samedi 5 septembre 2009

Baddass Yab is back !

(Variation sur JT et hommage à la Marvel)

Régnait une atmosphère de fin de règne à Metropolis,
ce 4 septembre 2009.

Au sortir de la promotion ratée du nouvel impôt prévu par la monarchie du 6 mai (l'opaque complot "Taxe Carbone"), l'opposition, requinquée par son congrès des super-héros charentais, s’enfonçait dans la brèche et, pour la première fois depuis des lustres, menait tambour battant une polémique médiatique déstabilisant le régime.

Les contribuables les plus pauvres de Metropolis se montraient de plus en plus méfiants envers cette promesse d'une fiscalisation de leurs émanations de carbone.

Pris à contre-pied, le monarque se prononça pour un recul de son annonce, le temps que sa dream-team affaiblie trouve la parade (probablement sous la forme du slogan publicitaire creux et anti-PS qui allait déchirer sa race.)

Au QG des verts, force autono-recyclable, la confusion s'amplifiait. Yab, le guide spirituel qui traçait depuis dix ans une voie royale à l'avènement de l'empire de la green-economy ne cachait plus son inquiétude. Face à cette défiance populaire et la cascade des revirements politiques, ses sponsors allaient-ils financer la suite de son film ?

Son assistante était formelle :

L'ASSISTANTE DE YAB
- "Yabi, je t'avais dit de pas faire les résas début juin ! Pas sur qu'on puisse
se faire rembourser nos vouchers pour le Kenya s'ils se désistent. "

Au terme d'une journée de tournée promotionnelle dans les médias visant à réaffirmer sa solidarité à l'impôt nouveau, YAB pénétrait serein sur le plateau de journal de 20 heures de la chaîne de télévision publique.

L'ancien photographe calculait le regard narquois du surfeur de platine présentant l’édition. YAB eut l'intuition que le journaliste ne serait pas aussi complaisant qu’en juin dernier lors de la promotion du fameux film dont la chaîne était le partenaire.

Après avoir contribué lui aussi à culpabiliser son audience, au fait de l’impopularité grandissante de la trop tardivement renommée "contribution climat énergie" et comprenant, via les déclarations fumeuses du monarque que les heures de la taxe étaient comptées, le surfeur de platine se montrerait probablement plus incisif.

A 20 heures commença une édition qui resterait dans les mémoires des survivants.

LE SURFEUR DE PLATINE
- "Alors Yab ! Êtes-vous surpris par le rejet populaire de cette taxe carbone ? Parce qu’au début de l’été avec le grenelle de l’environnement et le succès des écologistes aux dernières élections, on se disait que ça allait passer tout seul !"

YAB

- "Je crois que les gens ont mal compris. Déjà c’est pas la planète que l’on va sauver, c’est la vie que l’on va sauver sur la planète telle qu’elle est maintenant ! Tu comprends ça surfeur ? On est plus en 1980. On est maintenant certain à 99% que c’est la faute de l’homme si la terre se réchauffe ! "

LE SURFEUR DE PLATINE
- "Ça les gens ont compris, vous leur dites depuis 10 ans ! Mais faut les comprendre aussi : C’est une taxe de plus, non ? "

YAB

- "Je croyais que c’était bien rentré dans les crânes pourtant : On est tous RESPONSABLES ! Toi qui pollue pour aller travailler, toi qui pollue pour chauffer ta famille, toi qui pète sous la couette : Tu réchauffes la planète et ça c’est péché ! "

LE SURFEUR DE PLATINE

- "Ouais mais bon, les gens ils sont surtout responsables de leur budget et en ce moment c’est pas Byzance. D’autant qu’avec tous les livres et les dvd qu’ils vous achètent à chaque noël…
"

Dans son oreillette, YAB suivait à la lettre les conseils, répétés en média-training le matin même, de son assistante.

L'ASSISTANTE DANS L'OREILLE DE YAB
- "Bon y te cherches le beau gosse. Balance l'idée force numéro 3."

YAB

- "Faut bien comprendre que le climat d’aujourd’hui, il est plié. Ce qui compte c’est le climat des 20 prochaines années… Ah, ha ! Ça t’en bouche un coin ça blondin ? "

LE SURFEUR DE PLATINE
- "Attends c’est pas un peu l’inverse que t’as dit tout à l’heure ?"

YAB
- "Ta gueule."

A cet instant, l'assistante eut le pressentiment que tous ici passeraient une très sale soirée.

YAB
- "C’est vrai quoi merde, qui sont ces gens qui se mettent à me contredire ?"


L'ASSISTANTE DANS L'OREILLE DE YAB
- "...Des journalistes. C
’est pas grave Yabi, balance l’idée force 4."

YAB
- " Tu dois émettre moins d’énergie fossile pour sauver tes enfants, point barre ! Tu devrais être fier de payer ta taxe, égoïste !"

