mercredi 3 septembre 2008

Sarah Palin : L'arme fatale ?

Attention aux confortables erreurs d’analyses au sujet de la politique US à 4000 kilomètres de distance.

Rappelez-vous l’été 2004 après le plébiscite du Farenheit 911 de Michael Moore en France (scandaleuse palme d'or*) : Les médias français considéraient comme acquise l’élection de John Kerry, candidat démocrate devant nettoyer l’insulte George W.Bush et dont on a depuis oublié le nom et la tête.

Ayant séjourné cet été là dans un Michigan bien différent de celui repeint par Michael Moore, j’étais revenu en France avec la conviction que Bush serait réélu, ce dont mon entourage et les médias, prenant leur éthique personnelle pour une vérité générale, ne pouvaient pas concevoir.

Ce sont les mêmes qui prétendent aujourd’hui que le candidat républicain John Mac Cain a torpillé sa campagne présidentielle avec le choix de Sarah Palin, gouvernante débutante de l’Alaska et ultra-conservatrice, comme colistière de son ticket.

Effet de la panique qui envahit le camp républicain après le succès de la convention démocrate, point extatique de l’Obamamania, le tir de barrage « Sarah Palin » de l’ancien militaire Mac Cain n’est, d’un point de vue tactique, pas la suprême bêtise que l’on peut lire ici et ou encore .

D’abord, et vous l’aurez noté : C’est une femme. Mac Cain ose donc ce que les démocrates n’ont pas fait.

Le passé de Miss qui dévalue Sarah Palin dans les médias français est positivement connoté dans la conscience populaire américaine. Une Miss américaine n’est pas Valérie Bégue. On a beau voir la miss en bikini dans le magazine du flingue, son bikini reste un drapeau américain et on ne verra jamais sa sex-tape dans News of the World. La différence est ténue mais là-bas, un bout de nichon c’est sacré.

La Miss fait partie de la tradition américaine comme le premier amendement et le pop-corn au cinoche du samedi soir. Cette ascension sociale via une promotion qui n’est pas seulement esthétique mais inclut des valeurs morales et religieuse, est hautement considérée outre-atlantique. C’est du spectacle, certes, mais qu’est-ce qui ne l’est pas aux Etats-Unis ? Cette dimension n’est pas à prendre à la légère pour un peuple qui a consacré à deux reprises un acteur de série B à sa présidence et un boby-builder autrichien venu réussir son rêve américain, à la tête du gouvernement de Californie.

Ensuite, Sarah Palin gouverne l’Alaska, ce qui pour l’américain moyen est un peu la dernière frontière bref, un synonyme d’ouverture sur le monde. Pour faire court, ça nettoie l’accusation d’un vote trop poussiéreux. Le républicain moyen qui votera pour une colistière d’Alaska aura le sentiment d’avoir accompli un geste aussi révolutionnaire que s’il avait voté pour un candidat noir - mais avec le noir en moins -. Car, croyez-moi là-dessus, on sous-estime en Europe le racisme anti-black qui est toujours une constituante américaine.

Sarah est créationniste ? Pro-arme ? Anti-avortement ? So what ? Sarah est à l’image de nombre de ses compatriotes. L'histoire de la grossesse de sa fille mineure ? Tout cela va rentrer dans l'ordre par un mariage et, au contraire, finira par rajouter du crédit à son discours célébrant la vie à tout prix et attendrira l'audience (spéciale dédicace à Rachida).

Ne pas oublier le dicton "God, Guns and Guts made America Great". Sarah Palin réunit les trois mieux que personne !

Sarah Palin gêne l’élite des côtes ouest - c’est à dire l’intelligentsia européanisée de New-York, Boston et Los Angeles - et la majorité des européens soit, respectivement, 7 % et 0% de la population américaine. Le vote ne se passe pas là.

Son inexpérience et son côté populaire ? Dans des démocraties occidentales qui plébiscitent les candidats de Big Brother ou de la Star Academy et font de ces jeux la seule possibilité de progression sociale, je prétends que ça la rapproche plutôt des ambitions moyennes de ses électeurs.

Ajoutons qu’il y a un bon paquet des soutiens d’Hillary Clinton qui ne se reporteront jamais sur Obama.

Ajoutons qu''il y a aussi un paquet de noirs américains qui considèrent Barack trop blanc.

Ajoutons que les hispaniques sur la base d’une jalousie communautaire n’encaissent pas Obama et qu’ils représentent un autre gros paquet d’électeurs et que ça commence à faire beaucoup de paquets...

Ajoutons que « Démocrate » et « Républicain » ne signifient pas « gauche » et « droite » mais que chacun de ces deux partis regroupe des gens de gauche et de droite (quoique dans le cas des républicains c'est plutôt de "droite" et d'"extrême-droite").

