vendredi 28 septembre 2012

Expulsez c'est gagné !


On a les révoltes populaires que l'on mérite. A l'heure où l'Espagne et La Grèce s'embrasent contre l'austérité, selon le quotidien La Provence, la nuit dernière à Marseille c'est à un camp de Roms que le peuple en colère a mis le feu, après en avoir délogé ses occupants "sans violences physiques" précise Le Figaro  inaugurant le concept de soft-expulsion avec une quarantaine de potes et des torches

Le plus terrifiant ? La razzia nocturne, selon l'AFP, est arrivée au vu et au su des élus locaux et de la police. Alors que l'hypothèse d'ébauche du début d'une manifestation possible contre des caricatures entraînait une interdiction d'office la semaine passée, préalable à une débauche policière sur Paris le jour même, étonnons-nous de la bonne fin de cette initiative citoyenne. 

Sur se fond de misère sociale, quand le concept "Indignez-vous", compris de travers, rencontre celui des "voisins vigilants" compris au premier degré: voilà ce qui arrive. Une partie des gouvernements successifs ayant jugé qu'il était plus simple de montrer les muscles avec une centaine de Roms qu'avec une dizaine de grandes entreprises en position de force, il n'est pas si étonnant qu'en bout de chaîne, par capillarité médiatique, des riverains désinhibés se mettent à en faire autant. D'autant que, dans ce climat de sérénité et de confiance avec les autorités, ce ne sont pas les Roms qui porteront plainte. Allez zou, affaire classée !

Reste à savoir qui sont vraiment ces "voisins excédés" et pourquoi un tel laissez-faire policier ? Le tout à une heure de l'intervention télévisée du Premier Ministre. 

Deuxième interrogation. A quelle heure Jean-François Copé nous fera son point presse sur l'intolérable stigmatisation des blancs dans les campings des Bouches-du-Rhône ? 

37 commentaires:

Toutatis a dit…

ça me parait incroyable que quand il est question des Roms on considère sans importance le fait que partout où ils s'installent les vols de toute nature augmentent considérablement.
Le vrai problème c'est leur comportement, les réactions qu'ils sucitent me semblent normales.

Azazaz a dit…

Mais que c'est pénible les moralisateurs à deux balles ..tu m'avais habitué à moins de bon sentiments dégoulinants.

Avant de juger les gens qui en viennent à cet extrême, essaye de comprendre les circonstances, et surtout de faire preuve d'abstraction pour identifier les vrais coupables.

Dans ce cas précis, la vindicte populaire est parfaitement justifiée, et l'absence de victime physique est un réel prodige qui est tout à leur honneur.

ZapPow a dit…

Admettons que les vols de toute nature augmentent considérablement, et que la vindicte populaire soit justifiée. Ce qui n'est pas justifié, c'est l'attitude des autorités et de la police : on ne peut pas prétendre être un état de droit, et laisser la populace se faire "justice" elle-même. Et si on n'est pas un état de droit, on est…

ladyapolline a dit…

Je crois pour ma part, que ces talibans vont être poursuivis, même si le Procureur a décidé de ne pas agir à chaud.

Anonyme a dit…

Sur le fond, je suis bien d'accord, on ne peut pas laisser une milice faire sa loi. Cela me dérange profondément.
Un petit correctif tout de même sur votre article, j'aurais ajouté une troisième interrogation: "reste à savoir qui sont vraiment ces pauvres roms victimisés".

Lo a dit…

Parfaitement d'accord avec ZapPow. On veut passer à la loi du + fort ? Faire "justice" soi-même ? A quand les armes en vente libre façon USA et la mise en place de barrières de protection façon Banlieue13 qui existent déjà en Amérique Latine pour protéger les démocrates aisés de la populace environnante ?
Dans le contexte actuel d'exaspération sociale en Europe, les mêmes qui applaudissent nos courageux marseillais vengeurs trouveront sans doute légitime qu'un désespéré acculé par le chômage / la rue / le divorce / etc / prenne une hache ou ses poings et s'attaque à un "riche" qui, il faut bien le dire, depuis qu'il est installé dans le quartier a singulièrement augmenté la violence immobilière...
Non ? Ah bon. Alors c'est à géométrie variable : quand ça m'arrange c'est la loi du + fort et quand ça m'arrange c'est la justice légale.
Ce genre d'attitude est symptomatique de la chute morale dans laquelle notre société se précipite un peu plus chaque jour, mais je ne suis qu'une vieille lune très attachée à Kant ("agis toujours de telle sorte que la maxime de tes actes puisse être érigée en loi universelle") et parfaitement obsolète. Je retourne donc à mes livres poussiéreux et vais graisser le P38 au cas zoù...

