jeudi 22 novembre 2012

Pas d'orchidées pour l'UMP

"Je demande un peu de sérieux"
Frédéric Lefebvre, clown légendaire de l'UMP, Itélé 21.11.2012.

Après ceux, pourtant déjà costauds, de dimanche et lundi, le 3e épisode dans la guerre pour la présidence de l'UMP est le plus décapant. Après la pitoyable organisation du vote de dimanche, les soupçons de fraude, les annonces anticipées de victoire de Jean-François Copé puis François Fillon, le décompte douteux des votes (toujours cachés à l'heure où j'écris), la commission à la noix qui proclame Copé vainqueur avec une avance de 98 voix sur 175.000 et, sur les chaines d'info continue, le grand déballage des lieutenants zélés, l'ancien premier ministre conteste depuis hier la victoire de son rival et menace, avec ses soutiens, de faire scission et de porter le barnum au tribunal. Les départements d'outre-mer n'auraient pas été comptés et, en fait, il l'emporterait de 26 voix. 

Après l'échec de Sarkozy, j'imaginais que le processus de destruction de l'UMP prendrait deux ou trois ans. Non, il aura juste fallu à ses cadors un semestre dans le rôle inhabituel d'opposants, sans pouvoir dépasser le stade de la colère d'avoir perdu, plus quelques jours d'un exercice inédit de démocratie interne, pour perdre leur sang froid et exploser sous nos yeux ébahis.  


Voir désormais des Benoist Apparu, Frédéric Lefebvre ou Christian Estrosi passer pour des modérés dans ce crêpage de chignon continu entre camarades jadis unis par le culte du chef en dit long sur la déliquescence du premier parti de France. 

Qu'écrire ? Le spectacle est fascinant. Sous les yeux du blogueur interdit et conscient que toute tentative de caricature des impétrants serait ridiculisée par l'original, l'UMP qui, il y a encore six mois était à la tête du pays, part en torche dans le bûcher de ses vanités contradictoires. Soyons honnête: c'est beau. Je verse ma larme, regardant cette télénovela de l'apocalypse politique où l'expression des militants est piétinée de bon coeur. Je suis aussi à la peine. Ce sont six années de blog qui, quelque part, s'achèvent. Car, tout autant que Sarkozy, ses sbires, ses "stormtroopers" qui étaient dans une logique d'occupation de l'agenda médiatique (dont ils ont du mal à se désintoxiquer) furent autant de sujets d'une indignation quotidiennement renouvelée. 


Passé le divorce à l'italienne, chacun sent que le paysage politique risque d'être bouleversé. Je me mets à la place des militants UMP, déjà ce qui s'est passé dimanche était consternant, après le rebondissement de mercredi, ils vont y réfléchir à deux fois avant de renouveler la cotisation.

Mais vraiment, qui récupérera les morceaux de cette boucherie? 

En se basant sur les résultats de dimanche qui sont les révélateurs de la fracture divisant ce parti, (fracture pourtant bien visible depuis l'été 2010 et le discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy, et en partie cause de son échec à la présidentielle), on peut songer à plusieurs hypothèses: 

La motion de la droite forte (pourtant pilotée par deux incapables qui feraient passer Benjamin Lancar pour un prix Nobel) étant arrivée en tête, on peut imaginer comme Gael Brustier que le grand gagnant serait la ligne identitaire, donc par ricochet, le FN. 


Est-ce suffisant pour que des électeurs de l'UMP filent au FN ? C'est moins évident qu'il n'y parait. Le FN et l'UMP, malgré un tronc commun d'islamophobie et de chasse aux assistés, ont des divergences profondes sur l'économie. Avec sa victoire sur le fil, Copé fait  la démonstration avancée de ce dont je suis convaincu depuis longtemps: il a les qualités requises pour dynamiter ce parti de l'intérieur et l'envoyer vers des scores électoraux à un chiffre. Encore plus de "pain au chocolat" et de radicalité, ferait donc théoriquement fuir une bonne moitié des électeurs UMP vers le centre. Et aller toujours plus loin, Copé n'a que ça en magasin.


