mardi 21 janvier 2014

François Hollande et le Medef : plaisir d'offrir, joie de décevoir

Une fois n'est pas coutume, joignons-nous à l'élogieux concert éditorial envers notre président enfin responsable, et reprenons sur notre blog une infographie officielle de L'Elysée relative au très sérieux pacte de responsabilité. Si si. Des gens compétents y croient cette fois. Au même moment, des médias toujours à l'avant-garde découvrent, alors qu'il bascule clairement social-libéral[1], que François Hollande serait social-démocrate (ce qu'il a toujours été, et ce n'est pas insulte dans ma bouche).


Constatons d'abord sur le flyer de la MEDEF-Party que la syntaxe patronale est copieusement reprise : coût du travail, alléger les charges... 

Face à la suppression des cotisations familiales (le nouveau cadeau désormais annuel aux entreprises après le fiasco - pourtant annoncé - des 20 milliards du CICE financés par la hausse de la TVA), on parle d'objectifs chiffrés d'embauches, mais... sans aucun chiffre. Pourquoi donc ? C'est simple. Il est malheureusement à craindre que d'embauches, je veux dire de véritables embauches avec un salaire décent et une visibilité à plus de six mois, il n'y ait pas

A défaut d'objectifs chiffrés pour demain, allons donc chercher les résultats déjà atteints hier avec ce type de méthodes dite de la nouvelle win. On trouve ça sur le site Babordages. On y voit, en deux courbes superposées, le taux de chômage fluctuant entre 9 et 11% depuis 30 ans et le taux de contributions patronales et sociales (charges et coût du travail en langage de droite) fondant de 20% dans le même temps. 


Zutalor. Dés que le patronat bénéficie d'un allègement de cotisations, il ne se répercute ni sur les salaires (ça, vous avez dû le remarquer), ni sur les embauches. C'est une constante depuis des décennies (dans le même temps, la part des revenus allant au capital n'a de cesse d'augmenter). Dès lors, l'observatoire des contreparties pourra observer d'ici quelques années que ce cadeau de 30 milliards n'a pas fonctionné comme nous l'espérions (je rappelle pour mémoire qu'il y a entre 50 et 100 milliards, on ne sait plus trop ma brave dame, d'évasion fiscale par an)

En décodé, travailleurs et chômeurs se seront encore bien faits baiser. 


Quelle sera alors la prochaine cartouche pour relancer notre compétitivité ? Je vous la donne en exclusivité : nantis de smicards, vous coûtez trop cher ! Bande de boulets empêchant les entreprises de bien tourner, il faut réduire vos salaires ! C'est vrai quoi, le SMIC est juste quelques euros au-dessus du seuil de pauvreté. Au nom de la simplification des normes, pourquoi ne pas uniformiser tout ça ! Enfin, on fera ça dans les formes, avec de la ouate et du feuilleton, entre deux Unes de Closer et des débats économiques télévisés à intervenants redondants nous conjurant à enfin choisir entre une politique de droite et une politique de droite. Car tu comprends mon con, il n'y a pas d'autre alternative que de faire et refaire les mêmes erreurs.

Je me jette à l'eau en prévision de l'appel d'offre marketing à venir. On appellera ça le contrat gagnant-gagnant-gagnant ou la garantie capital-pipe ou encore le pacte de précarité salariale

Ne me remerciez pas monsieur Gattaz, c'est cadeau. 

[1] Je vous renvoie à cet article à l'issue d'une autre conférence de presse du Président en novembre 2012 que je pourrais signer à l'identique aujourd'hui.

Seb Musset, L'abondance. 
+ d'infos
Disponible ici en papier ou ebook.






Articles connexes : 

9 commentaires:

Politeeks a dit…

J'ai trouvé mieux comme courbe (et pas floue) , elle est sur mon blog, et OXFAM la en version remise à jour : la dérégulation de la finance internationale et la hausse des profits des dividendes ET baisse de la R&D . Forcément... Est ce gauchiste que de dénoncer cette aberration économique ?

