mercredi 13 mai 2009

la ripaille graduée


France, mai 2011. Tu es jeune et c'est samedi soir. Tu ne vas quand même pas rester chez toi à te taper le bêtisier de la première compagnie spécial Parti Socialiste ?

Direction le dancing : Le puta's fever sortie RN 16, zone co' d'Olivennes, 2eme à droite après Le bon périmeur (La nouvelle chaine en vogue de destockage de légumes avariés transgéniques).

Le Puta's est blindé de monde mais on te laisse rentrer. Pas de discrimination à la porte. Depuis le décret du ministre de l'intérieur, de la musique et des bonnes manières Philippe Val, l'accès aux boites de pauvres garanti pour tous les fauchés est inscrit dans la charte des droits de l'homme.

Certes, tu n'es pas autorisé à y fumer (6 mois de prison avec sursis), d'y dire des gros mots (12 mois fermes), ni boire d'alcool (déportation en camp de fonctionnaires) mais tu es libre d'y consommer quelques godets de Karoutchi lime light ou de Red Bull Morano en te dandinant sur le dance-floor au beat des meilleurs titres proposés par DJ Banel.


Ce soir c'est la démence. Vise plutôt : Une spéciale latex et Leforestier en 320 bpm.

Grâce à loi Hadopi 4.0 dite de sécurisation de la chanson étendue aux bandes, votée fin 2010 à l'initiative du Ministre de la jeunesse et des sports Benjamin Lancar pour permettre l'accès à la musique à tous les petits budgets dans ton genre, le ticket d'entrée des discothèques et thés-dansant a baissé. C'est une révolution qualifiée de grand pas pour l'humanité de l'homme humain par ton président à la tribune de l'Unesco. Grâce à elle, décrochera t-il enfin son Nobel de la paix ?

Certes, vous autres les jeunes, êtes tous un peu boudinés avec ces tas de pièces jaunes stockées dans vos falsards. C'est l'effet indésirable du décret. Ici désormais c'est comme dans les concerts, faut amener sa petite monnaie. Le consommateur paye à la chanson et d'avance, la maison ne fait pas crédit. C'est 99 centimes d'euro le morceau, 69 pour le fond de catalogue. Et encore, la Sacem y perdrait s'il n'y avait pas un soutien du Pôle emploi (oui, même toi ça te laisse sceptique cette fusion entre le service public, Dexia, Bernard Tapie, Universal et PPR) et les subventions du fonds Pascal Nègre pour le développement des lieux de convivialité musicaux en zone rurale.

C'est que malgré la première loi Hadopi de 2009 et ses 600 suspensions de connexion, les deuxième et troisième lois l'année suivante et leurs 170.000 interpellations (provoquant une chute spectaculaire du taux de réussite au bac pour cause d'emprisonnement d'un mineur sur trois), l'industrie des artistes.fr n'a jamais vraiment renoué avec ces fastueuses années. Deux décennies maintenant que le business du disque joue de malchance et stagne dans la crise. En même temps, c'est un peu normal : Plus personne n'a de platine pour passer leurs cd.

Retour sur la piste. L'un dans l'autre,
ce soir si tu veux pécho (vu que les réseaux sociaux sur internet sont apparentés au terrorisme), tu vas de voir raquer double. Ca va te coûter bonbon. C'est qu'avec les mégamix et les enchainements furieux de DJ Banel, une demi-heure de LeForestier pour deux ça va vite chercher dans les 120 euros.

T'as beau être jeune, tu te souviens encore de ces concerts dans les bars et de ces soirées dans les boîtes d'avant où tu n'avais qu'à payer un forfait à l'entrée. Il couvrait toutes les charges musicales, parfois même un verre gratuit. C'était les années magiques de la licence globale. Parait que c'était pas rentable. C'était le bon temps mais tu n'en avais pas conscience. Tout a une fin, sauf peut-être les grandes compagnies, et c'est plus raisonnable ainsi : Il fallait bien protéger les majors des criminels dans ton genre.


Estime-toi heureux. Consommateur mais pas recèleur, tu ne joues pas d'un instrument. Tu n'auras donc pas à t'acquitter du permis annuel de musicien non-professionnel qui vient d'augmenter de 30%.


Seb Musset est l'auteur de
Avatar et Perverse Road disponibles ici.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

J'y pensais justement il y a quelques jours.

Les moyens alternatifs de distribution et de d'information progressent. Quel manque à gagner pour les majors ! Il devient urgent de bloquer tout cela.

Après la loi Hadopi, pourquoi donc ne pas passer une loi leurs attribuant le monopole de la création et de la distribution artistique ? Interdiction formelle de créer, distribuer ou consommer sans passer par eux.

Le rêve.

Anonyme a dit…

J'ai ouï dire que les bus circulaient mal autour du ministere de l'intérieur, aujourd'hui.

http://www.dailymotion.com/video/x99x12_dieudonne-bloque-par-les-crs_news

Anonyme a dit…

Un texte excellent comme toujours (rythme, idées et humour ).

J'ai vu pour le bus mais cette manoeuvre d'intimidation lamentable n'est pas le plus grave, car dailymotion a reçu l'ordre de supprimer les vidéos mettant en valeur dieudonné et sa liste (le récent débat Dieudonné - Lévy et d'autres vidéos)

Anonyme a dit…

Je suis fan.