mardi 14 octobre 2008

Insert coins... Le monde est sauvé !

L'autre soir au Stringfellows, l'arrière petit-fils de Karl Marx me disait avec justesse : "Les capitalistes c'est comme les cons, c'est souvent lorsque l'on croit qu'ils ont atteint leurs limites que l'on se rend compte estomaqué qu'ils les entamaient à peine."

Puis, il s'est effondré la tête dans les seins d'une danseuse au slip ficelle débordant de billets, foudroyé par une overdose de Téquila mandarine.

Après le paquet fiscal, voici donc le cadeau de noël anticipé aux banques.


Dieu du Dollar, c'était la panique ! Qu'ils me manquaient les
plateaux télés d’économistes pépères ! Avec un Cac à +11 les revoilà chez Calvi et consorts, détendus de la cravate, qui nous expliquent que le monde est sauvé, qu'on a eu chaud mais qu'on (comprendre "eux") se sent mieux. Merci l'état providence ! (rappelez-vous, celui qui gangrénait La France il y a encore 6 semaines.)

Partagez la liesse des puissants !
A la différence de celui des pauvres, c'est un monde solidaire dans l'adversité. Pauvres de la classe moyenne, vous redoutiez la fin du capitalisme, vous venez d'assister au Grand Soir des Puissants et vous allez payer le banquet !

Gordon Brown passe pour un bon samaritain en niquant 60 millions d'anglais,
Sarko roule sa galoche à Merkel et son pays dans la farine. Pas de doute, l'union européenne fait la force.

Et les médias de titrer, soulagés : "On souffle enfin !" Tu m'étonnes, j'en dormais plus !

Ça y est ! Entre deux pubs pour Cafpi, le courtier qui sait vous calculer et autres BNP, Banques Nationales des Pertes, je retrouve en studio Messieurs Cohen, Fiorentino, Touati, Monteux (celui-là il donnait déjà des conseils aux boursicoteurs sur Canal+ après Transformers, le midi quand je revenais du collège) et même Pépé Gaillard (avec sa bouille du terroir qui sent l'abus de Gamay) qui me conseillent "d'acheter". Ils se sentent mieux. En avant les dividendes ! C'est limpide comme un dessin de Faizant dans Jours de France ! Si tout se passe bien, on emmènera Simone comme prévu à Maurice (sur l'île, pas chez votre oncle de Sandouville) pour Noël. On regardera la domesticité locale nous cirer les tongues pour un salaire annuel équivalent à notre budget Viagra pour la soirée.

En attendant que nos experts finance claquent de trop bouffer, le reste de la planète crève de faim. Parait que les affamés du bas-monde ont besoin de 30 milliards par an pour que cela change et notre Internationale des Puissants est fière d'en jeter quelques milliers par la fenêtre pour que rien ne bouge. Comprenez : C’est vraiment trop injuste que les valeurs boursières soient massacrées comme cela. L’urgence c’est le marché*.

Marcheurs, suivez au pas !


Ou pas.

L'autre monde est partout autour de vous. Une indication : Il n'est pas dans le crédit. Autre indication : Il n'est pas chez eux, il est en vous.


* Dans la journée de lundi, l'action Morgan Stanley (banque "en difficulté" il y a 48 heures) fait "un bon" de 87%.


"Si une guerre de classe se déroule en Amérique, ma classe la gagne clairement." Warren Buffett

5 commentaires:

Denis a dit…

Moi il me vient juste une petite question :

Jusqu'à maintenant l'état empruntait de l'argent avec des interets "monstreux" (souvenez-vous France 2 avec son compteur en début de journal et en fin de journal ... comme la "debt" américaine aux USA sur broadway - je ne suis plus sur de l'avenue - ).

Cet argent était emprunté aux banques.

aujourd'hui les banques "n'ont plus de sous", les caisses de la France sont vides.

Mais ou donc l'état français va-t-il trouver ces 300 milliards d'euros ?

Revenons-nous à la bonne vieille méthode : l'état français frappera lui meme sa monnaie sans taux d'interet - à l'éffigie de qui vous savez ? - sans passer par les banques ?

La, je laisse le débat aux experts en économie pour nous expliquer cette pirouette du capitalisme, parce que vu l'énergie qu'il a été dépensée pour convaincre les français que l'état providence c'est mal, j'espère qu'ils réagirons.

Thibault a dit…

Attention a ne pas rebondir sur l'actualité trop vite. Ca risque de devenir décousu...