"il faut réduire vos salaires", mais c'est déjà fait : les salaires d'embauche baissent depuis 10 ans dans de nombreux domaines. On a même précarisé des métiers intellectuels avec l'auto-entrepreneur.

Mais attention Seb , tous les patrons ne sont pas MEDEF ou en mode grosCAC, je te rappelle que dans +- 80% des entreprises, l'échelle de salaire est de 1 a 5 au maximum. Ces gens là sont pris en otage par le MEDEF, souvent volontairement et se trompent hélas.

Et sinon on a jamais vu un observatoire , devenir régulateur et correcteur des problèmes. Tout est dans les mots.

Et le diable se cache dans les détails, FH annonce un débat avec les syndicats et MEDEF etc. Mais là encore est ce que l'ESS sera invitée ? est ce que les petits syndicats jugés non représentatifs le seront ? est ce que les patrons non MEDEF/CGPME le seront ? est ce que les indépendants le seront ? est ce que ceux qui payent donc les citoyens le seront ? J'ai un gros doute . Pourtant on parle à de dizaines de milliards et donc de contrat social entre la nation et les entreprises. Tout est dans la méthode et la durée de la consultation : ça va etre réglé en 3 jours... comme du temps de Sarkozy.

Fred Camino a dit…

Et ouais, je sens que les salariés vont se faire avoir encore une fois, c'est gros comme une berline allemande d'un patron du CAC40.

Anonyme a dit…

Pour paraphraser Coluche : Hollande dit "embauchez, embauchez !" et Gattaz comprend "empochez, empochez !".

seb musset a dit…

@politeeks > bizarre, ce graphique qui passe flou une fois sur deux. A priori c'est corrigé.

Sinon... parait que les chiffres sont pipeaux dixit le patron de la CNAF... http://www.20minutes.fr/economie/1276511-les-entreprises-ne-paient-pas-30-milliards-de-cotisations-familiales-assure-le-president-de-la-cnaf

et Gattaz se plaint déjà...

http://www.humanite.fr/social-eco/medef-le-pacte-de-responsabilite-ne-suffit-pas-pie-557266

Nounourse a dit…

Et oui, Gattaz se plaint déjà ! Et par ailleurs ce qui se met en oeuvre actuellement ne devrait pas être une surprise ; c'était annoncé par le Medef avant même que l'ANI ne soit voté, comme l'avait mis en lumière ce billet de Slovar :
http://slovar.blogspot.fr/2013/05/le-medef-prepare-deja-lacte-ii-de-la.html
que j'avais à l'époque répercuté sur notre forum politique .
Cela a quelque chose de désespérant de n'être presque jamais surpris par les pires nouvelles ....
Au rayon du pire, d'ailleurs, il y a ça aussi, qui se passe en espagne dans un étourdissant silence de ce côté-ci des pyrénées :
http://sarkostique.fr/index.php?topic=824.msg43523#msg43523

jean-jacques morello a dit…

Keuwa ? François nous aurait encore glissé une quenelle ? Étonnant, non ?
Et dire que pour foutre le feu, je croyais naïvement qu'on était assez nombreux.

MHPA a dit…

Bon sang de bon soir ! J'avais pas vu (lu) ce billet, tout à mes gribouillis !
C'est flagrant, mais pas seulement les simcards, qui devraient morfler, les bénéficiaires d'allocs, qui, également, avec cette logique, devraient finir par prendre dans le cul !
(je vois déjà le bonheur s'étaler grassement sur le visage de Wauquiez)

Ankalogon a dit…

Les acteurs politiques se suivent et font du bon travail pour Gattaz, d'Yvon en Pierre (et autre groupe de pression)...
Les français pour toute réponse, votent une fois pour les uns une fois pour les autres. Ensuite, ils recommencent.

Il est très étonnant que le patronat n'en profite pas plus.

PS : Plus de 500 niches fiscales... Quand même !

grouik a dit…

Il ne faut pas oublier qu'un hausse de l'euro de quelques centimes réduira à néant ce "cadeau".