Toutatis a dit…

A mon avis on n'est pas dans un état de droit si on est laissé sans défense comme c'était le cas des habitants de ce quartier de Marseille. Il n'est pas possible que la police et la justice soient invisibles quand les gens sont soumis à des exactions et ne réapparaissent que lorsque ces mêmes gens en prennent acte et décident de se défendre eux-mêmes.
Si les menaces de se faire justice soi-même forcent les autorités à protéger la population du pillage, alors c'est une bonne chose.
Dans les cas des Roms il n'est pas question de "désespérés", car la mise à sac des lieux environnants est chez eux un mode de vie. Cela fait des dizaines d'années qu'on le sait (ça a commencé avec le pillage des parcmètres à Paris).

Euterpe a dit…

Excellent billet

seb musset a dit…

@Toutatis > Des chiffres ? Tiens j'en ai un : La population ROM c'est 0.03% de la population française.

@azazaz > Oui, bien sur le ratonneur est la victime et la femme violée l'a bien cherché. Je connais la chanson.

Je ne juge pas les gens, c'est la loi qui les jugera. Du moins, je l'espère

Les vrais coupables ? Ce sont les abrutis qui propagent, par cynisme, audience ou sottise, tout cela sur un mode "normal","c'est de leur faute" ou "ils sont pas comme nous"

Quant à "L'absence de victime physique est un réel prodige qui est tout à leur honneur" je l'inscris au livre d'or des commentaires les plus cons jamais laissés ici.

ZapPow a dit…

@ Toutatis

Ils ont été agressés par les Roms, les gens du quartier ?

Toutatis a dit…

Le problème ce ne sont pas les gens, comme nous ou pas, ce sont les actions : les cambriolages en série, les dégradations multiples pour voler le cuivre : lignes SNCF, internet. Et à chaque fois qu'un est pris, c'est condamnation avec sursis, très grosse amende et disparition du coupable (sans payer l'amende).

seb musset a dit…

Un riverain de #Marseille 15 sur @franceinfo se justifie : "ils n'étaient pas violents mais pouvaient le devenir." (via Sylvain Lapoix)

Azazaz a dit…

@seb ta réaction est très décevante. Toujours les mêmes poncifs idiots, en plus d'utiliser les procédés réthoriques que tu dénonces pourtant (le coup de la femme violée responsable, steuplé...que c'est bête comme remarque).

tmn a dit…

Le truc vraiment étonnant est que ce genre d'événement ait tant tardé. La merde monte, les boucs émissaires vont être mis à contribution...

Au fait j'espère que Charlie Hebdo va nous montrer son attachement à la liberté d'expression en publiant des petits dessins de Roms en train de sodomiser des animaux. Pas de raison de se laisser intimider les gars !

Anonyme a dit…

MARSEILLE, LES MYSTÈRES D'UNE "EXPULSION"
Par Daniel Schneidermann le 28/09/2012
Que s'est-il passé, jeudi soir vers 19 heures, à Marseille ? Les sites de presse du matin, reprenant tous une brève de La Provence, et une dépêche de l'AFP, font un concours de synonymes. Une trentaine d'habitants de Marseille ont "expulsé" (Le Parisien) des Roms qui occupaient depuis quelques jours un terrain proche de la cité des Créneaux. Ils les ont "délogés" (Europe 1); "chassés" (Le Point); "fait fuir" (Francetv.info). Aucun journaliste n'ayant assisté à la scène, il faudra s'en tenir aux versions des habitants (ou des Roms délogés, mais cela semble plus improbable).

