vendredi 24 avril 2009

Des cd


Ici la peur d'Hadopi ne paye pas : Terminée la musique d’ambiance, les rayons sont sans clients, les caisses sans files, les vendeurs furtifs. Signe le plus révélateur de la chute du chiffre d’affaires : Les vigiles à la sortie sont passés de trois à un (à mi-temps).

Chez ce gros disquaire indépendant du Boulevard St-Michel, comme dans beaucoup de commerces de ce pays, flotte l'air pesant de l’imminente de la cessation d’activité. Chez le disquaire pourtant, la politique des prix ne laisse pas transparaitre une quelconque crise.

En règle générale, ce disquaire est souvent un peu moins cher que ses gros concurrents parisiens. Ces derniers, supermarchés de la culture, en accord avec quelques majors, font des coups et baissent depuis peu leur prix sur certaines nouveautés et fonds de catalogue flirtant exceptionnellement avec les 10 euros. Encore un peu trop élevé pour ma maigre cagnotte. Car oui,je l'avoue, je n'ai pas les moyens de ma musicomanie et je ne peux me contenter d'acheter mon cd mensuel comme dicté par les médias (Avril c'est Olivia Ruiz.)

Malgré le désordre ambiant et la quasi impossibilité jusqu'à ces derniers mois de s’y mouvoir sans heurter un client tous les 50 centimètres, j’affectionne le disquaire du Boulevard pour ses offres d’occasion. On peut parfois y dénicher des perles à 2 ou 4 euros. C’est ainsi que, cd après cd, je comptais y reconstituer tout ou partie de ma discographie piratée, non pour la beauté des pochettes au plastique lourd et embarrassant mais en raison de la pérennité du support et de mon intolérance grandissante aux chiffonnage des aigus de l’encodage mp3, le hard-discount du son.

Avantage premier du piratage : Je dois à Napster, plus tard à Direct Connect, Kazaa et Mininova de m’avoir ouvert des perspectives musicales passées et alternatives qu'à défaut de finances et d’une programmation radiophonique descente, il ne m’avait été donné d’aborder ces obscures années pré-internetiques.

J’ai piraté de la musique parce que je n’avais pas d’argent. Grâce à un système de valeurs dont la conséquence principale est de dépouiller avec constance ma génération de décennie en décennie, je n’en ai guère plus aujourd’hui. D’où la stupidité d’une loi répressive type Hadopi qui ne contribue qu’à dégoûter encore plus les pauvres dans mon genre de la rapacité des majors.


Inconvénient du piratage : Mes premiers albums téléchargés sur Napster, 9 ans déjà, gravés sur galette premier prix sont aujourd’hui inécoutables pour la plupart.
C’est toujours dans les limites de mon maigre budget que, depuis mon arrivée dans le quartier, je convoite certains des albums exposés chez le gros disquaire.

Prenons le Hotter Than July de Stevie Wonder enregistré en 1975. Précurseur de l'essentiel Songs in the key of life sorti l'année suivante et contenant la matrice des 30 années de Funk, de Rap et d'Ore haine 'bi qui suivront. L'album est présenté dans un exemplaire importé des Etats-Unis avec l’étiquette "Nice Price". Il était proposé à 6.80 euros à cette époque révolue d’espoir et de dynamisme économique effréné où le marchand du Boulevard était abondamment fréquenté, fin 2007. Je me disais alors bien naïvement : "- Je vais attendre pour acheter l’album que son prix descende à 4.50 euros, offre que je juge honnête pour un album largement amorti depuis des années". Le même cd (je veux dire le même exemplaire : Votre rédacteur lui a laissé un signe distinctif) est, dans une étrange logique de gestion des stocks,
étiqueté aujourd’hui à 10.10 euros. L’industrie et le distributeur pourront m’objecter, à raison, que 8 ou 10 euros c’est moins cher que le 25 ou 30 euros auquel ce cd d’importation pouvait être encore proposé il y a dix ans quand le piratage n'existait pas. Reste un problème de taille : Comment s’acquitter de cette somme quand...

