samedi 22 janvier 2011

[video] Le revenu universel (selon Corinne Morel-Darleux)


Evoqué sur ce blog à la rubrique pistes et alternatives : le revenu universel (ou dividende universel ou revenu de base) serait une somme versée à chaque individu, sans critères d'éligibilité, chaque mois, de sa naissance à sa mort. L'idée fut développée en son temps par André Gorz. Les modalités et les calculs divergent suivant les approches [1]. Je m'y intéresse sur la base d'un constat simple :

1 / Pénurie organisée ou modernisation permettant de plus en plus souvent de s'en affranchir : le travail se raréfie depuis 30 ans. Dans le même temps a été distillée l'idée proprement stupide que celui ne travaillant pas (enfin... celui hors du salariat) est un bon à rien, un inactif donc un nuisible. 

2 / Parallèlement, les richesses s'accumulent pour une poignée d'individus (qui, et vous allez voir c'est ironique, le plus souvent ne travaillent pas. Comme si le manque, la culpabilité, la soumission des uns alimentaient l’opulence décomplexée des autres, fortifiant au passage leur moral(e)). 

Ajoutons à cela la masse de talents gâchés, s'entêtant à s'insérer dans ce rapport de force aussi idéologique qu'économique (vicié et à l'inefficacité croissante) : nous obtenons des populations appauvries, perpétuellement anxieuses et passant à côté de leur vie.  

Je retrouvais mardi dernier, le monomaniaque de la création monétaire, qui vit et respire revenu de vie, Stéphane Laborde, ravi qu’enfin, un parti de gauche, en l’occurrence le parti de gauche, réponde à son appel à la discussion [2] sur le revenu universel.


Corinne Morel-Darleux tempère l’enthousiasme de notre ingénieur. Bien qu'elle réfléchisse avec Baptiste Mylondo au sein du mouvement Utopia à une proposition de loi sur le revenu universel, la secrétaire nationale du PG en charge des questions écologiques (et conseillère régionale Rhône-Alpes) s’exprime en son nom, pas en celui de son parti où la question fait encore débat.[3]

Chamboulant les conditionnements mentaux, le changement de paradigme qu'implique une allocation universelle bouscule aussi bien la gauche (où l'évoquer permet de se faire traiter de libéral, puisqu'elle sous-entend de repenser les prestations sociales) que la droite (où en faire part, réenclenche le laïus sur "l'assistanat du tire-au-flanc").

Voici l'interview vidéo de Corinne Morel-Darleux en deux parties. L'entretien a débordé le cadre du revenu universel et de son application (fiscalité, échéance) pour aborder des thématiques jointes (La VIe république. L'instauration d'"une assemblée constituante" où des représentants du peuple rédigeraient une nouvelle constitution à l'image de ce qui se construit actuellement en Islande. La proposition de loi du PG sur le revenu maximum autoriséL'articulation à trouver entre un Etat fort qui édicte des règles-cadres et sanctuarise les services publics, et de l'autre, l'entrée des citoyens dans les décisions de gestion des biens communs au niveau local...)

Partie 1 :
Présentation / Concept du revenu universel / Quid des minimas sociaux ? / Modalités / Différence entre RSA et revenu universel / Le revenu universel et les mineurs.  12 minutes.


Partie 2 :
Revenu universel et Europe /  Articulation entre Etat fort et société décentralisée / Les monnaies complémentaires. 11 minutes.


"- Qualifier le gouvernement de libéral tout de même, vous y allez un peu fort… "
S.Laborde, 18.01.2011
* * *

[1] S.Laborde veut indexer cette somme sur la masse monétaire émise dans la zone euro. Il y a aujourd'hui 30.000 euros en circulation par individu dans la zone euro (et quelqu'un a visiblement piqué ma part).  Je vous renvoie au site de Stéphane qui a bossé la question (et, au passage, vient de sortir un livre sur la monnaie) ainsi qu'à la fiche Wikipedia.

[2] Les deux partis politiques à avoir répondu jusque-là à nos questions sur le sujet sont Alternative Libérale et le Parti Chrétien Démocrate.

[3] Interrogé sur la question en février 2010, J-L Mélenchon bottait en touche, ne se considérant pas  spécialiste sur ces questions et, craignant la dévalorisation du travail qu'entraînerait ce dispositif.

15 commentaires:

d'jé a dit…

un film complet la dessus : http://le-revenu-de-base.blogspot.com/2010/10/film-launch-of-le-revenu-de-base.html

Denis a dit…

Bonjour,

J'allais donner un lien similaire à celui de d'jé (http://www.kultkino.ch/kultkino/besonderes/le_revenu_de_base_film_francaise)

Mais à noter que le lien que d'jé et moi même donnons décrit une seconde piste pour le financement différent de celui du "redonner la création monétaire" aux citoyens.

De plus le film évoque d'autre pistes tel que "comment taxer le travail délocalisé" et bcp d'autre chose.

Un sondage m'a bcp marqué dans le film :

à la question "arreterez vous de travailler", 60% des sondés répondent NON. 30% oui, mais différemment. Et 10% disent oui. Mais dans ces 10% une partie affirme qu'ils travailleraient dans des associations à titre bénévole (donc ils travailleraient).