Ou encore des policiers. Car la police, selon l'AFP, a assisté à la scène. Sans intervenir, apparemment, puisque "l'expulsion", ou la "chasse", a été menée à son terme. D'où quelques questions du matin: la police avait-elle des consignes ? En a-t-elle demandé à la préfecture pendant que se déroulaient les faits ? Ladite préfecture en a-t-elle à son tour demandé au ministère de l'Intérieur ? Questions d'autant plus pressantes que les habitants, dans l'après-midi, avaient prévenu la maire socialiste des 15e et 16e arrondissements de Marseille, Samia Ghali, celle qui avait, voici quelques semaines, demandé au gouvernement l'intervention de l'Armée pour régler les problèmes de sécurité, de leur intention de passer à l'action, si les Roms n'étaient pas délogés par la police. On peut imaginer que l'élue a elle-même averti la préfecture, laquelle a donc disposé de quelques heures pour arrêter sa ligne de conduite. On serait dans un Etat de droit, et plus encore dans un Etat de droit sous un gouvernement de gauche, ces questions seraient posées, et le gouvernement (de gauche) aurait à coeur de ne pas laisser accréditer le soupçon qu'il laisse se constituer des milices spontanées d'évacuation des Roms. Mais patience. Elles le seront peut-être.

Dans la foulée, ces habitants ont incendié ce qui restait sur le campement après le départ des Roms, à savoir des vêtements et de l'électroménager. La police, qui n'a verbalisé personne, maintient pourtant qu'aucune infraction n'a été relevée. Avis aux amateurs: incendier, sous les yeux de la police, le bien d'autrui, ne constitue plus une infraction. Où l'on découvre que Manuel Valls, mais oui, peut aussi parfois être laxiste.

Anonyme a dit…

Quand j'ai entendu les infos le seul mot qui m'est venu en tête c'est pogrom... Désolée pour le point Godwin.
J'espère que ces gens ne resteront pas impunis sinon d'autres penseront avoir le droit de faire justice eux-mêmes.

Anonyme a dit…

Il y a pourtant des groupes ethniques autrement plus "nuisibles" que les roms. Notamment un, dont la blancheur de peau est à l'aune de la pureté de sa malfaisance : crimes en tout genre dont les tortures(physiques et mentales)qui sont pourtant méconnues, assassinats, prémédités ou non, génocideS, viols, pédophilie sous-jacente quasi-culturelle, religion hypocrite et porteuse de haineS et d'intolérances, de crimes et encore de torture... De racisme également, qui est depuis toujours purement et simplement nié, avec toute la mauvaise foi du monde(ne nous privons donc pas d'imiter le racisme de ce merveilleux groupe ethnique si exemplaire pour les autres civilisation mais dans l'autre sens cette fois-ci, histoire de donner des échantillons gratos à la civilisation supérieure de ce que "l'autre humanité" subit à longueur d'années \o/).

Maltraitance généralisée envers les femmes, les enfants, et dans tout ces crimes que je vise, il n'y a aucun désespoir qui en est le motif, mais une volonté très claire et affichée d'agir comme des "tauliers".

Et ce n'est qu'un infime échantillon des crimes innombrables commis absolument partout où ils peuvent les commettre(y compris en "terre-étrangère"(ce terme est LULZ au possible). Si un jour "l'autre humanité"(celle qui est "bronzée") décide de généraliser ou d'intensifier le pogrom à l'égard de cette si merveilleuse "ethnie", il sera de bon aloi d'essayer également de comprendre le pourquoi du comment, excédés, une populace(mais plus "colorée" cette fois-ci)en vienne à se faire justice elle même.

Ma foi, si un bon petit génocide de sales gueules de white-zombie ou à défaut de "mieux", un bon petit pogrom, permet de forcer les "autorités" à protéger l'ensemble des bipèdes et pas juste quelques faces de craies qui se sentent plus européens(et plus "méritants", on croit rêver :S), pardon, plus "français" que d'autres, ça sera une bonne chose. Ou pas.

On a hâte.

Hâte de voir les sois-disant chercheurs de vérités et d'exactitudes(sois disant)se dresser sur leur petits ergots, à la manière d'apprentis-avocats piaillant que décidément, "non je n'ai pas dit ceci, je n'ai pas dit cela", ah !

Non. Bien entendu. C'est toujours "les autres", forcément.



Anonyme a dit…

Il faut quand même nuancer l’évènement. Ces habitants qui sont intervenus, l'ont fait parce qu'ils étaient acculés à un mur.