LE SURFEUR DE PLATINE
- "M’enfin ce serait pas plutôt aux constructeurs de moins construire ou d'être fortement taxés sur les pollutions massives qu'ils génèrent ? Tenez par exemple, les fabricants d’hélicoptère…"

YAB qui grinçait des dents depuis le début du journal, rayait maintenant la table avec ses ongles.

LE SURFEUR DE PLATINE

- " ...et les magasins de votre sponsor où sont vendus vos DVD à 5 euros, c’est pas un peu pousse au crime que le montant minimum autorisé du règlement par carte bleue y soit de 7 euros ?
"

YAB
- "Bah non z’ont qu'à en acheter deux."

LE SURFEUR DE PLATINE

- "Bah dis donc, c’est pas très décroissant ça. "

Il y eut d'abord ce silence glaçant, interminable.

Bientôt l'équipe entendait un grondement lointain ressemblant à la sourde vibration de wagons de métro s'entrechoquant sous le studio.


L’ASSISTANTE DANS L’OREILLE DE YAB
- "Je t’en prie Yabi, calme-toi ! Il a rien dit ! Calme-toi ! Je t’en supplie ! Pour l’amour de toi !"

Malgré les consignes des annonceurs placardées aux murs des chaînes de télé du pays, le surfeur de platine avait prononcé ce mot interdit des médias dans toutes ses déclinaisons : "Décroissance".

Le surfeur de Platine s’en foutait. Ici c’était le service public, et après 20 heures il n'y avait plus d’annonceurs, le monarque en avait décidé ainsi.


N'en tenant plus, les yeux injectés de sang, front plissé, moustache raide, la face de Yab gonflait et gonflait encore. Fini le grondement de la rame, chacun tremblait désormais aux secousses prémonitoires d’un cataclysme proche, un tsunami meurtrier et 100% naturel.

Alors que le visage tumescent de Yab tournait au vert bouteille (teinte Perrier lime), l'assistante devint blême. Elle était la seule à connaître l'horrible vérité : A force d'héliportage aux quatre coins de la terre, sous les effets combinés d’une proximité prolongée avec la couche d’ozone et d’une surexposition aux enveloppes budgétaires des marchands du temple, dès qu’il serait contredit en public (ce qui n'était encore jamais arrivé), le Yab à la voix douce se transformerait en cette masse verte, inhumaine, prête à tout pour sauver la planète.


Sa tête avait triplé. YAB déchira d’un coup sa chemise en coton équitable. Le surfeur de Platine fit un bond en arrière avant de se calfeutrer sous la table. Le caméraman peinait à suivre au cadre la carrure d’un Yab disproportionné et décuplant de volume tel un champ de maïs transgénique. Les lambeaux de vêtement virevoltaient dans le studio où le petit personnel courait affolé découvrant avec horreur ce colosse fluo aux dents jaunes, arborant un petit slip barré d'un "H".


Se redressant en poussant un râle, l'incroyable Yab brisa la table flambant neuve du JT (et voilà tout le budget investigation 2009/2010 de la chaîne publique qui volait en éclat dès la rentrée !)


Tremblant les quatre pattes en l’air, le surfeur de platine ressemblait à ces cancrelats immobilisés, carapaces retournées. Dans l’oreillette, l’assistante de Yab lui lançait des mots comme « Danemark » ou « éoliennes » pour l'adoucir mais c’était trop tard. YAB était désormais hors de contrôle
, La tête dans les rampes de spots, il meugla :

YAB
- "Veuuuuueeeeeèèèèèèèèrrrrrrre !"

Dans la régie, regrettant de ne pas avoir opté pour le JT de la une, l’assistante regarda avec effroi YAB boulotter le surfeur de platine façon croqu’en sel.

Prisonnier des câbles, le colosse arracha les rampes de spots. D’un coup de pied, il fit s'effondrer la cloison du studio. Celle-ci s’affaissa de l'autre côté, sur les spectateurs du studio Albanel où Michel Drucker enregistrait son émission du dimanche, un spécial Pièces jaunes.

Voyant le pactole récolté par les fillettes qui couraient apeurées s'entrechoquant, le sur-home tambourina triomphant sur son poitrail, fulminant un guttural "- Taaaaaaxe Carbooooooonne !" qui sentait l'algue verte.

Alors que le flageolant David Douillet s'oubliait sur son kimono, Yab arracha la jarre aux piécettes des mains de
Michel Drucker. Fixant le monstre, l'animateur eut comme à l'accoutumée de conciliants mots qui conclurent sa carrière :

MICHEL DRUCKER
- "Quelle formidable idée !"

D'un coup de poing vertical, Yab aplatit l'animateur des grabataires.

Quelques minutes plus tard, un Yab de 30 mètres de haut déambulait sur les boulevards maréchaux du sud Metropolis détruisant d'une baffe les bâtiments aux eco-bilans négatifs. Bing l'immeuble des rupins ! Vlan le palais des sports et paf le périphérique !

Du sang de pollueurs jusqu’à mi-mollet, encerclé par les spots des hélicoptères des chaînes d’information continue, une dizaine de
vélibeurs fraîchement collés aux semelles, celui qu’on appelait désormais le géant vert piétinait débonnaire le 15eme district et ses habitants.