Ensuite à la question : "et les autres continueraient-ils à travailler", 80% des mêmes sondés répondent "non, je suis sur qu'ils arrêteraient".

Amusant :)

à voir.

Jon's little waltz a dit…

@Seb, je te conseille d'aller voir les conférences gesticulées de la SCOP "La Pavé"... Ils sont en résidence au Grand Parquet durant le mois de Mars :
http://www.legrandparquet.net/le-grand-parquet-conferences-gesticulees-frank-lepage.html

La conférences sur la Salariat :
MERCREDI 30 MARS
Inculture(s) 5 «Travailler MOINS pour gagner plus...ou l’impensé inouï du salaire»
... une autre histoire du travail et de la protection sociale...
avec Franck Lepage et Gaël Tanguy

est assez terrible !

Aplouch !

blaz a dit…

une autre idée vue sur le blog de paul jorion (http://www.pauljorion.com/blog/). donner une date de péremption à l'argent.
l'idée de base est assez simple, partant du constat qu'un nombre restreint de gens accumule l'argent sans jamais le réinjecter dans l'économie (l'argent ne servant plus qu'à faire de l'argent, un peu comme si - considérant que l'argent et l'économie ne sont qu'un outil - on construisait des marteaux avec des marteaux dans le but d'avoir toujours plus de marteaux). Partant de ce constat, un des grands problème de la répartition des richesses actuellement, c'est que l'argent reste concentré là où il est improductif, dans les mains des rentiers.
Si on donne une date de péremption à l'argent, l'accumulation sans fin et sans but perd tout son intérêt. Le seul moyen de pérenniser son stock d'argent serait de le réinjecter dans le système pour le transformer en biens, services, travail etc.du coup l'allocation de l'argent serait optimale dans une perspective de production (donc d'emplois) et de répartition de l'argent. Impossible à mettre en place ? pourtant ça existe, ça s'appelle des points s'miles : au delà d'une certaine date, vos points n'ont plus de valeur. Exemple un peu limité certes, mais on peut toujours le considérer comme un prototype de ce que cela pourrait être.

des pas perdus a dit…

Intéressante comme d'hab... ;-))

Revenu universel + revenu maximal(celui-là est acté au PG), nous tenons deux éléments essentiels pour le changement avec la planification écologique.

Jon's little waltz a dit…

...Concernant la date de péremption pour la monnaie, il existe une conception monétaire intéressante qui a vu le jour au début du XXémé et qui s'appelle la monnaie fondante :
http://fr.ekopedia.org/Monnaie_fondante

Tassin a dit…

Elle est vraiment bien cette Corinne Morel-Darleux.
Très bon boulot d'interview les gars!

Julien Gavard a dit…

Je ne commente pas tout le temps car je n'ai souvent pas grand chose d'intéressant à rajouter dans les commentaires.

Mais je voulais te remercier pour l'excellent travail de ton blog qui est une bouffée d'oxygène dans le PIF (paysage internet français) afin de ne pas se laisser embobiner par le PAF. Et merci aussi pour ton livre qui est très intéressant, qui certes reprend certains articles de ton blog mais permet de raconter de manière linéaire avec ce ton acide (qui est ta signature) l'histoire triste de la France d'après 2007.

Pour cet article, je voulais rajouter que le revenu maximal autorisé et le revenu universel vont parfois de pair car ils sont dans le même esprit.

Espérons que cette proposition soit reprise dans le programme du PG.

Espérons aussi que les partis de gauche radicale arrivent à s'entendre sur une candidature commune... car si le NPA, le PG, le PC font chacun leurs candidatures en 2012, cela ne marchera pour personne.

nanou a dit…

Merci bcp bcp bcp a d'jé, ce film je ne le connaissait pas, c'est une position que j'ai depuis longtemps et je me sentais bien isolée, dans mon entourage, certains pensents que je suis folle d'avoir ce genre d'idée
Je me sens moins seule lol

nanou a dit…

Vous savez que ca existe deja ? en Alaska, comme quoi ils font pas que des conneries ces americains, par contre c'est un dividende pas un revenu de base, donc il varie chaque année en fonction des profits de l'Etat notamment en matiere d'exploitation petroliere

Anonyme a dit…

Friot dit des choses intéressantes à ce sujet en s'inspirant du principe des retraites.
Mais il ne faut pas rêver. Nous ne verrons jamais de telle mesures politiques malgré la paupérisation de la population. La France est un pays trop conservateur pour ça. C'est bien, ça fait une utopie de plus, ça fait débattre et parler mais cela s'arrêtera là. C'est tout notre conception du travail et de la "valeur travail" pour emprunter une expression chère aux sarkôlatres, qu'il faut repenser, mais nous ne sommes pas prêt à cela. C'est bien trop révolutionnaire. Peut-être dans deux siècles ou trois, peut-être. En attendant, continuer à travailler plus pour gagner de moins en moins (ah c'est la faute à ces satanées 35 heures ça !). Bon courage à tous.

manu a dit…

Du coup c'est la version de droite le dividende. Pour en savoir plus sur le sujet, il faut lire GORZ (Misères du présent, richesse du possible & L'immatériel).
Autres lectures pertinentes les numéros 7, 23, 28 & 33 de la revue EcoRev'. En ligne (sauf 33) ici :
http://ecorev.org/spip.php?rubrique27
http://ecorev.org/spip.php?rubrique145
http://ecorev.org/spip.php?rubrique191

à++
manu.