C'est facile de juger quand on a jamais été soumis soit-même à une situation de violence quotidienne où la police ne veut pas intervenir.

"Bravo" à ces habitants pour leur retenue. Bien évidemment ce n'étaient pas à eux d'intervenir mais quand la police ne se déplace même plus, on fait quoi ?
J'espère que je ne vais pas avoir comme commentaire l'histoire du "sentiment d'insécurité".

Si la "gauche" reste encore dans son dogme bisounours : les riches sont les méchants, les pauvres sont forcément des gens bien (je suis pauvre), c'était pas la peine de nous promettre le changement...

Anonyme a dit…

soi-même

Three piglets a dit…

Je croyais que le détecteur à sujets sensibles étaient activés, mais visiblement, il faut comprendre que le filtre ne fonctionne pour ceux "d'en face". Il est donc permis de pleurnicher sur le sort de personnes qui n'auraient du mettre les pieds en France, si nous étions dans un pays réellement démocratique (la démocratie n'est pas forcément synonyme de libre circulation totale des hommes, bien au contraire, revenons à la source romaine...).
Quand l'Etat fait défaut, par trahison de classe, alors l'Etat , c'est le citoyen lui même, n'en déplaise aux petits moralistes (dont l'anonyme du haut) hémiplégiques. Quand l'Etat ne remplit plus son rôle, alors le citoyen retrouve toute sa liberté d'action. Les "choqués", les "vigilants" et autres crevures intellectuelles sont des roms de la pensée: des pilleurs, des parasites, des nomades de l’intérêt immédiat.
Cette affaire est l'aboutissement logique de la politique libérale et sans-frontiériste , politique défendue depuis 30 ans par "la gauche morale" et des hordes de roms de la pensée.
C'est la botte souveraine du réel, ni plus ni moins.

Anonyme a dit…

" Anonyme a dit...

Il y a pourtant des groupes ethniques autrement plus "nuisibles" que les roms. Notamment un, dont la blancheur de peau est à l'aune de la pureté de sa malfaisance : crimes en tout genre dont les tortures(physiques et mentales)qui sont pourtant méconnues, assassinats, prémédités ou non, génocideS, viols, pédophilie sous-jacente quasi-culturelle, religion hypocrite et porteuse de haineS et d'intolérances, de crimes et encore de torture... De racisme également, qui est depuis toujours purement et simplement nié, avec toute la mauvaise foi du monde(ne nous privons donc pas d'imiter le racisme de ce merveilleux groupe ethnique si exemplaire pour les autres civilisation mais dans l'autre sens cette fois-ci, histoire de donner des échantillons gratos à la civilisation supérieure de ce que "l'autre humanité" subit à longueur d'années \o/).

Maltraitance généralisée envers les femmes, les enfants, et dans tout ces crimes que je vise, il n'y a aucun désespoir qui en est le motif, mais une volonté très claire et affichée d'agir comme des "tauliers"."

Magnifique description de l'aire culturelle islamique. A moins que tu puisses étayer tes poncifs qui seraient exclusifs à l'Occident, qu'on rigole. T'inquiètes, y'a du niveau chez les autres monothéismes d'amour et tolérance.

Côté "pédophilie quasi-culturelle" (et qui a l'air de te traumatise par son omniprésence quotidienne en Europe), y'a aussi l'Asie qui pourrait t'étonner,ou les pays du tiers-monde où les mariages peuvent se faire à dix ans.

PS: l'affreux pogrom dont on parle dans cet article, avait lieu dans les quartiers pauvres, où la blancheur des habitants est bien connue. Un problème de cohabitation certainement, mais pour quels motifs? :)

Lo a dit…

Suite des événements, Lille : "Marseille risque de faire jurisprudence" article complet ici http://www.liberation.fr/societe/2012/09/29/a-lille-une-manifestation-contre-les-roms_849778

Una acte illégal fait JURISPRUDENCE...

