mercredi 22 septembre 2010

Nous ne vieillirons pas ensemble

Le maire PS d'une commune d'Ile-de-France se tricote un petit buzz perso en plein Alzheimer day. N'ayant rien d'autre à combattre à la veille de la mobilisation sur les retraites : il veut proscrire de sa commune la nouvelle campagne publicitaire (soit 17 affiches dans son patelin) d'une radio de djeunz[1] mettant en scène des adolescents grimés en personnes âgées, accompagnés du slogan :

"Ne vieillissez pas trop vite."

Interdire cette forme ultime de liberté d'expression du plus riche qu'incarne la publicité, c'est bien, mais allons plus loin Monsieur Le Maire. Bannissons l'intégralité du secteur de ces agressions sonores, visuelles et auditives aux mains d'impostures surpayées et auto-flatulentes, mercenaires du mensonge et collaborateurs de toutes les escroqueries, pompant le talent des autres et n'ayant jamais rien inventé (si ce n'est dans les années 80, la stupide, puisque de Séguéla, idée qu'ils représentaient l'aboutissement de la démocratie).

Même si j'en connais qui s'ennuieront, l'éradication de la pollution publicitaire nous apaiserait le cerveau et contribuerait à faire chuter les taux de surendettement et de délinquance, petite et grande, liée au vol et au trafic d'objets ou de fringues de marque.

Non ?

Non. Le casseur d'affiches a l'indignation sélective expose dans diverses tribunes les raisons de la colère. Attention, planquez les enfants :

"Les personnes âgées n'ont pas à subir cette agression publicitaire qui suggère que la vieillesse est une maladie"
.

"Nous devons dire stop à cette dévalorisation systématique du grand âge et ce jeunisme permanent. Nous sommes dans une société vieillissante, il faut l'assumer positivement" [Le Monde]

« Les personnes âgées n’ont pas à subir cette agression publicitaire dans les bus qu’elles empruntent ou dans les abribus situés en face de nos maisons de retraite » [Le Parisien]

Le pourfendeur du jeunisme, interviewé le 20 septembre dans l'édition spéciale sur Canal+ va même jusqu'à déclarer, avec une finesse d'analyse elisabethlévyesque, que cette campagne "fait le jeu du front national."

Bref, une affiche aussi violente, ça bouscule le bien-être de la France gériatrique, heu pardon de ces "seniors" qui règnent d'une canne de fer sur à peu près tous les pans de la société, y compris, gentil maire socialiste en retard de 1936 combats, sur le monde de la publicité.

(Dis donc... Il a raison Le Maire : à en juger les publicités, ça a l'air vachement cool la vieillesse.)

Disposant du pognon, du temps libre, de l'épargne et du patrimoine, le "senior" est un très gros consommateur, une cible privilégiée des annonceurs. Mais le "senior" est également un acteur fréquent de la réclame pour y promouvoir une pilule anti-rides, une croisière en Thaïlande ou un yaourt au gingembre. Il y apparait, 11 fois sur 10, customisé en "jieux", jeune à cheveux blancs d'âge indéfinissable, quelque part entre 40 et 65 ans. Ce qui n'est probablement pas scandaleux, Monsieur Le Maire, dès lors qu'il s'agit de faire la promotion d'une assurance retraite complémentaire.

(Si c'est une banque qui le dit, où est le mal ?)

Le "junior", lui, est invité à baisser les yeux sur la domination publicitaire des vieux et à fermer sa gueule sur ses conditions de vie dégradées, ses stages sous-rémunérés et ses contrats lance-pierre qui n'en finissent jamais, sur le chômage dont il est la principale victime, les loyers exorbitants dont il doit s'acquitter auprès des gentils ainés à ne pas brusquer dans leur quiétude bien méritée, sur la nature de cette politique de la rente accompagnée de réformes sociales et législations sécuritaires qu'il prend systématiquement dans la face.

Quant aux enfants, ils sont priés d'attendre, devant leur offre de téléchargement légale et dans le respect des valeurs du marché accompagné d'un flic armé en cours, que leur "choix de citoyenneté" se réduise à deux options : être coupable à 14 ans ou entrepreneur à 16.

("Don't judge a book by the cover")

Pour leur retraite, les jeunes sont également encouragés à laisser tomber : c'est une affaire de vieux. Tel que c'est engagé, pour que perdure quelques années encore le jacuzzi de jouvence des retraités dans la place, les générations d'en-dessous, piétinées, s'enfonçant dans la mort au travail, l'absence de soins et la mal-bouffe, ont toutes les chances de ne jamais avoir à subir ce drame intolérable.


(La publicité ? Un bon révélateur de l'état de notre société.)


[1] La radio et l'agence de publicité sont dirigées par des proches du Monarque.


guerre des générations

9 commentaires:

cultive ton jardin a dit…

Tu es sûr que c'est une question de jeunes et de vieux?

