jeudi 20 septembre 2012

Apocalypsimmo 15: Donnez-leur du moche !

L'hiver dernier il défendait l'idée que ne pas faire des travaux pour son locataire c'était autant de thune en plus pour le bailleur. Cet été, il portait plainte auprès de la commission européenne contre les organismes HLM pour "concurrence déloyale" sur le marché de l'immobilier.

Pour la rentrée, Jean Perrin, président de l'Union Nationale des Propriétaires Immobiliers, diamant brut de la pensée des rentiers, franchit le Rubicon et s'attaque au mal-logement. Il suggère qu'on loge enfin ces pauvres qui font désordre dans la rue, dépréciant la côte des quartiers n'ayant vraiment pas besoin de ça par en cette période de retournement de l'immobilier

Mais, déjà que les prix chutent, n'allons pas sottement dégrader le standing du possédant en distribuant quatre murs et un toit avec l'eau courante au premier venu. Perrin propose donc que l'on construise aux revenus modestes des cabanes en préfabriquées avec modules en plastiques ou, en langage courant, du low cost cradingue en containers. Même que le béat de la pierre appelle ça "l'habitat essentiel"  
(Simulation AutoCad de l'habitat essentiel)

"Dans une série de propositions souvent iconoclastes, l'organisation, virulente contre des "contraintes" actuelles qu'elle juge excessives, prône aussi de supprimer les ascenseurs, quitte à n'offrir l'accès aux handicapés qu'aux seuls appartements "situés en rez-de-chaussée"" Peut-on lire dans Le Point.

Il n'a pas tort le Perrin. Corrigeons ce travers du pauvre à se rouler dans la vie facile avant qu'il ne soit trop tard. Un vice dont le recours abusif à l'ascenseur dès qu'il y a des étages à monter est le signe précurseur. Si l'on ne prend pas garde, un jour cette tentation conduira la vermine à réclamer fenêtres et électricité. 

Reconnaissons que l'autre avantage de "l'habitat essentiel" à la Perrin, en plus de ne rien coûter, est de valoir en retour queue de chie sur le marché. Comme ça: pas de concurrence des prix. De plus, à l'heure où l'assemblée vote des constructions massives de HLM, cette vie en glacière réservée aux pauvres perpétuerait dans l'imaginaire des potentiels futurs propriétaires que logement social = habitat de sous-catégorie, inconfortable, moche et petit. 
(L'habitat essentiel saura se fondre dans l'environnement.
Ici la déchetterie)
Dans un pays où des millions de gens ne savent pas qu'ils sont éligibles à un logement social, il faut à tout prix éviter la prise de conscience chez les revenus modestes qu'il vaut peut-être mieux, pour eux, habiter dans des bâtiments neufs à basse consommation énergétique et à loyers réduits, que de s'endetter sur 30 ans pour rembourser à la banque un machin isolé se dévalorisant à vue d'oeil. 

Avec le ramdam de Duflot, le propriétaire n'est pas à l'abri d'un basculement idéologique de ses compatriotes. Perrin précise d'ailleurs avec une terreur teintée d'incompréhension interdite que les HLM d'aujourd'hui sont "d'une qualité équivalente à celle des logements privés". Ce qui, nous en conviendrons, est le comble de l'injustice.

"Tout ce qui relève du superflu doit être banni" continue Perrin le samaritain ne faisant pas ici référence aux agences immobilières, mais bien au confort des locataires. Quant aux handicapés, ces privilégiés d'une société d'assistance qui bouffent de leur indécrottable impotence le pognon de ceux déjà en surplus d'indécence, et bien tant pis pour leur gueule! Les normes sur "l'accessibilité physique" ont "tué l'accessibilité financière". A bon entendeur, pour toi le mec en fauteuil roulant: la vie rien qu'au rez-de-chaussée va commencer.
(En option à 15.67euros, le sanitaire à domicile)
Perrin, au top, plaide également pour une généralisation de la colocation, mais de masse

"Les laveries déjà fréquentes dans les résidences étudiantes pourraient être complétées par des espaces de séjour commun"