@ThreePiglets Et bien, mes aïeux ! J'ai bien fait de graisser le camarade P38 , comme ça je suis prête. Dis-moi, ton discours c'est une traduction libre duquel, Goebbels, Hess, le big boss Führer himself ? Si la loi de la jungle a pris le pas sur la loi tout court, pas de souci en ce qui me concerne je prendrai pour me défendre face à une pensée pareille la devise de tes pères "spirituels" :"Pour un oeil les deux yeux, pour une dent toute la gueule" (Division Charlemagne)

ZapPow a dit…

Quelqu'un s'est excusé d'avoir pensé "pogrom". Qu'il se rassure, si je puis dire : au vu de l'empressement de certains à trouver des circonstances atténuantes aux "braves gens" qui ont mené l'action, à expliquer que ces Roms n'avaient rien à faire dans le pays (la très grande majorité des Roms de France sont Français, mais c'est un détail sans importance, ceux-làne devaient pas l'être, c'est sûr), à approuver qu'on se fasse "justice" soi-même et qu'on s'asseye allègrement sur la loi et l'état de droit, et d'autres encore à encourager ce type d'action, vu l'attitude des autorités, leur neutralité bienveillante vis-à-vis de ceux qui ont expulsé les indésirables qui, en quelques jours (4, je crois) avaient causé la multiplication des cambriolages, la disparition du cuivre des lignes de la SNCF, une pénurie de poulets et autres exactions, et qui auraient pu devenir violents, le mot "pogrom" pourra bien prendre tout son sens.

Les expéditions "punitives" vont devenir la grande distraction pour certains.

C'est déjà arrivé dans la région, et ce n'est pas parce que beaucoup d'eau a coulé depuis sous les ponts que ça n'arrivera pas à nouveau, car s'il est une constante de l'humanité, c'est l'art de se trouver des ennemis, des boucs émissaires, et de les sacrifier.

ZapPow a dit…

@ Lo

Intéressant cet article. On y voit poindre une belle solidarité : 9000 signatures contre l'implantation d'un hébergement pour Roms dans une ville de 4500 habitants, des manifestants qui viennent de plus de 40 km à la ronde et qui veulent "exfiltrer" les Roms comme à Marseille…

Avec ma gueule de métèque, de Juif errant, de pâtre grec, je ferais bien de me tirer, parce que ça n'ira qu'en empirant.

PieR. F. a dit…

Le plus effrayant dans l'évènement mais surtout dans les commentaires c'est la similitude absolue avec les actions et les justifications qui ont mené au rejet,à l'exclusion,puis à l'extermination des Roms par le régime nazi. Certaines phrases, comme le fait justement remarqué Lo, pourraient être directement extraites des propos d'un Roehm, chef de la SA ou d'un autre des idéologues de la putréfaction allemande nationale-socialiste. (Je ne précise pas "allemande" par hasard.)
Cette justification d'actions illégales, face aux forces de l'ordre consentantes, a son modèle absolu dans la Kristal Nacht qui, avec les mêmes arguments, permit aux "bons" allemands d'incendier, briser les vitrines et estrapader les populations juives allemandes,dès 1938...
Les inconscients qui,ici,justifient par une "lassitude bien compréhensible" ce type d'actions, ne réalisent même pas qu'un jour, ce seront sans doute eux qui seront pourchassés.
On est toujours le Rom d'un autre...
D'autre part, qu'un état de droit puisse ainsi laisser faire, sans aussitôt encabaner les acteurs de ces actions illégales, et sans mettre à pied les policiers complices, cet état de droit, comme la République de Weimar, se condamne lui-même à mort.
Un jour prochain, on justifiera que des jeunes excédés par le chomage dévastent des maisons "bourgeoises", que des paysans en colère foutent le feu à des entrepots, qu'enfin tout groupe de mécontents fasse sa "justice" lui-même.
Quel est l'avenir d'un tel Etat, amis historiens ?
La Dictature.

PieR.F. a dit…

Quant à cette aberration d'utilisation du terme JURISPRUDENCE, il est typiquement de facture néo-nazi.
Pour simplifier, la jurisprudence est un jugement rendu par un Tribunal et des juges,qui interprête un article de Loi, dans des conditions particulières, rares, imprévues. Utiliser, ou plutôt violer ainsi ce mot de droit, qui décrit une décision réfléchie, estimée assez juste pour être ipso facto incluse dans la Loi, et dans son Code, est d'une gravité extrême. Si l'action de Marseille est une jurisprudence, ses juges en sont les charcutiers et autres "braves gens" avinés...Ainsi on transforme un viol de la Loi, en règle de Loi. Superbe rhétorique de foire aux bestiaux.
A ce compte là, gare aux "salopes en minijupes", car les braves violeurs ainsi "provoqués" auront par "jurisprudence" le droit de vous forcer....
Vous sombrez dans la Barbarie, sans même vous en rendre compte...