Je reste donc, pour l’instant, réservé sur le soi-disant suicide politique de Mac Cain.
Au contraire, on a jamais autant parlé de lui depuis 72 heures.

N’est-ce pas le plus important quand on vend un produit ?

* L'attribution de la palme d'or à ce documentaire de piètre qualité n'est peut être pas étrangère au fait que, cette année là, le président du Jury, Quentin Tarantino, préparait la sortie de son film "Kill Bill" produit et distribué par la même compagnie que celle aux commandes du film de Michael Moore. Simple supposition...

8 commentaires:

seb musset a dit…

Noryungi m'informe que la photo de Sarah Palin est un fake :
http://www.snopes.com/photos/politics/palin.asp

Sur le fond et sur la forme, c'est un très beau fake !

jameswest a dit…

Depuis le début je suis certain que Mc Cain sera élu, les Américains ne sont pas mûrs pour élire une femme ou un noir même plus blanc que noir.

ZapPow a dit…

Moi, je ne suis sûr de rien, sinon que Sarah Palin va rassembler les voix de la droite et de l'ultra-droite religieuse, et que ça fait un sacré (c'est le cas de le dire) paquet de gens dans les pays des Braves, de la Liberté et du Bon Dieu Réunis.

OUTREMEUH a dit…

Pardonnez mon outrecuidance, tous ces regards attentifs vers l'ouest me sidèrent !
Pourquoi se préoccuper d'une élection dans un pays qui nous est si lointain à tous les niveaux ?
Demandez à n'importe quel étasunien de situer la France, l'Espagne ou l'Italie sur une carte du monde...vous arrêterez ensuite d'avoir le regard tourné vers ces "lumières".
Ces braves gens n'ont même pas la palme du nombrilisme :
à l'occasion d'un voyage à l'est, en apercevant les infos TV locales, je me demandais pourquoi tant d'attention pour la France ou l'Allemagne alors que bien des français ne peuvent placer l'Albanie ou la Slovénie sur une carte...

Je crois qu'il faut arrêter de regarder dans cette direction, et devenir plus pragmatiques et réalistes : lorsque la cabane du voisin s'effondre, on ne va pas construire la même !

Pour moi, le rêve américain, c'est simplement un truc de beauf', c'est le drapeau US dans la cabine du camion à "Mimile", c'est les spots de pub TV tournés outre atlantique pour des voitures françaises qui ne rouleront jamais là bas, pire encore ce sont des idées économiques farfelues et inadaptables dans notre culture et notre environnement.

Alors je dis : restez informés, mais dites vous bien que votre opinion, vos vies , vos choix n'ont aucune valeur, aucun poids pour ces fameux étasuniens que certains individus issus de la sphère politico-journalistique adulent.
Snif' c'est triste, se dit alors "Mimile", je vois Arnold et Willy dans ma TV mais eux ne me voient pas...

blabl a dit…

Ils élisent leurs président aux US ?

Je croyais qu'ils se bornaient à programmer des machines de vote ?

ZapPow a dit…

Tout à fait d’accord avec outremeuh, à un détail près : je trouve tout à fait normal qu’on se préoccupe des élections états-uniennes car, même si les ressortissants dudit pays ignorent tout du reste du monde, ils ont une forte tendance à y laisser traîner leurs gros godillots et à y écraser des orteils plus ou moins délicats. Orteils que nos dirigeants tenteront de soulager, ou écraseront de concert, c’est selon.

Ainsi, l’Afghanistan, où nous avons suivi comme un seul homme. Nous aurions suivi de la même façon quelqu’un qui soit moins foudre de guerre et qui aurait cherché une réponse plus appropriée à l’hébergement de leur "most wanted" par un pays dirigé par des crétins fanatiques qui n’avaient jusque-là fait montre d’aucune hostilité, au moins active, vis-à-vis d’un pays étranger. Ou celui que nous avons ainsi suivi aurait pu profiter de l’occasion pour une détente avec un autre pays qui était tout près à cela : l’Iran, dont il a choisi de faire un ennemi pour des raisons assez stupides.

seb musset a dit…

Je l'ai déjà dit ici, la politique du président américain a bien plus de portée à l'étranger que dans son propre pays où la majeure partie des lois dépendent des Etats.

Aka 75 a dit…

Mettre une lunette sur un fusil à pompe, c'est ça le trucage.

Franquin disait "associer au plaisir de tuer, celui du voyeur" dans idées noires

toute la fonction de Palin si j'ai bien compris.

@Jameswest
Les français non plus. On a beaucoup dit pour Royal que c'était à cause d'elle mais c'est aussi parce que c'était une femme.

@Outremeuh
Parce que le roitelet français est aussi un député américain néo-con.