D'abord, correction : une augmentation de 87% signifie qu'en achetant 1$, on empoche 1,87$ en fin de séance, c'est suffisamment considérable comme ça...

Ce que l'on vit en ce moment sur les marchés boursiers est typiquement un rebond technique ou "bull trap", ça ne repart pas comme on essaie de vous le faire croire. L'augmentation va durer quelques jours (semaines ?) avant la seconde itération qui nous mènera vers une décroissance progressive nécessaire à la purge de la finance.

Ne croyez pas les sirènes qui vous disent que c'est le moment d'acheter. L'immobilier est surévalué de 110% en France et il faudra revenir aux fondamentaux, comme dans toute bulle spéculative.

Comment trouver 300 milliards d'euros ? Deux solutions : l'emprunt par l'Etat ou la planche à billet. Le problème actuel, c'est que si jusqu'à présent on est en mesure d'emprunter, lorsqu'il faudra injecter non plus 300 mais 3000 milliards, nous serons dans l'impasse et il faudra en effet faire tourner les rotatives.

Conséquences : nous sommes en déflation à l'heure actuelle mais nous risquons de rentrer dans une période d'hyper-inflation dans les années à venir si ce type de plan continue d'être voté.

Vous pensiez qu'il s'agissait d'une petite crise ? Désolé, on va malheureusement tous devoir payer très cher tous ces excès de crédits qui ont maintenu l'économie sous perfusion ces 30 dernières années.

Ceux qui ont quelques notions en finance et en économie peuvent lire l'excellent blog de Loïc Abadi : http://tropicalbear.over-blog.com/

C'est assez technique mais très clair et concis et très bien documenté. Pour le reste les sources seraient trop nombreuses à donner ici.

Désolé pour Grand Francois qui "perd" de l'argent sur son assurance-vie. Oui, on lui a "menti" s'il considère qu'il n'était pas au courant que cela pouvait baisser. Mais dites-moi, avant ce chaos boursier, quel rendement obtenait-il, comparé à un livret A ? Y'a rien de magique en économie, on ne peut pas gagner en permanence, c'est comme de penser que l'immobilier montera jusqu'au ciel. Ceux qui pensent encore à faire une plus-value (qui revient à spéculer contre leurs propres enfants) vont apprendre qu'on peut perdre des sommes considérables en immobilier...

seb musset a dit…

Merci Thibault pour ces précisions, la correction est faite. Billet retapé à 5 heures du mat (pas les yeux en face des trous).

Dans le cas dans de Grand François : On lui a imposé de souscrire une assurance-vie (lui n'en voulait pas) pour obtenir un complément de crédit. Et chez qui à votre avis ? Dexia. Il était parfaitement conscient de l'escroquerie, mais pour une question de timing était bloqué. Vous me direz, il était pas obligé d'acheter. Mais cela c'est une autre histoire.

Thibault a dit…

En effet, si on lui a pas laissé le choix... Ceci dit, je ne saurais trop "conseiller" les gens de fuir les placements non garantis quand ils approchent de la retraite. Il y a des assurances-vie plus ou moins dynamiques.

Pour l'achat d'immobilier, le sujet est trop vaste pour l'aborder dans un commentaire. Mais forcé de constater que la France des propriétaires n'a jamais rien eu à voir avec une amélioration de la condition humaine. Je vous laisse réfléchir à qui profite le crime : Agence immobilières (commissions), notaires (nombre d'actes), Etat (droits de mutation), collectivités (impôts fonciers), promoteurs (marges), banques (augmentation des périodes de remboursement = compensation de la baisse des taux d'intérêts : on paye 2 fois plus d'intérêts d'emprunt à une banque sur 30 ans à 4% que sur 15 ans à 8%...). Le propriétaire de dettes lui est locataire at vitam eternam de sa banque, paye 2 fois sa baraque en intérêts d'emprunt, paye l'impôt foncier, les charges non-récupérables, les mises aux normes imposées, des frais de notaires colossaux, des frais d'agence indécents à des incompétents, tout cela pour se faire foutre à la porte au moindre impayés, jusqu'à la dernière traite... C'est un outil d'asservissement de la population fabuleux pour l'Etat et les "patrons" en plus d'être juteux en profit.

Aka 75 a dit…

Sans compter que la prochaine étape, Thibault c'est les détecteurs de fumée chez soi. Il faudra fumer vos clopes dehors.

Peut-être même des caméras chez soi pour que la police puisse contrôler que vous ne fumez pas.

Pour égayer la crise
http://www.dailymotion.com/video/x6y6ck_the-job_shortfilms