lundi 10 février 2014

Zemmourity report


Ça fait un moment que je n’écoute plus les dingo-bigoteries d'Eric Zemmour dont, à l’instar du camp réactionnaire, les sphincters mentaux semblent lâcher les uns après les autres depuis qu’il a découvert les joies du défilé sur pavé entre intégristes hétéroclites (mais tous anticlito) et savouré la capitulation (au moins symbolique) du gouvernement sur la loi famille. Mais voilà, moment de faiblesse, l'autre jour j'ai traîné devant ma télé. Et quand tu traînes devant ta télé, forte est la probabilité de tomber dans les trois minutes sur un conno de la télé-réalité, un libéral habité ou la tête à Rico.

Et samedi, c'était le tour du réac. 

Le dernier débat Domenach / Zemmour (Ça se dispute) sur Itele revenait, pour une fois, sur les intox du polémiste, lâchant sa carte de journaliste pour celle de propagandiste, dans l'émission précédente. E.Zemmour reprenait et propageait la théorie du complot sur une "théorie du genre" qui serait inculquée dans les écoles par les hordes satanistes LGBT (lesbiennes - gays - bi - transsexuels), mensonges à l'appui.  Comme d’autres avant lui, E.Zemmour a compris que dans ce climat délétère, vu l'état de confiture obscurantiste de son fan-club, il ne faut plus s’embarrasser de nuances. Il faut taper vite et fort. Il ne s'agit plus de convaincre les convaincus, mais de les pousser à se radicaliser encore plus, dans l'espoir de décomplexer les autres.

Dans cette émission et la précédente, Zemmour fait l’amalgame grossier (totalement assumé) entre la ligne azur qui est un service d’écoute pour les adolescents s’interrogeant sur leur identité sexuelle et / ou victimes d’homophobie, et l'ABCD de l'égalité, destiné aux écoles primaires pour sensibiliser les enfants aux métiers et tâches du quotidien qu'ils peuvent exercer, où il y a actuellement surreprésentation (inexpliquée autrement que par le poids des préjugés) d'un sexe ou de l'autre.

Il n'en faut pas plus à Zemmour pour voir dans la lutte contre l'homophobie, un complot dont l'objectif est de « détruire la norme hétérosexuelle ». C'en serait juste comme d'habitude con à en pleurer si l'on ne trouvait pas derrière 1 / de réels actes homophobes et des suicides. 2 / son vrai motif : la volonté de faire perdurer le modèle patriarcal, et une société encore très couillo-centrée[2]. 

Je ne vais pas rentrer dans le débat sur la bonne ou la mauvaise éducation et "la norme" sexuelle. Dans les deux cas, j'ai la faiblesse de penser que l'amour et la responsabilité sont des préalables. Je trouve juste risible que des types qui n'ont pas changé une couche de leur vie, ni foutu les pieds dans une école depuis 40 ans, fassent la morale aux Français sur l'éducation de leurs enfants et comment doivent se former les couples. Je dis bien "les couples", parce qu'à ces degrés d'amalgame et de rigidité bientôt ce seront les célibataires qui seront accusés de transgresser la "norme".

(Copé et Zemmour ont raison. 
Assez de cette littérature zoophilo-pédéraste ! Ici le dernier Valeurs Actuelles).

Derrière les propos ciselés, les calicots roses et bleus, les prétendues machinations de "la dictature socialiste" dénoncées par SMS anonymes, les slogans malins (très bonne trouvaille marketing cette "théorie du genre" amenant chacun à se positionner autour de quelque chose qui n'existe pas) ne pas perdre de vue le fond idéologique des Zemmour and co., de cet abrutea-party coagulant dans nos rues sous nos yeux ébaubis : la disparition de tout ce qui n'est pas de souche sur seize générations, catho[3], hétéro certifié et vierge avant le mariage. 

Bref des trois quarts de la société. Et c'est le plus drôle, souvent d'eux-mêmes. Mais chut, ne leur dites pas.

Illustration : un poster trouvé dans la chambre du petit Eric (je m'inquiète vraiment pour lui).

* * *

[1] Le plus inquiétant dans cette histoire : sur la seule base d'une méfiance envers les médias et la classe politique, des parents enlèvent des enfants de l’école après réception d'un SMS non sourcé. Tout ça pour les laisser devant BFM toute la journée.

[2] rappelons les bases du Zémourisme : la femme a le droit inaliénable de fermer sa gueule et de faire, en souriant et avec abnégation parce que l'avortement est un péché, douze gamins à son mari qui, lui, a le droit d’aller aux putes parce que c'est l'ordre naturel et qu'il en va de sa liberté.

[3] musulmans temporairement acceptés, mais uniquement sur présentation de la carte anti-Hollande.

Articles connexes :

Nouveau livre de Seb Musset, L'abondance. 
+ d'infos
Disponible ici en papier ou ebook.


5 commentaires:

Johnathan R. Razorback a dit…

Et dans ce merveilleux climat des années 30, le Monde répercute amicalement les sondages de l’IFOP (détenu par Christine Lagarde), sondages qui place l’UMP grand vainqueur des prochaines municipales.

A part ça, tout va bien avec la réalité…

Jack a dit…

Ce qui est curieux avec le monsieur, c'est qu'il a été condamné pour des propos raciaux au même titre que Soral et Dieudonné, sans parler de la proximité d'esprit, mais le petit Eric semble toujours avoir un accès illimité à la quasi-totalité des médias français.
Quand on sait à quel point ce type est devenu une référence et un modèle pour tous les bas du front de droite, on se pose des questions sur le degré d'irresponsabilité du PAF.

seb musset a dit…

@Johnathan > Compliqué les municipales. Pas forcément des élections les plus parallèles avec le climat politique général.

Les européennes seront plus parlantes. (abstention, vote extrême)

Anonyme a dit…

@ Jack
Zemmour a droit de parole sur tous les médias car il appartient à la communauté sectaire, raciste et violente. Dieudo et Soral non !

Anonyme a dit…

C'est vraiment lourd la négation systématique de la théorie du genre et les railleries qui fusent à l'égard de ceux qui s'en inquiètent. La théorie du genre existe, elle est véhiculée le plus clair du temps par ces fameuses "études du genre" qu'on accepte à peine d'assumer (et pour cause, parfois on y voit de ces horreurs...). Je suis à l'université, à la Sorbonne, et il se trouve que j'y connais une maître de conférence, arrivée récemment, qui en est une farouche adepte. Donc au lieu de dire bêtement que ça n'existe pas, commencez par dire que vous approuvez cette théorie. On aura déjà fait un grand pas vers l'honnêteté et ensuite on pourra débattre vraiment du principe.