1 / Cela représente une part non-négligeable de ses revenus.

2 /
Cela représente une part négligeable des revenus de l'artiste. (Pour en finir avec les polémiques : A quand l'étiquette du prix de CD avec la répartition précise des marges et des benefices et ce que touche l'artiste, spécialement sur un CD vendu d'occasion et sorti il y a un quart de siècle.)

Le temps que les majors et les distributeurs tentent de répondre à ces questions dont seul le dépôt de bilan de l’un des deux ou des deux tranchera, le client, moi, l’ancien dindon de la grande distribution, s'habitue à maîtriser l’offre musicale, à développer sa curiosité et diversifier ses goûts, juguler sa demande et à rendre anonyme ses fichiers .torrent. Désormais, il les encode en .flac pour un rendu musical plus proche du cd et les échange avec IP anonyme sur des forums sécurisés.


Le disquaire du boulevard, lui, se vide peu à peu de ses clients, avec une poussée brusque depuis un mois. De l’aveu d’un vendeur : Ici, la vente des cd, c'est peut-être la dernière année.

Anyway, j'avais cramé mon budget musique pour le mois : 25 euros dans un billet de concert pour Raphael Saadiq. Alors je suis reparti dans le chaudron urbain au goudron bouillant, soulagé de n'avoir rien acheté, l'heil-pod en bandouillière aux merveilles de Wonder.




16 commentaires:

seb musset a dit…

Les internautes prêts à manifester contre HADOPI

23 avril, 2009

Mobilisation générale contre HADOPI !

Suite à l'adoption du 21 avril par le Parlement Européen d'un amendement qui s'oppose directement au projet de loi Hadopi et qui prévoit qu'« aucune restriction ne peut être imposée aux droits et libertés fondamentaux des utilisateurs finaux sans décision préalable des autorités judiciaires », le cabinet de la ministre Christine Albanel a affirmé que l'amendement européen « n'empêchera pas la France d'adopter son projet de loi ».

Ce projet de loi qui prévoit une surveillance globale d'Internet dépasse le simple cadre de la culture et ne relève pas de la compétence de son Ministère. Dans une démocratie, on ne peut mettre tout un pays sur écoute aux profits de quelques sociétés privées.

C'est pourquoi, le collectif "Manifestation contre HADOPI" qui compte à présent 28 membres et associations de soutiens ainsi que 2018 inscriptions fermes, appel plus que jamais à une mobilisation générale pour défendre nos droits et libertés fondamentaux.

La manifestation principale se tiendra à Paris place Edouard Herriot, à quelques pas de l'Assemblée Nationale, le samedi 25 Avril 2009 à 13h00.

Pour les manifestants de province, rendez-vous est pris dans les villes suivantes :

* Lyon : place de la République à 11h00
* Toulouse : place Wilson à 11h00
* Montpellier : place de la Comédie à 11h00
* Bordeaux : place de la Victoire à 11h00
* Lille : place du Général de Gaulle à 11h00
* Nantes : place du Commerce à 11h00
* Strasbourg : place Kléber à 11h00
* Besançon : place du 8 septembre à 15h00

D'autres lieux de rassemblement à Marseille, Nice, Reims et Rennes sont en cours de validation.

L'ensemble des préparatifs peut être suivi en temps réel sur notre site collaboratif et ouvert : http://www.manifestation-contre-hadopi.com

Threepiglets a dit…

Vous avez bon gout Seb.
Raphael Saadiq , parfait.