Three piglets a dit…

Cela ne manque pas, les petits chefs nous ressortent le couplet sur-les-zeures-les-plus-sombres-de-notre-histoire, comme si cette pirouette continuait à intimider ceux qui ne se soumettent pas à leur petite conception d'esclave.
Ils font comme si rien n'avait changé, comme si il pouvait encore de la jouer "grande conscience résistante" contre la bete immonde!
Le probleme étant que la secte moraliste n'a plus le pouvoir d'antan, celui des années 80 et de Mitterand aux manettes.
Le probléme étant que la télévision et la presse controlées par le Capital , ont trouvé une concurrence démocratique féroce dans internet.
Et l'expérience vécue est accessible, on ne peut plus parler de "sentiments d'insécurité" face à une vidéo d'agression dans un bus, sans passer pour un sombre con.
On ne peut plus parler des zeuresléplusombresdenotrehistoire face à la multitude d'articles, de témoignages, d'expériences, sans révéler sa nature de prédateur idéologique.
Les nazis sont ceux qui défendent la rapine et le vol, les nazis sont ceux qui nient l'insécurité sous des prétextes fallacieux.
Les nazis sont anti-fascistes, il faut bien le dire.(doublés d'incultes notoires...incultes que l'on retrouve aux manettes du pays la plupart du temps.)

seb musset a dit…

@Threepiglets > Et bien mon pauvre, ça m'a l'air d'être bien le bazar là-dedans.

Three piglets a dit…

Je ne suis pas responsable de tes angles morts intellectuels.
Le couplet du méchant nazi, on l'entend depuis 30 ans, avec les résultats édifiants que l'on connait aujourd'hui (généralement, le mec qui tient ce discours, porte une montre de luxe payée avec de l'argent public ou sale, si tu vois ce que je veux dire...).
C'est une technique de communication visant à disqualifier le mec d'en face, technique déjà utilisée sous feu le régime soviétique (ou meme sous le régime national-socialiste, avec d'autres termes).
Tu peux continuer à défendre les Roms, c'est ton droit, on a le droit de critiquer cet état sans se faire mordre par les torquemadas de la société ouverte.
Ensuite, rassures toi, c'est clair dans ma tete: la petite-bourgeoisie qui s'exprime chez toi fait partie du système de domination qui produit des bulles immobilières ou qui donnent le pouvoir aux banques.Quand on critique l'Express sans critiquer Libération ou les Inrocks, c'est , au mieux de la naiveté, au pire une position partisane.
Or, on se bat pour la vérité, pas pour sa cabine téléphonique idéologique, quelle soit rose ou bleue.
Relis Michea camarade, et son alternance unique, il a tout dit, et dénonce déjà la tartuferie de tous les enfoirés qui se la jouent résistants en 2012 sur le dos des Roms.
A moins que tu considères que c'est le bordel chez lui également.
Dans ce cas, j'en déduirais que tu préfères ton confort intellectuel à la remise en cause de tes certitudes.
Au fait, tu es au courant qu'il est impossible ontologiquement de dépasser le capitalisme par sa gauche?

seb musset a dit…

@ThreePiglets > Je ne "défends" pas "des Roms" mais d'abord des hommes (certes un concept un peu trop simpliste) et au passage la loi (qui s'applique aussi bien aux uns et aux autres). Je ne lis ni L'Express, ni Libération, ni les Inrocks dont je me contrefous comme de Michea du reste. En conclusion, je t'invite à t'épancher sur d'autres sites où ta purée lexicale sera, je n'en doute pas, appréciée à sa juste valeur.

Anonyme a dit…

On reconnaît bien les petites fientes blanches pétochardes à leurs délires psychiatriques de pleutres veules et fasciste à souhait.

