà plus de 40 ans de communisme débridé derrière lui(même sous sarkozy on était encore la risée du monde !).

Il y a pourtant d'autres pays qui donne un peu l'exemple en trouvant banal de travailler au minimum 80 heures par semaine, en trouvant pertinent de dormir sur le lieu de travail, en acceptant l'idée, que tous les employés ne peuvent pas forcément être rémunérés, en ne cotisant pas, et surtout, surtout, en ne payant pas le moindre impôt !!

Mais en france, nonnnnnnnnnnn, houlà mon bon monsieur, on préfère v(i)oler le contribuable en se reposant sur l'état, sur le code du travail, sur les minimas sociaux !!

Voilà pourquoi je préférerais toujours la somalie à des pays ultra-marxiste comme la france...

omer a dit…

...comme [l']abrogation de l'abolition de l'esclavage...

Mais vous n'y pensez pas ! Les esclaves il faut les acheter, leur donner (un peu) à manger, sinon ils meurent, c'est ballot... Tout ça ça coûte des sous...
Alors que maintenant ils viennent de leur plein gré, certes on doit les payer (un peu) mais finalement c'est moins cher...

Arthur Hache a dit…

Si on ne peut plus taxer le secteur marchand pour préserver les privilèges, comment le Socialisme, cet héritage de l'Ancien Régime, pourrait survivre?

Anonyme a dit…

L'esclavage est le parent proche du socialisme. Touts les faits historiques concourent en ce sens. D'ailleurs le salariat tel qu'il est pratiqué dans certains pays, c'est à dire sans code du travail, sans taxes, sans charges, ni sans les menottes du bourreau-état, est bien plus rentable que ne l'a jamais été l'esclavage.

Pour qui sait chercher un peu sur internet, les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Benoit a dit…

Décevant, ce recul du gouvernement.

Le pied dans la porte des entrepreneurs a incité d'autres à mettre le leur.
Au menu du jour, les médecins libéraux (surtout ceux de secteur 2 comme le chirurgien esthétique niçois à l'origine de la pétition).

Bembelly a dit…

Quel recul?
Attendre le texte du projet de loi pour voir

Anonyme a dit…

Je viens d'apprendre que les députés à l'exceptions de 34 humanistes ont voté pour la règle d'or . Un bel article à faire dessus Seb .

Benoit a dit…

Ok pour attendre le projet de loi.
Effectivement, je me base sur les échos de la presse généraliste pour parler de recul, c'est probablement mon tort.

seb musset a dit…

Effectivement l'opération Arnault est venue des Echos, le barnum des Pigeons est parti de La Tribune...

Mais bon...ce matin dans La Tribune, le récit du repas des Pigeons qui a précédé le communiqué:

http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/20121010trib000724120/que-s-est-il-passe-mardi-soir-au-diner-des-pigeons-un-coup-de-force-du-medef-.html

Arthur Hache a dit…

C'est en effet dans la Chine socialiste que les «esclaves» de Foxconn ont fabriqué l'iPhone de @sebmusset pour qu'il puisse nous twitte ses états d'âme socialiste tendance «monopole du coeur».

seb musset a dit…

@Arthur Hache > N'ayez crainte. A force de réduction du coût du travail et de soucis de compétitivité, nos enfants aussi auront bientôt le privilège de partager ce progrès libéral que représente un travail à la chaîne des 10 ans pour 1 euro par jour sans couverture médicale.

Prosper a dit…

Au fait, 40 000 personnes qui "like" le lien sur Facebook, ça a quelle signification? Sans compter les comptes fb bidons, ça veut dire que 59 960 000 français n'ont pas "liké". Que 6 999 960 000 n'ont pas "liké" non plus. Il ne savent pas compter au gouvernement?

Et puis, au fait, je ne savais pas que seuls les gens présent sur facedebouc sont des citoyens français...

Va falloir que les socialo read le fuckin' manuel...

Propser again a dit…

J'oubliais:

Que de beaux propos (l'emploi, la liberté d'entreprendre, etc.) pour cacher une si prosaïque réalité: "On Veut Du Pognon!"

seb musset a dit…

@Prosper > On est d'accord. Lis le billet "stratégie du choc 2.0". Erreur fondamentale, même si ce n'est qu'une phase de négo et que rien n'est joué (d'ou le coup de force du Medef qui essaye de surfer sur la vague). Cette déférence est désastreuse en terme d'image en pleine période de plans sociaux.