Peut-on alors espérer voir la résurgence d'une force au centre qui prenne le relais ? Probable. Mais ce sera compliqué pour elle d'exister avec un gouvernement lui-même recentré.  Reste alors l'hypothèse d'un retour de Sarkozy. Trop tôt pour le dire, mais je n'y crois pas non plus: Il est l'origine de tous les désastres

La seule piste pour l'UMP est de renouveler ses têtes, de faire un bon score aux municipales et de préparer sérieusement ses primaires dans trois ou quatre ans. Ne jamais oublier que l'électeur de droite ne votera jamais à gauche, et que les forces de droite aussi disparates soient-elles, sont finalement perméables les unes aux autres. Seul un leader d'union peut réussir, ce qui passerait désormais pour un exploit, à les réconcilier. Pour l'instant, ce type ou cette fille je ne le ou la vois pas. Même Fillon qui avait vaguement cette aptitude parait carbonisé pour un moment. Note qu'à gauche on ne voyait pas plus de candidat d'union, il y a encore deux ans. 

En attendant à droite, on s'oriente vers la continuité en pire: soit deux partis d’extrême droite incompatibles (pour le moment, les alliances aux municipales seront à scruter avec attention), et deux partis de centre qui se détestent. Car, s'il y a mouvement des foules UMP vers l'UDI, soyons assurés que Bayrou, qui doit actuellement se mordre les doigts jusqu'au pied, ne lâchera pas sa baraque à frites. Ajoutons à cela un Nicolas Dupont-Aignan dont aucun des quatre ne veut entendre parler.

Le vainqueur immédiat du carnage n'est donc pas Marine Le Pen, ni Nicolas Sarkozy (entendu ce jour par la justice), mais bien François Hollande, lauréat de primaires ouvertes dont chacun a salué l'avancée démocratique qu'elles constituaient, le sérieux des débats et l'organisation, un François Hollande encore accusé d'amateurisme hier. Mais c'était hier. Les critères du sérieux politique viennent d'être durablement redéfinis. Et c'est la plus grande leçon de la semaine. 


Illustrations : Stephen J. / Salam93 / Seb Musset

21 commentaires:

Politeeks a dit…

permet moi de mettre un bémol sur Lefrebvre , vrai clown en effet. Mais il faut remarquer qu'il s'est calmé depuis quelques mois , sentant sans doute que l'UMP allait faire l'objet de clowneries de taille.
Sans doute là son expertise en clownerie lui aura été utile.

Er fait le total des motions, il ne reste que 10% de libéraux, 10% de neuneus , et 10% de libéraux, le reste = droite forte ou sociale qui pense la meme chose.

seb musset a dit…

@politeeks > Oui, et c'est sans compter sur le temps qui efface tout et les amitiés qui vont renaître une fois la situation stabilisée. Reste pas moins qu'il reste 2 extrêmes droites. Feront-elles l'union sans se trahir l'une l'autre ?

Ed a dit…

Elles font bien peur les photos, j'en ai fait tomber mon pain au chocolat.

StefG a dit…

J'ai également été sensible au mélodrame. Lars Von Trier devrait s'inspirer de l'UMP dans une prochaine ode poétique, histoire de mettre des mots intelligents sur le désastre, le chaos,la fin du monde.
Hé si, on peut encore faire un chouille de la caricature (suis mon lien), mais z'il est vrai que c'était avant l'explosion du boeing hier après-midi.
Jolies photos. Sinon, je vois return en Rarkozyland dans pas longtemps (il commence déjà à distiller des extraits de la semence de sa pensée dans le Canard, par exemple, dézinguant Fillon et se disant qu'à la pâle copie (Copé), les franchouillard préfèreront l'original (himself).