Sans parler du macaque qui essaye maladroitement de donner des leçons alors même que la nature a semble-t-il, été bien cruelle avec lui pour nous pondre pareils cas-soces...

(n'oubliez pas de prendre vos médocs les tarés, ou maman va se facher)

Lo a dit…

@Toutatis Les "désespérés" dont j'ai parlé remplaçaient dans mon exemple les riverains excédés et non leur cible les roms

Anonyme a dit…

J'ai déjà écrit un commentaire sur ce billet.

C'était celui commençant de la façon suivante : "Il faut quand même nuancer l’évènement. Ces habitants qui sont intervenus, l'ont fait parce qu'ils étaient acculés à un mur."

Vu la nature des propos qui suivent mon commentaire, je désire préciser ce que je voulais exprimer et mon état d'esprit.

Mais d'abord je tiens à préciser que cela fait longtemps que je lis ce blog et que bien des fois, il y a des billets qui m'ont amusé et où j'ai pu voir la description de moments que j'avais pu vivre(la visite d'une chambre de bonne toute pourrie à Paris).
Mais aussi certaines vidéos de Seb Musset m'ont bien surprises, surtout celle où il explique que la colocation a été rendue sympathique par la série Friends. J'y avais jamais songé.

Tout cela pour dire que j'ai beaucoup de respect pour l'auteur de ce blog bien que cette fois-ci je ne partage pas son opinion.
Mais dans tout les cas même si je suis en "anonyme", je ne veux pas être associé aux marcheurs à la croix de fer et à ceux qui nous racontent qu'il est impossible de revenir dans une dictature parce que tout est tellement différent maintenant.

Ayant souvent habité dans des coins pourris, des situations de violence j'en ai vu un certain nombre.Il faut être honnête et accepter que les chiffres de la délinquance et des agressions subissent le même régime amincissant que celui du chiffre du chômage. Mon propos est de dire que cette situation perdure depuis longtemps.

Le danger qui vient est de savoir que faire politiquement?
Est-ce que l'on se contente de dire qu'il n'y a aucun souci de sécurité en France (la pauvreté n'arrangera rien) ? Et on est sûr que les voix du FN vont encore augmenter. Ou bien il est possible d'être de gauche sans être des bisounours ? A



Lo a dit…

Au dernier anonyme : tu poses un problème différent, mais juste par ailleurs : " Le danger qui vient est de savoir que faire politiquement? Est-ce que l'on se contente de dire qu'il n'y a aucun souci de sécurité en France (la pauvreté n'arrangera rien) ? Et on est sûr que les voix du FN vont encore augmenter. Ou bien il est possible d'être de gauche sans être des bisounours ?"

Oui, on peut être de gauche sans être un bisounours, on peut même être très à gauche et regretter l'angélisme totalement improductif des manifestations actuelles en Europe, et se dire que ces nombreux indignés qui laissent quelques policiers embarquer leurs camarades sans réagir n'iront pas bien loin face au cynisme du système qu'ils prétendent faire plier. Cela n'a rien à voir avec le sujet de départ mais je te réponds. Ceci dit je ne suis pas du tout en phase avec l'époque, étant une ancêtre bientôt quadragénaire.

La question que tu poses sur la volonté politique est cruciale. C'est un problème de fond que visiblement nos caciques politiques oublient d'aborder, trop occupés qu'ils sont sans doute à se vautrer dans les ors de la République...
Je ne connais pas Seb Musset, et il devra donc confirmer ce que je dis à présent, mais il me semble que vous n'êtes pas tous 2 en désaccord, vous parlez de choses différentes. Lui, comme moi et ZapPaw et Pier F. avons été choqués qu'au nom de ce problème social et politique dont tu parles, des citoyens lambdas décident de faire justice eux-mêmes et de faire fi des lois que par ailleurs ils apprécient quand elles les arrangent. Avec tout le lot d'excuses fallacieuses et de bonne conscience à 2 balles qui a suivi, comme l'extraordinaire "ils n'étaient pas violents mais auraient pu le devenir".

Il aurait été légal, et médiatique, et politiquement fort, d'occuper les bureaux de ces élus irresponsables (Ghali et l'armée) ou incompétents (Gaudin) faire une sorte de siège des instances jusqu'à ce que le problème soit réglé. Du genre : nous devenons vos roms, mes beaux messieurs, nous ne partirons que quand vous aurez enfin pris les décisions que nous vous demandons.