Je connais des vieux (surtout des vieilles à vrai dire) qui survivent difficilement d'une retraite misérable, après avoir bossé toute une vie. Certaines de 12 à 65 ans (53 ans!), mais celles-là ont beaucoup de chance d'avoir survécu.

Tous les vieux ne ressemblent pas à ceux que tu décris. Ceux que tu décris sont simplement plus VISIBLES parce qu'ils occupent des positions dominantes.

mike hammer papatam andropov a dit…

Un merveilleux coup de poing dans le dentier de la ride dominante.
Merci.

seb musset a dit…

@cultive ton jardin > absolument, ce n'est pas une généralité, les "golden seniors" cachant le million de retraités vivent sous le seuil de pauvreté).
De surcroit, cet "âge globalement doré" ne va pas durer.

La descente va commencer directe avec les quinquas qui vont devoir attendre, souvent au chomage, deux années supplémentaires pour toucher leur retraite.

En revanche, les stats de l'INSEE sont claires, le pognon est entre les mains des plus âges. 1 jeune sur 4 vit également sous le seuil de pauvreté, avec cette spécificité non-négligeable que le jeune pauvre, parfois, travaille !

Quant à la suprématie de l'idéologie qu'un blogueur de talent appelle "vioquisme", il n'y a qu'à allumer une télé, une radio ou feuilleter un magazine pour la constater.

cécile a dit…

ca fait du bien ce coup dans le dentier parce qu'en plus comme de tout temps il me semble mais avec encore lus d'aveuglement, non seulement ils squattent les urnes mais aussi la parole, assénant leur vérité (z'ont qu'à bosser, tous des faignants et j'en passe)au mépris de toute réalité.

Anonyme a dit…

Putain Seb, une petite lumière et/ou une lueur d'espoir.... t'es tellement désabusé, pire que moi!! tu vas te faire des acidités d'estomac, ce que tu décris je les déjà visualisé il y a 20 ans en région parisienne... va faire un tour en Asie... "plus simple pour eux ils n'auront jamais vécu le confort" "la retraite parachute ?" eux ils se la paient dès qu'ils bossent un peu ! nous on tombe de haut de très haut perso, oui je flippe pour mes enfants; mais ils improviserons, ils inventerons, la vie est la plus forte encore pour le moment...mes gamins et leurs potes ont compris le coup des marques, et ce qui est in c'est surtout de ne plus rentrer ds ce jeux là, et plein de gens inventent, bosphorent sont conscients et refusent ces systèmes...il y a beaucoup plus de job via des pépinières tiens va faire un tour des pépinières en France et Europe, là ou les gens passent outre l'étatisme à tout va, Bouge ton honorable popotin Seb vas-y en stop ça marche hyper bien et en plus c'est cool. Vera

Anonyme a dit…

D'habitude je suis plutôt d'accord avec ce que tu dis, mais là ton texte me gêne beaucoup.
Tu fais en effet une attaque sur une catégorie générale, et je ne vois pas trop la différence avec des réflexions racistes, à la différence qu'il s'agit de critiquer une classe d'âge et non une "race".
Remplace toutes les mentions d'âge par celles de "race" et tu obtiens un odieux texte raciste rempli de généralités; mais là il s'agit de "vieux" alors ça ne pose pas de problèmes? Même remarque pour certains commentaires haineux ("coup dans le dentier", "ils" squattent, etc.). Même remarque pour le "vioquisme".
Tu le reconnais implicitement dans ta réponse à "cultive ton jardin", mais tu recommence juste après.


J'ajouterais même que comme ça tu fais le jeu du sarkozysme, dont un des fondements est de dresser les "petits" les uns contre les autres.

Anonyme a dit…

Les jeunes contre les vieux, les laïques contre les musulmans, les riches contre les pauvres, les gagnants contre les perdants, les beaux contre les moches, les rentables contre les jetables, les français contre les français, les gens contre les gens, les uns contre les autres, c'est d'l'am, c'est d'l'am, c'est d'l'amour... quoique ?

seb musset a dit…

@anonyme > je reviens d'une manifestation pour la sauvegarde des retraites de demain où l'audience avait majoritairement plus de 55 ans, donc tu vois...

S'il y a une chose que je déplore plus que la "domination vieille" c'est la soumission des jeunes à cette domination vieille.
Si tu lis bien les articles sur ma propre génération et celle d'en dessous car je commence à me faire vieux moi même, ils sont bien plus violents que ce texte.

Le problème c'est la RE-PAR-TI-TION du pognon et du pouvoir. Une fois que tu as expliqué ça, tu expliques tout le reste : le discours politique droite comme socialiste, les médias, la réforme des retraites...

Monsieur Poireau a dit…

C'est drôle comme ce monde d'affiches débordant de sourires rémunérés fini par nous rendre triste…
:-|