dimanche 2 juin 2013

Hollande et l'équation impossible

Quelques jours après l'hommage d'Hollande à Schroeder et ses réformes "courageuses", l’émission CQFD sur Itele publie un sondage BVA sur les français et le merveilleux "modèle allemand"[1] dont nous devrions parait-il nous inspirer.

On y apprend que 74.% des sympathisants de gauche en ont une mauvaise opinion.

(cliquez pour agrandir)

Le score global des sceptiques remonte à 53% grâce... aux sympathisants de droite qui en ont TRES majoritairement une bonne opinion. Oui, oui, les mêmes gens qui réclament la tête de Hollande depuis six mois dans la rue, le carré Hermés dans une main le pavé dans l'autre, en hurlant "Dictaturesocialissaaaan !". 

Seulement, les sympathisants de droite ne sont plus que 16% à penser que le président appliquera par chez nous le fameux "modèle allemand". (contre 37% à gauche) Et ce même si nous sommes déjà en chemin.

(cliquez pour agrandir)

Au-delà de l’impossibilité à satisfaire ceux qui ont voté pour la gauche en 2012 en appliquant une politique sociale-libérale, on capte avec ces chiffres que, même s'il continue sur cette ligne, François Hollande ne contentera jamais les sympathisants de droite.

Pourquoi donc poursuivre une politique à destination de ceux qui n’ont pas voté et ne voteront pas à gauche ?

[1] Sans salaire minimum, composé d'esclaves à 1 euro de l'heure et / ou à flexibilité totale, ou le précaire est culpabilisé alors que paradoxalement c'est le pays de l'union où le taux de travailleur pauvres a le plus augmenté : 15% et leur espérance de vie a reculé de 2 ans en 10 ans. Modèle par ailleurs inapplicable, nos démographies et l'historique économique étant radicalement différents.

Illustrations : Itele.

Articles connexes : 

11 commentaires:

Ganlanshu a dit…

Nonobstant le caractère de politique de classe du modèle allemand, entièrement tourné vers la satisfaction des rentiers, il ne faut jamais oublier que l'économie allemande est basée sur le déséquilibre de son commerce extérieur, donc on ne peut pas la qualifier d'économie saine.
Une économie n'est viable que lorsque ses balances (paiements, commerce) sont équilibrées en moyenne dans le temps, sans déficit ni excédent.
Encore que, pour l'anecdote, l'addition des chiffres de douane montre que le monde entier a un excédent commercial de 400 milliards :-)

Emma Indoril a dit…

"même s'il continue sur cette ligne, François Hollande ne jamais les sympathisants de droite."

Il manque un verbe ici, Seb !

seb musset a dit…

Merci. Correction faite a l'Iphone on verra si ça passe ;)

Stephane Laborde a dit…

J'avais commenté la loi Hartz IV dès 2009 dans deux posts :

Sur l'esclavagisme en oeuvre non pas demain, mais déjà depuis un bon moment.

Sur la cohérence logique qui permet de dégager les fondements d'une pensée à partir de son expression.

Tant que le sujet du Revenu de Base et du différentiel entre "Travail" et "Revenu de Base" ne sera pas analysé, compris puis résolu, les débats ne traiteront que des effets sans jamais remettre en question les causes.

Autrement dit les débats ne feront que proposer des saignées au lieu de comprendre comment un vaccin peut éradiquer la maladie à la racine.

John Edwards a dit…

Social-Démocratie :
Doctrine visant à tirer le meilleur du libéralisme et du socialisme. Les citoyens ne bénéficient d'aucune protection sociale et d'aucun service public, tout en continuant à payer le prix fort en taxes et impôts divers.

La classe dominant peut ainsi continuer à vivre aux dépends du citoyen lambda. De même, toute initiative individuelle (qui pourrait déstabiliser la classe dominante) est tuée dans l'oeuf, le concept de "responsabilité individuelle" cher au libéralisme n'ayant pas cours.

On se demande bien pourquoi l'UMP, bien qu'ayant été au pouvoir durant plus de disant, n'a pas instauré de système libéral, et aussi pourquoi le PS renie son passé.

Politeeks a dit…

Ben voilà c'est Schroederllande là ou les neuneus attendaient un Hollandreou

Claribelle a dit…

"Pourquoi donc poursuivre une politique à destination de ceux qui n’ont pas voté et ne voteront pas à gauche ?"

Tiens, tiens ! ça me rappelle Sarkozy dont on disait : mais pourquoi donc poursuivre l'ouverture à gauche à destination de gens qui ne voteront jamais pour lui au risque de se mettre à dos les gens de droite ?