Par exemple.

Lo a dit…

Pour faire suite à cette idée, il aurait alors été tout à fait jouissif pour nos voisins excédés de voir débarquer la police pour les déloger de la mairie ou de la pref, police qu'ils auraient alors pu interpeller publiquemenr, devant les caméras de France3 Marseille avec un peu de chance. Et de toute façon leur problème aurait dù se résoudre rapidement, ou plutôt se déplacer, j'en conviens, vers d'autres voisins bientôt excédés.

Au lieu de ça, ils sont allés prévenir la police qui devient de fait complice d'un acte illégal et violent (un incendie n'est oas un acte violent ? Ah bon...)

D'où inquiétude de quelques uns d'entre nous au sujet de cette mentalité nouvelle de milices, de police aux attitudes plus que douteuses, et de rengaine déjà trop entendue de "gauche démissionnaire" qui justifie tout cela. Avec Valls aux manettes et après 5 mois de pouvoir laissez-moi rire, on va bientôt avoir l'impression qu'on subit le "laxisme mitterrandien" de façon ininterrompue depuis 30 ans !

Lo a dit…

Pour faire suite à cette idée, il aurait alors été tout à fait jouissif pour nos voisins excédés de voir débarquer la police pour les déloger de la mairie ou de la pref, police qu'ils auraient alors pu interpeller publiquemenr, devant les caméras de France3 Marseille avec un peu de chance. Et de toute façon leur problème aurait dù se résoudre rapidement, ou plutôt se déplacer, j'en conviens, vers d'autres voisins bientôt excédés.

Au lieu de ça, ils sont allés prévenir la police qui devient de fait complice d'un acte illégal et violent (un incendie n'est oas un acte violent ? Ah bon...)

D'où inquiétude de quelques uns d'entre nous au sujet de cette mentalité nouvelle de milices, de police aux attitudes plus que douteuses, et de rengaine déjà trop entendue de "gauche démissionnaire" qui justifie tout cela. Avec Valls aux manettes et après 5 mois de pouvoir laissez-moi rire, on va bientôt avoir l'impression qu'on subit le "laxisme mitterrandien" de façon ininterrompue depuis 30 ans !

Three piglets a dit…

D'accord, donc, tu es capable d'accueillir le monde entier, mais en revanche, le débat et la critique "chez toi", sont impossibles.
Curieuse conception de la "tolérance" et de la justice égalitaire.
Je te laisse donc avec ta cabine téléphonique rose, rappelle toi simplement que la botte souveraine de la réalité s'exprimera de plus en plus contre ta position d'hémiplégique idéologique.
C'est ton monde qui s'étale devant toi, tu en déplores les effets en te drapant dans l'indignation? Fallait pas en promouvoir les causes... causes somme toutes libérales.
Maintenant, je t'explique comment cela se passe dans un système démocratique: dans un systéme démocratique, le débat et la confrontation d'idées (meme celles qui ne te plaisent pas, n'est ce pas?) sont autorisées et encouragées. En revanche, le systéme démocratique permet de ne pas laisser rentrer n'importe qui sur le territoire national (je rappelle pour les enfoirés d'en haut que la souveraineté réside dans le Nation) si la volonté générale le refuse et il est évident que celle ci, si tous les Musset de la planète se donnaient la peine de lui demander, refuse de voir des Roms débarquer prêt de chez soi.
La réthorique anti-fasciste qui s'exprime ici, et dont, bizarrement, tu ne t’émeus pas, est le cache-sexe de la dictature réelle, dictature de l'oligarchie.
Cette réthorique évacue la question démocratique.Il convient donc de dénoncer les porteurs de cette stratégie anti-peuple.
Maintenant, si ton blog est un fan club ou il faut se donner l'accolade et se trouvant beau et super courageux parce qu'on s'auto-proclame "résistant" au "fasciste" (comprendre ceux qui ne pensent pas comme vous), alors, dans ce cas, ne pense pas faire peur à l'oligarchie.
Et si tu es un sous-mélenchon, ne sois pas étonné que des ames chagrines t'en fassent la remarque.