Bembelly a dit…

Télénovela?
T'as raison, Y a mieux mais, restons courtois, ne point trop en faire...
;-)

cdg a dit…

Seb tu es tres optimiste.
La gueguerre de l UMP ne laissera pas plus de trace au niveau des electeurs que la guegerre Segolene/Aubry

Les prochaines elections sont dans 2 ans. d ici la ca sera oublie, surtout si les resultats (economique car c est ca qui compte pour 90% des electeurs) de hollande sont mauvais (ce qui risque fort d etre le cas, car on ne redresse pas un pays en 2 ans surtout si tout coule autour de soi)

Si on ajoute que l UMP part d un point bas (les regions/mairies sont majoritairement PS) il ne sera pas difficile pour eux d entonner "on a gagne" apres les elections

Reste le probleme du programme. C est sur que "virer Hollande" est un peu court comme programme mais ils ont 5 ans pour sortir 2 ou 3 idees qui cacheront le vide. Le FN veut evidemment dynamiter l UMP mais la plupart des tenors de l UMP ont trop a perdre pour tenter une scission. DOnc meme profondement divise, l UMP restera comme elle est.

Sinon penser que Borloo peut jouer un role, c est avoir trop abuse du pinard comme celui ci ;-)

seb musset a dit…

@ cdg > Je ne dis pas autre chose, l'UMP va survivre, et ces gens refaire copain d'une facon ou d'une autre. Mais ne pas confondre les représentants politiques et les électeurs.

Fillon devra gagner des primaires ouvertes (et ils ont mis le barre du lol très haut) et faire oublier cette séquence (pour l'instant, elle ne profite à personne). Remarque il a bien réussi à faire oublier en 6 mois qu'il a été premier ministre pendant 5 ans.

Fred Camino a dit…

Billet très bien illustré et sans trucage. Et je suis complètement d'accord avec ta conclusion.

Anonyme a dit…

"@ cdg > Je ne dis pas autre chose, l'UMP va survivre....
Fillon devra gagner des primaires ouvertes"

@sebmusset

L'UMP devra faire, certes. Mais ce ne seront pas DES primaires. Ce sera UNE primaire et ce sera une fausse primaire comme celle qu'a fait le PS.

Ça vous a échappé.

Certes, ils faut "des" primaires. Mais ça, ça voudrait dire que les partis de gouvernements et les élections sont démocratiques en France.

Donc il y aura une fausse primaire en 2017 à l'UMP et c'est tout.

Attention au lapsus. Vous n'allez quand même pas passer dans le camp de la démocratie quand même! Vous savez, des fois, ça commence pas un rien, comme demander "des" primaires.

Anonyme a dit…

"Le vainqueur immédiat du carnage n'est donc pas Marine Le Pen, ni Nicolas Sarkozy (entendu ce jour par la justice), mais bien François Hollande, lauréat de primaires ouvertes dont chacun a salué l'avancée démocratique qu'elles constituaient."

@sebmusset.

Ça m'apprendra à lire les commentaires avant l'article.

Pour compléter mon commentaire précédent, vous participez donc à la forfaiture politique qui consiste à faire passer LA primaire PS qui a permis de départager les hauts fonctionnaires énarques de ce syndicat de fonctionnaire pour DES primaires.

(Rappelons pour les autres que le PS est obligatoirement dirigé par un haut fonctionnaire énarque depuis plus de 30 ans, et il présente obligatoirement un haut fonctionnaire énarque à la présidentielle depuis plus de 15 ans. Et comme la guerre des chefs fait aussi rage au PS, ses hauts fonctionnaires énarques sont obligé d'organiser UNE primaire, et une seule, à seule fin de les départager.)

Pourquoi je ne suis pas surpris?

Evidemment, il faut pas s'attendre à un commentaire sur l'UMP confronté au même problème que le PS: l'aspiration à la démocratie de la majorité des citoyens de ces deux partis contraint les bureaucrates qui les dirigent à organiser ces pantalonnades de "primaire", hommage à la démocratie bi-centenaires des USA qui a fini par débarquer en France.

Lapsus encore, la reconnaissance involontaire de l'absence de démocratie en France, comme en Union Européenne, par l'utilisation d'expressions du genre "l'avancée démocratique".

PS (c'est la cas de le dire): Dans ce contexte, et avec le procès stalinien en cours d'instruction contre Sarkozy, instruit par un Vichinsky à la petite semaine de l'antisarkozysme pavlovien, c'est évidemment Sarkozy qui va sortir renforcé de la guerre des chefs de l'UMP et de la présidence catastrophique du PS.

