mercredi 8 juillet 2009

[film] la voleuse d'images


La voleuse d'images est un film sur l'anorexie mentale, articulé autour de trois personnages féminins.

Quel est le rapport avec ce blog ? Presque aucun si ce n'est que j'en fus le scénariste et le réalisateur, il y a un paquet d'années et sous un autre nom.


A en juger par les préoccupations pré-estivales à l'ombre des jeunes filles en fleur de mon entourage, cette petite histoire entre fiction et réalité est plus que jamais d'actualité.

Les lecteurs fidèles y reconnaitront des connexions avec mon premier livre. Quant aux futurs spectateurs de la maison qui sera diffusé ici à partir du 9 juillet, ils pourront toujours s'aventurer à établir un semblant d'homogénéité dans ma filmographie.

Les fans des Blérots de R.A.V.E.L reconnaitront le chanteur du groupe, Frédéric, dans le rôle de Tom. Les plus cinéphiles, eux, trouveront peut-être quel mythique réalisateur new-yorkais endossa pour un plan, la studieuse silhouette du père de Sarah.




17 commentaires:

hypos a dit…

Je l'ai déjà vu il y a quelques mois et je l'avais trouvé vraiment poignant, juste, dosé et pas du tout gnangnan ou dogmatique ce qui est assez rare sur le sujet (que je connais bien puisque j'ai côtoyé Ana quelques années dans ma jeunesse). Bravo Seb !

lgosse1 a dit…

Allez, seb, on t'a reconnu alors! http://www.imdb.com/name/nm1448793/

Edelihan a dit…

Pour avoir vu quelques un de ses films, et sans faire de lèche, ce film (re)présenté aujourd'hui est celui qui traite le mieux à mon goût et à ce jour ce sujet fort compliqué.

La maison, quand à elle, est à voir (absolument!, comme disent les chausse-pieds journaleux du cinéma français), surtout si vous souhaitez avoir une vision claire (de plus) de ce qui est possible d'advenir quand on pousse "quelqu'un" à bout.

J'en dis trop, mais tais toi dont !

seb musset a dit…

@lgosse1 > en même temps ça fait 2 ans que la réponse est écrite en toutes lettres sur cette page.

jonathan a dit…

Superbe. Bravo à toute l'équipe.
Et la demoiselle qui commente est très jolie.
;-)

Ciao seb. Thx.

Denis a dit…

Bonsoir,

Juste ce qu'il faut comme il le faut.

Mais je suis curieux de savoir comment ceux qui n'ont pas vécu l'anorexie ressentent le film. Quels ont été les retours sur ce film dans ton entourage Seb Musset ?

seb musset a dit…

@Denis
Merci. C'était le but du film > Essayer de faire vivre le spectateur l'espace de quelques minutes dans la tête d'une anorexique.
J'en avais marre de voir le sujet accaparé tous les 6 mois par Delarue et son équipe de terminators du doc.
Le film a plutôt bien marché. Très téléchargé sur DM. A chaque fois qu'il passe, je reçois une cargaison de mails et on me le demande régulièrement pour des ateliers sur l'anorexie, dans les écoles d'infirmières...

Rafo a dit…

Je vais faire mon chieur mais... y'aurait pas un pb de ratio d'image ? J'ai l'impression qu'on a du 16/9 diffusé en 4/3.
Je me regarde ça ce soir.

Kaos a dit…

Ouais c'est bien foutu, bien écrit, bien pensé. Et c'est agréable en noir&blanc.

A part cette tendance de la narratrice à appuyer sur les 'e' muets (même un qui qui n'existe pas) que je trouve indigeste. Mais je trouve déjà que prononcer le 'e' dans je, c'est souvent de trop.

seb musset a dit…

@Rafo > C'est ça l'anorexie : un problème de ratio d'image.

Par n'importe quel ratio avec lequel tu regarderas le film, tu ne pourras pas le voir dans le bon format : C'est fait exprès ;)

seb musset a dit…

total anti home-cinema ;)

stephane a dit…

Descente au enfers d'une ame torturée.
Belle analyse, trés sensible, le N/B convient bien a l'ambiance avec le passage à la couleur a la fin en signe de resurrection.
Enfin bref, Seb, tu es vraiment doué, et tu en tire bien profit, ne t'arrete plus.

Pour revenir avec ce genre d'épreuve de la vie, cela est parfois necesaire et permet de voir quel sont tes "vrai" amis.
Personellement, la mort ma effleuré de ses ailes plusieurs fois, tu en ressort toujours grandi.
La mort, elle aussi, se laisse intimider, mais il faut la regerder bien en face.

BiBi a dit…

Ecrire, filmer, manger.
La main, l'oeil, la bouche. Tout tourne autour, tout y va et y revient.
Et tout de cette Vie nous laisse sur notre faim.
Peut-etre faudrait-il peser cette vie-là de tout son poids tout en la prenant à la légère ?
Il 'y a pas d'autre vie. Tu reprendras ta caméra, tu avais juste besoin de temps ( de vivre).
Maintenant il est temps de (re)filmer, de commencer, de (re)commencer.
A bibientôt.

BiBi a dit…

Si ça t'interesse..." l'Art, le théâtre, la Vie sociale..." sur [http://www.pensezbibi.com]

Céline a dit…

C'est pas Jim Jarmush quand même le père?

Céline a dit…

Beaucoup aimé le film en tout cas.

seb musset a dit…

@celine > y a de l'idée. Pas loin, mais la génération au-dessus.