lundi 7 décembre 2015

Régionales 2015, round 1 : jusqu'ici tout allait bien

La baffe des #Régionales2015 est pire que prévue. Le 6 décembre 2015 relègue le 21 avril 2002 au rayon d'accident de tir sur un stand d'animation folklorique pré-estival.

Le FN triomphe avec des candidats parachutés mais médiatiques. Le PS est sanctionné en local pour la politique nationale. LR perd le leadership de l'opposition et la défaite est cinglante pour Sarkozy qui non seulement ne capte plus le vote FN comme par le passé (c’était à peu près sa seule qualité) mais en plus divise ses troupes. La gauche, rongée par son archaïsme communicationnel et/ou ses batailles intestines, est inaudible. Les abstentionnistes sont fiers d'eux. Nord et Paca (entre autres) basculent à droite (avec un FN à 40% dans le Nord et un PS pulvérisé). La politique d’austérité du gouvernement (bien silencieux en ce dimanche de rouste) explique bien plus ce score (et la démobilisation qui va avec) que les récents attentats de Paris. Dans la capitale, le FN ne dépasse  pas les 10%. Pourtant, j'ai bien peur que la réponse soit la poursuite et l'accélération dans cette course à l'échec, avec un climat de guerre là-dessus pour unir le pays contre l'ennemi.

La France est à bout de souffle démocratique, au bout de ses scléroses, de ses non-renouvellements de personnels, d’idées et nous (qui par fatalisme, cynisme ou confort, avons également renoncé pour la plupart à nous investir) nous sombrons dans cette absurdité : nous sanctionnons le gouvernement pour sa politique de droite libérale par une forte vague de droite réac (notons d'ailleurs que, pour Les Républicains, une gauche même molle est pire qu'une droite dure). 

Si ce premier tour des régionales est l’échec de Valls et Sarkozy (pour avoir l’un et l’autre persisté dans leurs obsessions), il faut dépasser leur petits cas personnel (l'histoire va les digérer, et moi aussi j'ai envie de dire à l'unisson du pays : "C'est bien fait") : à partir du 13 décembre ce sont les gens en local qui vont trinquer. C’est le plus terrible dans ce délire national : des Français vont payer au quotidien pour les turpitudes d’une élite qu’ils dénoncent par ailleurs en installant une autre micro-élite, nullissime en gestion et pourrie idéologiquement. 


Le calendrier électoral est désastreux. A la différence des différentes mairies conquises par le passé et dont la gestion a tourné vinaigre, si le FN récupère des régions (et notamment le Nord-Pas-de-Calais pour sa présidente), le délai sera trop court avec la présidentielle pour que l’on puisse tirer l’an prochain un bilan négatif de son action.
 
Si maintenant vous n'avez pas compris que si vous ne vous mêlez pas de politique, elle finit par se mêler de vous, alors effectivement vous n'avez plus qu'a prendre un bol de popcorn et confortablement vous installer devant BFM pour les prochaines soirées électorales à dominante bleu marine.

11 commentaires:

FBLR a dit…

Si c'est la politique d'austérité qui est sanctionné, pourquoi les alternatives au socialisme de l'offre, i.e. le communisme vert (EELV-FdG) ou le socialisme de la demande (PCF-FdG) font des scores bien plus faibles qu'en 2010 ? Une vraie question.
Impression que le malaise est plus profond que ce que certains commentateurs (souvent à gauche...) ne veulent voir.

TB a dit…

@FBLR : Parce que personne ne croit sérieusement qu'EELV, le PG ou ce qu'il reste du PCF soient capables de la moindre radicalité.

Abdel Housni a dit…

Vu d'ici (belgique), on ne peut que se réjouir et s'attrister de la manière dont le peuple français a donné une leçon à l'oligarchie régnant depuis des décennies, qu'elle soit de droite ou de gauche.

Dommage que cela se fasse en faisant gagner un partie comme le FN...

Le PS est selon me le plus grand responsable de ce gâchi. Après avoir réussi à dégoûter sa base, les classes populaires, ce parti a fini d'achever le travail avec la population de religion musulmane et/ou issues de l'immigration.

De mémoire, depuis au moins Mitterand, le PS rime plus avec néo-libéralisme, néo-impérialisme qu'avec progressisme.

Le pire ce parti a étouffé toute tentative d'alternative à gauche...

Klaus Toujours a dit…

Aucune région pour le Fn au second tour, ça va stresser fort pendant une semaine et dimanche prochain, comme toujours, on remballera l'épouvantail pour le ressortir à la prochaine foire électorale.
Cette comédie dure depuis trente ans et rien ne change vraiment.
Seule consolation, la terreur médiatique a très peu d'effet sur l'abstention, les chefaillons ne valent rien et de plus en plus de gens en sont convaincus, ça va être long mais on finira par se débarrasser des représentants, continuons de mépriser les méprisants.

des pas perdus a dit…

Se mêler de politique soit. Mais, encore faut-il que la parole donnée soit grosso mode respectée par les politiques dans un système institutionnel dit représentatif où le citoyen signe un chèque en blanc pour x années.
Quand les élus ne respectent pas leur mandat , et qu'on ne cesse d'affirmer Tina, il y a de quoi décourager.