Rien de tel pour oublier sa nuit en boite de conserve que la chaleureuse camaraderie de ses semblables sous les tôles d'un hangar où, bras dessus bras dessous, l'on pourra laver ensemble strings et caleçons, mais aussi prendre ses repas et pourquoi pas, soyons modernes, se doucher. Mais à l'eau froide, n'allons pas non plus nous rouler dans la luxure. Bref, un vibrant plaidoyer pour un retour à la vie en collectivité, mais en zones réservées et rien que les fauchés. Seules âmes encore préservées du matérialisme ambiant et dont la quotidienne proximité avec la survie leur offre l'opportunité d'apprécier les joies simples d'un quignon de pain sec dans la gueule ou d'un sommeil sur carton aromatisé à la pisse

Visionnaire, humaniste, mais pas mécène pour un sou, le patron des proprios insiste: il ne mènera pas gratuitement cette révolution du camp de concent... euh du "bâtiment en France" sans une substantielle baisse des impôts pour les propriétaires !

C'est fort légitime. Leurs biens ne s'étant valorisés que de 150% en 10 ans. 

10 commentaires:

omer a dit…

"Perrin, au top, plaide également pour une généralisation de la colocation, mais de masse..."

Du temps des soviets on appelait cela des "kommunalki" ou "appartements communautaires".
L'Histoire est un perpétuel recommencement...

un partageux a dit…

Tu as de bien mauvaises relations. Tu finiras mal !

omer a dit…

@ un partageux
Bonjour, pourriez vous préciser votre pensée ?

Le Parisien Liberal a dit…

"Dans un pays où des millions de gens ne savent pas qu'ils sont éligibles à un logement social"

quelle confusion !
le logement social n'est pas un logement moins cher, c'est un logement subventionné par le contribuable. Et oui, il faut bien les acheter, les terrains !

Il n'y a pas de droit au logement, social ou pas, comme Sarko et Fillon ont voulu le faire croire.

Anonyme a dit…

je veux pas faire le" relou, mais on peut faire de super truc avec les container...bien mieux que les apparts qui crament à saint denis

seb musset a dit…

@anonyme > Je n'en doute pas, mais ce n'est pas ce qui est cherché ici. Cultiver la peur du logement social dans l'inconscient collectif est un impératif pour certains.

seb musset a dit…

a lire sur ce sujet http://www.liberation.fr/societe/2012/09/12/saint-denis-le-cynisme-des-proprios_845936 avec de belles infos sur les proprios...

Politeeks a dit…

N'oublions jamais l'arnaque de la maison a 100 000 euros.

cdg a dit…

dans le cas de l ascenseur, c est stupide avec une population vieillissante, par contre il y a peut etre des choses qui pourraient etre regroupees afin de faire baisser la facture. la premiere etant evidement de faire des immebles plus haut ;-)
mais contrairement a toi seb, je pense que par exemple c est pa sune mauvaise idee de regrouper les machines a laver voir d en mettre plusieurs de bone qualites plutot qu echacun ai la sienne
En Allemagne, les machines a laver ne sont pas dans les appartement mais dans une piece au sous sol (ce qui est tres bien: c est moins bruyant, pas de pb en cas d innondation). Ou j habite maintenant On a meme une piece commune ou on peut faire secher le linge (pas tres ecolo ca il y a une machine pour dehumidifier mais la encore c est une sacree economie d echelle avec 1 machine pour 8)

seb musset a dit…

@cdg > cela rejoint un commentaire qui a été avalé sur les machines à laver commune aux US.

1 / Aux US, cela concerne surtout des petits immeubles avec 4 ou 5 apparts (chose encore trop rare en France). Ce n'est ni plus ni moins que des laveries privées intégrées aux immeubles (comme les distributeurs de boisson)

2 / C'est déjà le cas par la force des choses ici. J'ai habité dans 20m2 pendant 5 ans, je n'avais pas la place pour installer une machine à laver, et de tts les façons pas d'arrivée d'eau. Donc > Laverie automatique (+ remonter le linge de 4 personnes sur 4 étages. Quand t'as pas d'ascenseur comme le veut Perrin, c'est moyen cool)

3 / Aucun rapport, mais je viens d'apprendre que Perrin fait partie du PDC de Christine Boutin, soutenu aux élections locales de son coin par l'UMP