samedi 6 décembre 2008

Larbin de rentier, un métier d'avenir


Dans l'océan de marasme soumis au flux et reflux des mauvais chiffres, cette dépêche de L'AFP reprise illico par Le Figaro évoque l'île, promise et idyllique, dont certains jetés par-dessus bord du paquebot France aperçoivent résignés les contours de la servitude institutionnalisée :

"Plus de 2 millions de particuliers employaient un salarié à leur domicile fin 2007, soit une hausse de 4,3% en un an.. [...] l'augmentation des employeurs à domicile est "étroitement" liée au développement du chèque emploi service."

(...et à l'augmentation d'une certaine classe d'âge,
à la retraite et plutôt aisée, toujours plus inventive pour qu'on évite de l'appeler "Grand-père" et "Mamy" ou qu'on la traite d'inactive, mais qui ne dit pas non pour qu'un petit jeune lui fasse les courses, le ménage et la boustifaille, le tout à prix réduit.)

En vérité je vous le dis, c'est de domestiques dont manque ce pays !


6 commentaires:

Anonyme a dit…

Les vieux riches font travailler les jeunes pauvres.
Les jeunes pauvres font koi? à part pleurer ?

En aidant directement les pauvres c'est peine perdue, ils consommeront chinois. En aidant ces fenians de riche ils feront koi, ils embaucheront les pauvres pour faire les taches ingrates, payeront des impôts et beaucoup de tva, ce qui permettra de perfuser encore une fois ces pauvres.

Denis a dit…

Bonjour Seb,

Je ne peux pas parler pour tous les employeurs, mais dans mon entourage je peux assurer que ce ne sont pas que des personnes agés qui embauchent des boniches à la maison pour faire ce qu'ils n'ont jamais été capable de faire ( le ménache meuchieu). 3 couples d'amis et de connaissance ont une boniche, et le plus agé d'entre eux a 33 ans.

Effet de mode comme l'immobilier : un a commencé par avoir une bonne argumentant que le temps gagner à ne pas faire le ménage lui était très profitable pour d'autre activité.
Alors d'autre voyant cela et se disant que cela donnait une bonne apprence de richesse ont suivi.

Bon voila, c'était juste pour te reprendre une fois encore et essayer de contre balancer ton coté "dehors les vieux" ;)

seb musset a dit…

Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit, c'est une constatation démographique. Ma génération aurait un peu plus de pognon, elle ferait exactement pareil (ce que tu me confirmes)

Nous glissons dans la société de service (de serviles ?) idéale où chacun sera l'esclave de l'autre tout en étant son propre bourreau (cf auto-entrepreneur)

seb musset a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
seb musset a dit…

P.S > Je viens d'une région où 99% des employeurs particuliers ont 30 ans de plus que leurs "emplois services" et où il est plus souvent question de tailles de haies et de repas servis à l'heure que de soutien scolaire ou d'assistance maternelle.

Ce qui oriente un peu mon discours ;)

Pendant ce temps le Figaro continue à chouchouter son cœur de cible...
http://www.lefigaro.fr/sante/2008/12/06/01004-20081206ARTFIG00302-on-se-sent-plus-jeune-que-son-age-a-ans-.php

Duyhai a dit…

Vu récemment dans un article sur lemonde.fr, ils parlaient des statistiques qui montraient que la génération du baby boom aujourd'hui est relativement plus riche que les autres. Loin du cliché "anti-vieux", ça confirme le fait que les générations après celle du baby-boom se sont appauvries.

La génération 18-25 ans aujourd'hui est vraiment dans la misère, coincée entre le chômage et les CDD à rallonge. L'existence même des mouvements comme 'Génération Précaire' est un signe des temps