DMY a dit…

Je peux comprendre les tentatives de "c'est la faute à machin", machin étant toujours les partis politiques et leur cynisme mélé de vision à court terme mais tout de même, des gens se sont levés dimanche matin, ont marché jusqu'au bureau de vote, on choisit le bulletin FN, ont attendu le "a voté" et content d'eux ou honteux (ou pire, indifférents) sont rentrés attendre l'annonce de leur vengeance mesquine sur BFM ou ailleurs.
Et ces gens là sont les responsables, nous sommes tous libres de nos actes et le jour du vote nous avons tous le même poids.
Ces gens là sont à blâmer, mille fois plus que nos élus, aussi indigents soit leur discours.

Toutatis a dit…

Si on avait un système vraiment démocratique (proportionnelle intégrale pour toutes les élections) on s'épargnerait toutes les magouilles politiciennes et les résultats des élections provoqueraient beaucoup moins d'émotions hystériques.

Lyonnais a dit…

Présidentielles 2012 : Marine Le Pen 6 421 426 voix

1er tour Régionales 2015 : FN 6 018 775 voix

Chiffres du Ministère de l'Intérieur.

C'est à dire environ 400 000 voix perdues en 3 ans !

Où est le raz de marée frontiste dont on nous rebat les oreilles ?

Anonyme a dit…

Les Français dans leur grande majorité, ne veulent pas de l'union européenne, ils n'en ont jamais voulu, on feint de le découvrir. Ils l'acceptent plus ou moins quand la situation économique est un peu moins mauvaise, comme dans les années 1970, mais fondamentalement, viscéralement, ils détestent tout ce qui est européen, Bruxelles, Schengen, l'Euro etc. On dira, "oui mais dans les sondages...". Certes mais combien de sondés répondent ce qu'ils pensent être de bon ton, afin de ne pas avoir l'air d'un demeuré... C'est comme ceux qui prétendaient vouloir voter pour Ségolène, c'était tendance, mais qui se sont empressés de voter Jean-Marie ou Nicolas. Par ailleurs les sondeurs, comme tous les "experts", sont de l'avis de celui qui les paie.
Et quand cela va mal comme actuellement, ils l'expriment ouvertement... Ce doit être dans les gènes, dans l'ADN des Français et des autres Européens. Les peuples de l'Europe se sont entretués durant des millénaires, l'Europe est peut-être le continent le plus violent de la planète, les massacres du XX° siècle ont probablement été les pires de l'histoire de l'humanité. Peut être que c'est un mécanisme naturel, instinctif d'autorégulation du nombre d'habitant sur une surface somme toute assez réduite...
Et quand on pense qu'il y a 26 millions de chômeurs dans l'Union Européenne, chômeurs qui ne trouveront jamais de travail, et que le peuple Russe est dans une misère noire, on peut prévoir que la solution, pour la classe dirigeante, est d'organiser, à court terme, leur extermination, comme en 14, comme en 40...
Si cela se trouve, dans quelques années la France sera sortie de l'UE, aura fermé ses frontière, sera revenue au Franc qui ne vaudra quasiment plus rien... Le rêve du populo, on va virer les arabes, les nègres, les roms, on pourra piller leurs appartements, du moins prendre ce que la police n'aura pas fauché... Quant à la bonne bourgeoisie, la classe dirigeante, les élites autoproclamées qui ont toujours été le parti de l'étranger et qui ont toujours trahi, elles imaginent déjà avec délice les Cosaques à Paris, et le retour du temps béni de l'Occupation... "Vous allez voir si Poutine leur donnera les 35 heures et le RMI", comme aurait dit Papa... Marine, Nicolas et la pègre qui grouille autour ont bien compris cela... Mais puisque le peuple en redemande...

Rafo a dit…

400 000 votants de moins, mais combien de moins sont aller voter ?
Puisque le vote blanc ou l'abstention ne sont pas comptabilisés, seuls les votants comptent ou plutôt la proportion de votants. Du coup si, la vague est bien lâ, car nul doute que nombre de votants FN de 2012 font aussi partie des abstentionnistes cette fois-ci.

Ursulou a dit…

Quand les votes contestataires deviendront des votes d'idee il sera trop tard:attention ...le probleme de la politique est peut etre quil ny a plus de politique!! Alors on deplace le probleme ailleur:la religion,l'environnement,la couche d'ozone..Ne nous meprenons pas:nos politiques ne servent plus à grand chose si ce nest à nous faire passer pour des decideurs/employeurd à qui on essaie de faire croire que nous pouvons decider par le biais dun vote, d'attribuer ou pas un job à nos valeureux enarques!!Helas il semble que nos politiques ne gouverne pas grand chose avec une dete qui depasse l"entendement!ceux qui gouvernent sont au dessus de tout cela et nous,bien loin dun quelconque pouvoir de decider quoique ce soit.
Et si le seul pouvoir des votant n'etait justement d'avoir le droit de ne plus voter?