LE GEANT VERT
" - Veeeeuèèèèèrrrrrrrrre ! Voilà ce que j'en fais des nuisibles vus du ciel !"

"- Grand con, ce sont nos électeurs !" S'écriait désemparée Cécile Duflot catapultée en catastrophe par le monarque, histoire d’apaiser au porte-voix la bête depuis la black tower face à la gare.

Fidèle à son œuvre, le titan vert s'enfonçait dans la nuit sans faire dans le détail, emportant tout sur son passage, direction le palais du monarque. C'était la fin d'une époque. Dompter les cerveaux ne suffisait plus, il fallait en finir une bonne fois pour toutes avec les hommes. Après la destruction du palais du monarque, il s'attaquerait au monde.

Les heures suivantes,
les experts dissertèrent (jusqu'à destruction des centrales énergétiques) sur les raisons d’une telle démesure : Yab n'en finissait pas de grandir. Tragique conséquence des pesticides.

En une nuit de son exponentiel développement, nous humains prenions enfin conscience du danger et dressions alarmés ce constat :

Au rythme de son évolution, il n'y aura bientôt plus de place pour nous sur cette planète.


D'ailleurs j'entends ses cris hideux déchirant la nuit.

LE GÉANT VERT
- "Taaaaaxxxe caaaarbooooooneuh !"

Il approche.

Au vert crépuscule de l'humanité, prions tous pour que Yab décroisse !

7 commentaires:

Baudricourt a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Tassin a dit…

Désolé, je trouve ce post beaucoup moins bon que le précédant avec la vidéo "HOME".

Je vois pas bien pourquoi tu t'acharnes sur YAB de cette façon alors qu'il est plutôt du côté décroissant. Même s'il est complètement instrumentalisé par ses sponsors à des fins commerciaux.

Je cite un article du Point sur l'université du Médef cet été :

"Les intervenants n'ont pas toujours laissé leur langue dans leur poche. Quand, en fin de journée, Yann Arthus-Bertrand prône la décroissance, le parterre de chefs d'entreprise impose un silence plombant."

http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-09-04/universite-d-ete-du-medef-les-patrons-deboussoles-par-la-crise/916/0/374271

Celà dit, je te l'accordes, il n'a pas un réel discours de décroissance, mais je pense qu'il laisse ça à d'autres bien plus compétents, comme ce monsieur :

http://www.youtube.com/watch?v=3MX2u-EHpIw&feature=PlayList&p=1F5CD37072F433F3&playnext=1&playnext_from=PL&index=4

seb musset a dit…

@tassin > La folle jounée de Yab dans les médias pour défendre la taxe carbone en accusant les gens et en se plaçant comme "un grand photographe" (entendu de sa bouche sur europe1) était des plus comiques.

@aux autres > le commentaire supprimé était un spam pour un site porno (en Open Id, comme quoi...)

Je ne supprime que les publicités, les propos et contenus répréhensibles par la loi.

Tassin a dit…

@Seb > Je vais me renseigner sur cette journée que je n'ai pas vue alors. Faut dire que moi les médias à part France Inter et Rue89...

Regarde cette petite vidéo d'Yves Cochet au médef, un personnage au discours très intéressant malgré quelques égarements d'extrême droite (danger présent dans le discours de décroissance et dénoncé par Vincent Cheynet dans son dernier bouquin),

http://www.dailymotion.com/video/xaddhd_yves-cochet-la-crise-naura-pas-de-f_news

et une appartition de Cheynet, déja posté dans "Home":

http://www.youtube.com/watch?v=3MX2u-EHpIw

Tassin a dit…

Je viens de regarder ça :

http://www.dailymotion.com/video/xad8gq_arthusbertrand-tout-le-monde-doit-p_news

Est-ce la vidéo dont tu parlais?
J'ai du mal à voir autre chose qu'un discours (léger) de décroissance. Même Fogiel essaye de le piéger en le mettant en face des conflits d'intérêt avec Pinault qui dit "il faut pas consommer moins, mais autrement". YAB dit clairement "consommer moins".

Peux-tu m'éclairer car je ne te suis pas trop sur ce coup là?
Au passage, je ne défend pas particulièrement la taxe carbone, je trouve qu'il y a du pour et du contre dans cette mesure. Surtout le fait que ce ne soit pas une taxe pour moins consommer, mais justement pour consommer autrement (du nucléaire à la place du pétrole).

Sinon bravo pour le reste. ;-)

-K- a dit…

Zavez pas honte de bloquer les amateurs de buissons ardents?

Baudricourt un "spammer"... on aura tout entendu... Un affreux oui, mais un "spammer", il ne doit même pas savoir ce que ça veut dire.

seb musset a dit…

@K > Effectivement j'ai pas compris. Mais l'open ID pointait vers un site de boules bien trashos.

Le message n'avait rien de subversif. Le voila :

"Merci pour Mouloudji,
Et pour la revue de presse."