Anonyme a dit…

Salut Seb, pourquoi ne pas raconter ton histoire au vendeur, celle concernant le CD je veux dire. Dis-lui simplement que tu reconnais le CD grâce à cette petite marque (tu lui montres) et tes considérations sur le prix et tu lui dit que tu l'en débarrasse définitivement pour 4€50, Il y a des chances pour qu'il soit très content. Sinon, l'an prochain il va vendre son stock par lot de 100 CDs à 20-30€ le lot sur e-bay ... Au final il est gagnant.

jameswest a dit…

Moi ça fait quelques années déjà que j'ai acheté le double album de notre ami Stevie Wonder "original musiquarium", cd d'occasion à l'état neuf pour quelques euros sur priceminister. C'est un de mes albums préférés que je me repasse très régulièremt, tu pourras peut-être trouver ton bonheur sur ce genre de site, sinon je loue mes albums à la bibliothèque, je les encode en mp3 en 256 kbps minimum pour avoir une bonne qualité de son et je les copie sur des cd vierges de qualité achetés sur la toile. C'est ainsi que j'ai enregistré les merveilleux albums d'Ella Fitzgerald : sings Rodgers and Hart song book,et the Cole Porter songbook.

Anonyme a dit…

Je suis resté très longtemps sans céder aux sirènes du piratage parce que j'avais encore un vieux fond de morale qui me collait aux basques...

Je suis un fondu de B.O de films et pendant longtemps, j'ai acheté ces trucs au prix fort... depuis quelques temps, on trouve de moins en moins de B.O en CD parce que c'est pas assez rentable pour les majors (vaut mieux produire les sous artistes de la Star'Ac et les divers chanteurs de salles de bains qui polluent les ondres), alors je me suis mis à écumer le net pour récupérer de vieilles BO et je ne suis pas déçu (même si le format MP3 enlève de la profondeur)...

Mon fond de morale m'a quitté en même temps que les derniers vestiges de mon pouvoir d'achat...
La loi Hadopi a fini de me convaincre de devenir un hors-la-loi... et je ne pense pas être le seul dans ce cas, y'a qu'a en parler autour de soi pour s'en rendre compte... Ce fut comme une réaction épidermique... l'envie de faire un gros doigt à ceux qui nous tondent depuis des décennies avec leurs CD hors de prix et qui chialent quand la vache à lait (devenue vache maigre) ne veut plus donner avec un regard vide...

FUCK HADOPI !

Thoms a dit…

Face à l'hadopi, il est une bonne idée d'echanger de plus en plus de flac. Oui il ne s'agit pas de piratage mais bien d'echanges à grande échelle. Ca ne vous rapelle rien? un indice "Neolib.......e".
Il faut laisser faire, c'est la main invisible.

stephane a dit…

Retour a l'analogique ! rappellez vous quand le VHS est sorti( 30ans déja) c'été la fin du cinéma, ont le disait déja avec la TV, et mon grand pére disait que la TSF c'était la fin des concerts et du balloche !
Rappellez-vous quand son sorti les premier double lecteur de K7, et les premiers graveurs de CD (merci NERO).
Tout ca c'est un motif pour mettre la main sur un media qui leurs fait peur (chouette)car ils ne maitrise pas, et c'est tout ! et en plus sa permet de surveiller le bon peuple de + prés.
laissons le temps au temps.

stephane a dit…

Le piratage a toujours exité ! j'ai une copie pirates de "saturday nignt fever" en cartouche 8 pistes provenant d'italie (les rois de la copies durant les 70's).
j'ecoute des 78 trs et bien il y avait déja des copies pirates, la difference de qualité sonore en un disque "USA" et un made in france est évidente et il y a déja 70 ans !
Hadopi n'est qu'un motif pour dévelloper le big brother tant attendu de la par de nos chers zélites qui chie de trouille devant les reactions du bon peuple
j'ai piraté des morceaux de musique en streaming.

stephane a dit…

La loi Hadopi, même si elle était finalement votée le 29 avril et approuvée par le Conseil Constitutionnel. Même si le Gouvernement publiait ses décrets d’application, ne pourrait pas être mise en oeuvre. Un règlement européen voté le 10 avril 2008 par le Parlement Européen a déclaré que la riposte graduée est contraire aux droits de l’homme, aux droits civiques et à la proportionnalité des peines. Le Parlement Européen a souvent le dernier mot pour influencer notre vie quotidienne. Les élections européennes du 7 juin auront plus d’importance que la nouvelle lecture de la loi Hadopi le 29 avril...