Anonyme a dit…

http://www.rue89.com/confidentiels/2011/01/22/emplois-presque-fictifs-pour-un-ex-ministre-ump-et-un-maire-ps-186611

Un certain nombre d'individus en bénéficient quasiment déjà en cumulant mandats et retraites.
Non, ne rêvez pas. Il y aura toujours les dominants qui profitent du système ( les profiteurs ne sont pas toujours ceux qu'on désigne en premier lieu ) s'en mettent plein les poches et les autres auxquels ils ne restent pas même des miettes.

patdu49 a dit…

instaurons le salaire à vie :

Imaginons, maintenant une société, sans dette, concernant tout ce qui touche à la collectivité, donc à notre bien commun à tous, à ce qui garantie, l’égalité face à :

- la justice
- à l’accès aux soins
- la sécurité alimentaire
- l’entretien des routes
- les infrastructures publiques
- les espaces verts, l’accès à l’eau, à l’energie, le respect de l’environnement
- une garantie d’avoir un salaire à vie, qui permettra au minimum de parer à tout les besoins fondamentaux jusqu’à la mort.
- l’acces à un logement décent, salubre.
- la garantie de pouvoir se deplacer
- l’accès à la culture etc etc ..

Cette société là, est tout simplement possible, si on arrête le système capitaliste actuel.

Solution :

Instaurer un salaire à vie, payé par la mutuelle collective, que l’on travaille ou non, salaire minimum lorsqu’on ne travaille pas, qu’on est en formation, ou qu’on arrête de travailler car on en a plus besoin, ou qu’on est trop fatigué, ou trop agé, etc, et un salaire donc + élevé, lorsqu’on travaille.

Salaire qui ira de 2000€ minimum, à 8000€ maximum par personne, net donc d’impots (selon les métiers reconnus, activités reconnues, services rendus reconnus).

Travail non obligatoire, liberté absolue de choisir son activité.

Toutes les richesses produites, vendues, les services vendues etc serviront donc à :

- payer les salaires de tout les citoyens
- payer les services publics dont j’ai donné des exemples, + haut, à l’instant.
- aux investissements privés et publics (prêts bancaires publics à faibles taux d’intérêts pour les investissements privés)

Prennons un exemple concret pour aider à la compréhension :

Moi Patrick, 44 ans, je suis responsable d’une usine de production de chaussettes, avec 25 autres travailleurs dans la même usine.

Mon salaire : 5000€ net
Le salaire des 25 autres travailleurs 3500€ net

Cout pour la collectivité, la mutuelle nationale des salaires : 92 500€ par mois.

L’usine produit 50 000 paires de chaussettes par mois, vendues 10€ la paire, soit chiffre d’affaire 500 000€ par mois.

- 33% vont alimenter la mutuelle nationale des salaires à vie (soit 165 000€/mois).
- 33% vont alimenter la caisse des dépenses collectives, donc des services publics, hopitaux, hélicos pour les secours, entretien des routes ect etc etc ..
- 33% vont servir, à payer les dépenses de fonctionnement, (edf, eau, machine à café, etc .. la matière première etc, les intérêts d’emprunts, des machines, locaux etc ..)
et le surplus restant une fois ces dépenses payées, ira dans la caisse de réserve pour les investissements privés et publics (banque d’état, à faible taux d’intérêts pour les investissements privés)

Demain, moi patrick, j’ai envie d’arrêter de travailler, un des autres travailleurs, est volontaire, et élu à la majorité, par les autres travailleurs, pour prendre ma place de responsable, à 5000€ net

Moi je me contenterais alors du salaire minimum garanti à 2000€ net, car je suis assez équipé, j’ai pu terminer de payer ma maison, je vais prendre quelques années à me reposer, et ensuite j’irais travailler dans un autre domaine, quand je me sentirai l’envie ou le besoin d’avoir + de revenus.

Voilà, vous constaterez, que AUCUN endettement de la collectivité, dans ce système.
On est pas dans l’égalitarisme, mais dans l’équité.
On à pu aucune pauvreté, pu aucune précarité, on est décontracté, on vit dans un monde meilleur.

Je me suis basé sur les reflexions de Bernard Friot, sociologue, pour ma démonstration, qui a répondu à une invitation de Sophie Hancart, pour actuchomage.org concernant le SALAIRE A VIE :
http://www.actuchomage.org/2011021914312/L-actualite-du-site/zoom-sur-le-salaire-a-vie.html

Anonyme a dit…

Mélenchon avait pourtant une occasion inoüie de montrer qu'il incarne réellement le changement. Au lieu de cela on en revient toujours à la bonne vielle valeur travail. Il faudra bien un jour que cesse l'imposture.