Casimira a dit…

J'ai adoré votre billet que je trouve immensément drôle... et les images prises à l'arrêt, à mourir de rire.
Je ne changerais pas une virgule ! ;-)

LibéralTanguy a dit…

Effectivement, le problème national et même mondial, est très clairement lié à la fonction publique. Pas à l'oligarchie, la ploutocratie etc non, uniquement, la fonction publique.

Anonyme a dit…

@liberalTanguy
Le problème de L'UMP, c'est en effet, comme au PS, le problème de la haute fonction publique.

Après la parenthèse Sarkozy, un simple membre du Tiers Etat, est ce que L'UMP va rester entre les mains d'un haut fonctionnaire énarque comme Copé?

Historiquement la droite a toujours été dirigée par des hauts fonctionnaires depuis de Gaulle. Et depuis Giscard ce sont des énarques, Chirac, Balladur, Juppé, etc.

Donc pour la droite se pose comme pour la gauche la main-mise des bureaucrates, les gens qui ont toujours vécu de l'argent des impôts sur l'appareil d'Etat.

Anonyme a dit…


"Effectivement, le problème national et même mondial, est très clairement lié à la fonction publique."

@liberalTanguy

C'est pas mondial. Le problème se pose surtout dans les dictatures, évidemment, comme Cuba, la Chine, la Corée du Nord, ou des régimes autoritaires comme la Russie.

Et évidemment des régimes bureaucratisés comme la France de la Vème République.

Anonyme a dit…

Oui voilà, l'emprise étatique, cuba, chine, corée du nord, france. Mais la france est déjà une annexe de l'arabie saoudite, rapport à l'emprise islamique qu'elle subit. Vous faîtes comment, c'est garde partagée entre libéraux et racistes(quoi que les deux sont tout à fait compatibles)?

LibéralTanguy a dit…

Voilà, c'est ca, la corée du nord et la main-mise de l'état par "l'état". Aucunes oligarchies, ploutocraties ou groupe privés dans les problématiques économiques et sociales, c'est ce que je me tue a dire à mes amis degôche mais je me demande comment je pourrais leur faire avaler la pilule(parce qu'elle est grosse kamême).

Anonyme a dit…

"oligarchies, ploutocraties ou groupe privés"

@LibéralTanguy

Ah non! Vos "amis degôche", il faut leur servir leuf dose quotidienne de " "oligarchies, ploutocraties". C'est la condition pour pouvoir garder sa bonne conscience de gôche version monopole du codeur. Cette bureaucratie gaspille au minimum 100 milliards d'€ par an qui nourrissent ces amis (le monopole du codeur, c'est pas donné!). Vous voulez quand même pas les désespérer, non?

Vos "oligarques, ploutocrates" (expression stalinienne des années 30 qui ne veulent rien dire à part ça, mais passons) devront se lever tôt pour gaspiller autant.

Mais peu importe. Les hauts fonctionnaires de gôche sont au pouvoir. Les hauts fonctionnaires de droite tentent un retour, en truquant les élections dans le plus pur style PS, donc tout va bien.

Le principal, c'est de vaincre cette maudite démocratie, n'est ce pas?

Anonyme a dit…

@07:36

Oh vous êtes de ces libéraux qui assument leur néo-libéralisme en avouant que c'est bel et bien la démocratie qu'ils veulent anéantir mais c'est un peu tard, on avait compris depuis longtemps.

Anonyme a dit…

@09:54

Ah vous êtes de ces zantilibéros qui ne savent lire qu'avec les lunettes de leurs obsessions et on le savait aussi.

Anonyme a dit…

Quel spectacle touchant nous offre cette famille se déchirant pour l'héritage. On dirait Audiard dans Les Barbouzes.

Sinon, vous avez tort de vous laisser polluer le blog par des commentaires sans rapport avec le sujet.

Anonyme a dit…

Entre les socialhollandistes et les libertarés qui voient des fonctionnaires staliniens partout on est pas rendu.