Arthur Hache a dit…

@sebmusset Vous prenez encore vos désirs pour la réalité. Vous vous gardez bien de répondre à celui qui affirmait, à juste titre, qu'en réalité, c'est vrai, seuls le Socialisme et le National Socialisme, ces deux faces de la même pièce, ont tenté de rétablir l'esclavage dans leurs camps.

Anonyme a dit…

M'est avis, pauvre petite tâche de raclure lâche que, celui qui faisait une comparaison entre le socialisme et certaines pratiques comme l'esclavage, était dans une forme d'humour. Il est manifeste qu'il s'agissait de singer en quelques mots l’ersatz de critique du socialisme qui est systématiquement faite par les libertarés : raconter absolument n'importe quoi du moment que ca peut plaquer sur d'autres idéologies que la sienne, les résultats du néo-libéralisme.

C'est ainsi que le libertaré se retrouve souvent a essayer de convaincre des non-socialo et des gens peu à l'aise avec la notion d'état que le socialisme et l'étatisme sont des fléaux. Evidemment, face à de tels débiles, les gens finissent par se dire que socialisme et étatisme, finalement ca doit pas être si mal !

Quand on lit et entends les délires de fous-furieux sur lesquels vous rentrez quotidiennement en fusion, on en finirait même a avoir la nostalgie du goulag ! :-D

Se fader des débiles pareils pour qui le réel est aussi peu intéressant qu'ils en préfèrent la mythomanie et les romans, ma foi, au début ca ne fait pas rigoler. Mais au bout d'un moment ca devient une sorte de jubilation de voir la bêtise sans fond de nos neuneu liblairaux. :-D

Anonyme a dit…

Oui, et ceci dit, le Socialisme et le National Socialisme ont bien rétabli l'esclavage dans leurs camps au cours du 20ème siècle.

Même le négationisme le plus délirant n'y peut rien.

Mais pour ce qui est du "... pauvre petite tâche de raclure lâche... libertarés... les délires de fous-furieux sur lesquels vous rentrez quotidiennement en fusion (mon préféré,:-))... Se fader des débiles pareils... neuneu liblairaux...." faudrait penser à vérifier la presciption.

Anonyme a dit…

Ceci dit, plus sérieusement. Est-ce qu'il y a un exemple de gouvernement socialiste qui soit parti plus rapidement en vrille que le gouvernement de Hollande au cours des dernières années.

Parce que c'est presque extraordinaire. Avec les sondages, on semble bien parti pour un quinquennat de "Jamais dans l'histoire de la Vème République, un président n'a vu sa côte... etc, etc...

Anonyme a dit…

Effectivement, les libéraux vivent une sorte de négationnisme permanent, on le voit rien qu'ici dans les commentaires.

seb musset a dit…

@17.52 > Sur la vrille : C'est le regard qui est plus accéléré, les attentes plus grandes et le tempo média plus accéléré. Un jugement plus posé ne peut commencé à se faire qu'à 1 ou 2 ans.

seb musset a dit…

acéré pardon

Anonyme a dit…

Tu aurais mieux fait de corriger "commencé" que "posé", Seb.
Par ailleurs, sur le sens de ta phrase, je trouve ça beau, personnellement, de pouvoir remettre sa déception à plus tard.

seb musset a dit…

c'est le problème de rédiger ses coms sur Iphone. 12 fautes minimum.

Le Parisien Liberal a dit…

ne rien payer du tout ?? jusqu'à preuve du contraire, ce sont les contribuables qui payent, pas le gouvernement.

Nord a dit…

Il y a un truc qui me taraude: vous n'aimez pas les gens qui gagnent de l'argent - soit! mais sans entrepreneurs, sans indépendants, sans artisans, comment la voyez-vous la France? le pain, il vient d'une usine d'Etat? vous savez, Rachid, l'arabe en bas de chez moi, il n'avait qu'une épicerie il y a 10 ans - maintenant ils en a 3 et il a créé des emplois (oh bien sûr, c'est pas PSA non plus, mais enfin ça fait autant de chômeurs en moins) et quoi? il faut le mettre au pilori Rachid? car mine de rien, c'est un entrepreneur lui-aussi, même s'il d'appelle Rachid et qu'il a commencé avec une petite épicerie.

Franchement votre haine vous aveugle!

Fraternellement,

vincent a dit…

@Nord : sauf erreur de compréhension de ma part, Rachid n'a pas revendu son épicerie, et n'est pas visé par cette loi...

Mais ce qui est sympa dans cet exemple (et c'est là aussi l'erreur de com' des pigeons - pourquoi ce nom de rat-volant déjà ! ), c'est qu'il montre qu'il y a un souci plus large de financement des entrepreneurs...
Dont cette question de taxe n'est qu'un micro-aspect