En fait, on est plein dans le syndrome TINA. Dans la mesure où UMP et PS veulent rester dans l'UE et ne se donnent même pas la peine de taper sur la table mais au contraire avalisent tous le traités (Traité Merkozy = traité Merkhollande), ils sont coincés !

Juan Sarkofrance a dit…

Aïe, je suis d'accord sur le trop à droite, mais pas sur l'essentiel: http://sarkofrance.ragemag.fr/mais-qui-a-vote-pour-hollande/

cdg a dit…

Comme tu l as ecrit Seb, on ne peut pas appliquer tout ce qui fait l allemagne a la france, mais dire qu il n y a rien de bon comme ton article me semble excessif
Je suis francais et je vis en Allemagne depuis presque 10 ans (en france je serai aujourd hui au RSA).
Sur la pauvrete par exemple, il est difficile de comparer la france et l Allemagne. Les allemand ont du assimiler la RDA, c est un peut comme si on aurait fait une reunification avec l algerie ou qu on aurait une Corse (attentat en moins mais une zone qui ne produit rien) qui fasse 1/3 de la france.
J ai quand meme du mal a comprendre comment en France nous pouvons sur la pauvrete avoir des chiffres meilleurs qu en RFA. Il n y a pas de SDF ici alors que c est un spectacle malheureusement courant en france. Une des explications est, outre l ex RDA, le fait que contrairement a la France, l allemagne n est pas un paradis pour les retraités. A ma connaissance, la France est le seul pays ou les retraités ont un niveau de vie supérieur aux actifs.
Pour les gens en age de travailler, il vaut clairement mieux travailler en RFA qu en France. Non seulement il y a moins de chomage mais meme a salaire egal, le cout de la vie y est inferieur et on y est mieux considéré. C est pas pour rien que pas mal d alsacien et lorrains viennent travailler ici
Les mini job que tu cites (400€/mois pour du temps partiel) sont cumulables avec les aides sociales. C est grosso modo le RSA francais. C est de toute facon certaienment pas la raison pour laquelle l allemagne s en sort: ces emplois ne sont quasiment pas dans les entrprises exportatrice. c est typiquement les employes de supermarche ou des restos

Ce qu on pourrait retenir de la RFA:
Sur le plan politique:
-une classe politique nettement moins corrompue. leur ex president a du demissionner pour ce qui est en france une pecadille (http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Wulff#D.C3.A9mission)
- une assemblee nationale qui ne soit pas comme en france une simple chambre d enregistrement
- pas de cumul des mandats

-sur le plan economique
- des dirigeants qui sont issus de la societe qu il dirigent et non pas parachute la. regarde le parcours du PDG de PSA et celui de VW
- des relations qui ne sont pas basée sur l antagonisme. En france, on considere qu il faut aller jusqu au bras de fer pour avoir le plus possible et mettre a terre son adversaire. pas ici. globalement, les employes sont bien mieux traites (en france, on ne vous fait en general pas confiance et c est souvent si tu n es pas content la porte est grande ouverte, il y a plein de gens qui attendent pour ton job)
- moins de subventions clientelistes. Il y en a (subvention pour le charbon ou reduction de TVA pour les hotels) mais sans commune mesure avec la france, ou on a reussit a se tirer une balle dans le pied par ex avec la politique de l immobilier cher

PS: il n existe pour l instant pas de SMIC comme il existe en france, meme si Merkel souhaite en introduire un. Mais il existe deja des SMIC en fonction des branches. c est ce qu on a du mal a comprendre en france, pays centralisé. ici vous avez des regles differentes selon les Land ou les branches professionnelles

cdg a dit…

j oublié de citer une choses dont on devrait s inspirer des allemands: la natalité
en france on fait tourner a plein l usine a chomeur et meme certains en sont fier.
Il faut quand meme rappeler que le seul interet d avoir une population nombreuse c est de pouvoir avoir plein de soldats afin d envahir le voisin (et de le piller ;-)).
C etait d ailleurs le but de la politique nataliste francaise qui a debute apres l effondrement de 1870: faire plein de francais afin de pouvoir reprendre l alsace/loraine

Pour le reste, ca ne sert pas a grand chose d avoir une natalite forte et personnellement j ai pas tellement envie que la france ressemble un jour au Bangladesh. Surtout si on va vers des temps difficile pour cause de moins en moins de ressouces naturelles (ex peak oil)

olaf a dit…

Lisez le livre de G Duval "Made in germany" Pour faire le tri du bon et du mauvais en Allemagne.

J'y travaille dans la recherche industrielle et y suis bien mieux payé qu'en France qui se fout de la gueule ouvertement de ses chercheurs du privé, sur tous les points, merde alors !