la suite :

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/hadopi-le-vote-du-7-juin-plus-54933

Avec un régime de plus en plus autoritaire, pour ne pas dire dictatorial ou la plupart des députés ne sont plus que des godillots, il se pourrait bien que le gouvernement français ne prenne pas en compte l’amendement Bono et paye à l’Europe une astreinte annuelle.
La France est déjà hors la loi avec l’affaire des chasseurs d’oiseaux migrateurs dans les Landes qu’elle n’empêche pas de sévir. Elle paye donc une amende chaque année à l’Europe depuis 10 ans... ce qui met le prix du « canard plombé » grosso-modo au prix du canard en or massif.

Je pense que ce n’est pas le prix de l’astreinte qui va les arrêter. de toutes façons elle serait payée avec nos impots... Non, ce qui peut les arrêter, c’est la « pyramide des lois ». En effet, en France, la constitution est la valeur la plus haute dans la hiérarchie des règles de droit. Or, depuis l’après guerre, et grace à René Gassin, la Constitution de la 5e République est soumise à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
Or, la loi Hadopi est contraire à cette Déclaration, le parlement européen vient de le confirmer. Si le Conseil Constitutionnel avalide la loi Hadopi, cela signifirait que la plus haute autorité consultative de la nation n’est plus garante de la constitution française ! Ce ne serait ni plus ni moins qu’un coup d’état.

Et là... on change de combat...

[flash(425,335)]http://www.dailymotion.com/swf/x8qixn_hadopi-brazil_news[/flash]

Anonyme a dit…

"Hotter than July" est pout 3,99€ (plus 2,49€ de livraison) sur amazon.com.

Kamil a dit…

Au risque de me faire avocat du diable, qu'en est-il du qualitatif dans tout ca !? ... Au-delà de l'acte subversif de télécharger, qui s'attaque au showbizz -et que je soutiens totalement- ; est ce que l'on se rend compte que démocratiser la "culture" autant, c'est en quelque sorte la massacrer ...

Pas la peine de chercher loin, demandez autour de vous : TOUT LE MONDE A DÉJÀ ÉCOUTER TOUT ! mais qui dans le lot dans a compris la magie de la musique !? quasi personne ! ..

Et puis, entre nous ! La propagande hollywoodienne dans le cinéma, elle pue tellement la soif de pouvoir et de manipulation, qu'elle devrait être surtaxée pour ceux qui y trouvent encore en la regardant, matière à se divertir ...

Anonyme a dit…

Les artistes gagneraient autour de 1/1,5 Euro par album vendu et les distributeurs achetent les CDs autour de 6 Euros pour les revendre à ... vous savez bien ! et je crois même que certains distributeurs retournent les stocks d'invendus aux labels ou payent les CDs achetés que lorsqu'ils les ont effectivement vendus... gestion du risque!

Anonyme a dit…

Sauf erreur de ma part, le .flac n'est pas simplement proche du CD,c'est le son reproduit à l'identique, il n'y a aucune perte de qualité.
En revanche la compression dépasse rarement les 50%.
La différence avec un mp3 "qualité CD" saute aux oreilles pour qui y prête un peu d'attention.

Les formats dit "lossy", avec perte donc, comme le .mp3 ou le format .aac, enlèvent une partie du son contenu dans les chansons pour gagner un maximum de place, et notamment dans les aigus.

Alors payer 9,90 sur Itunes pour un album dont la qualité sonore n'est pas, et de loin, conforme à l'original, c'est du vol !

Anonyme a dit…

"de s’y mouvoir s’en heurter un client "

100 heures thé?

seb musset a dit…

Merci Anonyme pour la remarque de cette lamentable faute de dyslexie avérée, et corrigée.

greg a dit…

A bas HADOPI ! C'est quand la manif à Marseille ?
Merci