mercredi 27 mars 2013

Le jour où Ivan Rioufol a marché sur Paris

Quelle époque ! Tout fout le camp. Même les réacs'. Avant on les reconnaissait à ce qu'ils te répondaient invariablement "c'était mieux avant" à la moindre question.

Pourtant Ivan Rioufol, journaliste au Figaro qui foulait de son mépris de classe les défilés à répétition des millions de citoyens en colère contre la réforme des retraites en 2010, a changé d'avis.  

Manifester, maintenant c'est le progrès.

Grâce à l'action de la philosophe Frigide Barjot, le déclinologue retrouve optimisme et jeunesse. En témoigne son dernier billet de blog intitulé "vers un prochain mai 2013 ?"il relate son enthousiasmant dimanche de slogans sur le pavé de Neuilly contre le mariage pour tous:

Lis donc :

"Il suffisait pourtant de s’immerger dans la foule, mêlant jeunes et vieux, pour identifier une dynamique qui ne s’arrêtera pas aisément. Il s’en est fallu de peu que les manifestants, pourtant rétifs aux transgressions, ne suivent plus massivement ceux qui voulaient descendre les Champs-Elysées en dépit des interdits." 

Malheureusement, il n'y avait pas assez d'enfants à catapulter sur les forces de l'ordre[1].

Ne cachons pas notre étonnement de lire un Rioufol prônant d'habitude la tolérance zéro,  l'ordre républicain et le chacun chez soi, faire aujourd'hui l'apologie du close-combat urbain à base d'anarchie, de brassage des foules et de boules de pétanque dans la gueule de la police gauchiste.

Extrême relooké qu'il est le Ivan.

Il est loin l'"embrigadement" reproché aux étudiants lorsqu'ils défilaient aux côtés des syndicats contre une réforme scélérate.

Terminée l'époque où il accusait la gauche de "confondre la rue et le peuple" et traitait d'"irresponsable" une Ségolène Royal appelant les jeunes à manifester ou une Martine Aubry évoquant "un affrontement entre le pays et le gouvernement". Wauquiez, Copé, Guaino qui enfreignent la loi pour aller se faire gazer et chouiner, les yeux qui piquent, sur un "pays divisé" au prétexte que leur apéro saucisson-moyen-âge a réuni 300.000 illuminés avec du GUD, de l'homophobe et du salut nazi pour la déco, c'est quand même d'un autre niveau non ? 

Chauffé à blanc, missel, camomille et baïonnette au poing, Ivan le Terrible abuse même de cette mythologie "soixante-huitarde" qu'il conchie avant de surfer sur le printemps arabe parce qu'on n'est plus à un foutage de gueule près :

"Oui, un vent d’insurrection civile s’est levé dimanche. Il est annonciateur d’un probable Printemps français, porté par un peuple attaché à défendre sa culture, ses valeurs, son mode de vie.

Fini ces années sombres où Rioufol dénonçait, "cette opposition, sans projets ni leaders[qui] est à l'image du vide de l'antisarkozysme pavlovien qui connait là son apothéose." Désormais, Ivan est fier qu'"à côté des slogans contre le mariage homosexuel, domin[ent] des mots d'ordre contre François Hollande et sa politique.

Il suffisait de coller l'étiquette "droite" au "manque d'idées neuves" d'une "radicalisation de gauche tournant à vide", pour que les appels à l'indignation de Stéphane Hessel lui parlent enfin. Et on est effectivement soufflé par la pertinence médiévale du propos: 

"A lui seul, ce combat de civilisation insuffle une énergie surprenante, surtout auprès d’une jeune génération qui côtoie pourtant la culture, médiatique et éducative, de l’oubli des racines et du mépris de la religion catholique." 

Tremblez hérétiques et mécréants! L'abrutea-party est en marche vers le palais. Rioufol est son Chateaubriand. 


[1] Et avec la gauche qui veut réduire les allocs, ça fera moins de munitions.

Articles connexes :
- Rioufolike
- Quelle nouvelle droite ?
- L'abrutea-party

11 commentaires:

Rosa Elle a dit…

Du grand Art, très bon article!
D'ailleurs, sur le même sujet, il y a son petit frère Zemmour, j'en ai parlé dans un précédent billet, c'est fou comme leurs principes sont à géométrie variable!

romain blachier a dit…

ah l'incohérence de Rioufol!

Cui cui fit l'oiseau a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Cui cui fit l'oiseau a dit…

Rioufol, Chateaubriand ? Bigre ! Tu n'y vas pas avec le dos de la cuillère !

Je dirai plutôt un Savonarole en pantoufles !

Ouf ! j'ai été obligé d'effacer mon commentaire précédent; J'avais oublié que Rioufol avait 2 jambes en oubliant le "s" à pantoufles 0_o

seb musset a dit…

@CuiCui > Reconnaissons-lui au moins ça. Dans cette mouvance, il est das le cercle très fermé de ceux qui écrivent proprement, avec concision et vocabulaire, sans kikoolol ni 15 fautes à la ligne. Pour le fond, c'est autre chose.

MHPA a dit…

Oh yeah !!!!
J'adore cette "pertinence médiévale du propos".
Bon, j'm'en vais récupérer mon armure...

Malbrouck a dit…

Ce billet décrit parfaitement l'étrange et soudain attrait des réacs de droite pour "le désordre"...Je continue cependant à m'interroger, à contrario, sur la toute aussi étrange absence de réaction chez mes amis de la gauche très énervée qui n'a pas jugé bon aller contre-manifester le 24 mars...
C’était pourtant une journée idéale s'il s'agissait de redonner un sens au mouvement de révolte collective qui gronde ! Lorsque ce soir, devant les studios de France 2, les mêmes réacs de droite seront les seuls à continuer à tenir le pavé on prendra peut être conscience que le grand absent du "mouvement" est ce "peuple de gauche" sans doute bien trop résigné pour rester le vecteur de l'indignation ! Transformer cette carnavalesque "manif pour tous" en une sérieuse manifestation pour tous eut été la réponse la plus pertinente à donner aux réactionnaires de tout poil qui n'en seraient plus à rêvasser de Révolution ! L'Histoire nous en apprendra davantage sur cet étrange paradoxe du climat 2013 !

MHPA a dit…

Je te pique l'illustration (La Barjot/fait par toi-même ?), elle est trop bien.

Cui cui fit l'oiseau a dit…

Tu as raison pour l'écriture : rendons à Rioufol ce qui appartient à Chateaubriand. :-D

Mais je reste sur mes positions : il y a incontestablement du Savonarole chez cet homme. Je n'ose imaginer l'état de nos cotelettes s'il parvenait au pouvoir ! Ouille ! :))))

Toutatis a dit…

Je ne vois pas pourquoi on pense que les manifs avec heurts avec la police sont une spécialité de la gauche. On a eu février 1934 aussi.

babelouest a dit…

Impressionnés sommes-nous ! (mais pas comme des daguerréotypes, qui sont directement des positifs : comme les épreuves de Niepce, soigneusement négatives). Ivan de Montfort a bien œuvré, et a soigné nos catarrhes gosiétaux à coups de goupillons antibiotiques. Loué soit-il (142€ HT).