vendredi 3 octobre 2008

Pause bête (signes exterieurs d'un pays qui a perdu la raison)

Mon livre enfin fini (c'est pour bientôt), entre deux journées de travail publicitaire pour une multinationale de la propreté (colossaux articles à venir), histoire d'oublier "leur" crise économique planétaire (vraiment ils me fatiguent avec leurs thunes), je me balade par beau temps dans un paris à l'automne naissant (le moment optimum pour "profiter" de cette ville que, par ailleurs, je déteste). Dans le marais, évidemment, je croise par hasard un ami homo pas vu depuis cette soirée M6 spirit.

L'AMI HOMO (vendeur en boutique)
Ouais, on [son copain homo et lui] a craqué en revenant de Saint-Tropez ! C’est mes voisins [dans le lotissement à 50 kms de Paris] qui ont commencé ! Ils ont acheté une Audi TT. Alors, j’ai revendu la Smart et on s’est offert une Mini. Alors bon c’est sur, ça coûte de l’argent, mais c’est un investissement. Puis, tu comprends : La Smart ça faisait un peu minable pour mon standing trentenaire / cadre. (Notons au passage qu’il est plus proche de 40 que de 30)

Que l'on ne m'envoie pas de courriel prétendant que je "caricature", c'est ici la stricte reproduction de sa réponse à ma question : "Alors, comment ça va ?".

Je poursuis mon chemin vers le Quai des Célestins, dans un des coins les plus discrets et onéreux de la capitale, la réserve de riches par excellence : le IVe arrondissement. Au bout de La Rue des Rosiers, je tombe face à face avec un square rebaptisé du nom du prix Nobel de La Paix dont on célèbre l’œuvre humanitaire de portée mondiale à ridiculiser le Mahatma Gandhi :



Le soir, petite faiblesse, j'allume la télé. Sur Direct 8, j'assiste au début d'un talk-show "novateur" et "irrévérencieux" au nom pourtant attrayant : "Langue de bois s’abstenir !" Voici ce qu’en dit le site de la chaîne :

"Il s'agit d'un débat totalement libre, le plus vivant et le plus contradictoire possible. Tous les sujets sont abordés, en particulier des sujets culturels. Quatre débatteurs sont autour de la table : Des personnalités les plus diverses du monde des médias."



Sont invités ce soir par Philippe Labro, 72 ans : Michelle Cotta, 71 ans, Philippe Teysson 80 ans, Pierre Benichou 70 ans et un petit jeune, Jerome Béglé, la quarantaine bien entamée, de "Paris Match" ce qui, mécaniquement, double son âge. Talk-show ou tea-party à l'hospice des vieux chênes du PAF ? Des personnalités diverses ? Pas vraiment. Ils ont tous le même âge, les mêmes revenus, sont proches du pouvoir, ont exercé ou exercent toujours les mêmes fonctions et habitent le VIIIe ou le XVIe arrondissement. J’imagine que ces retraités cumulards à 2000 euros la pige, anciens parrains de la presse vont parler de la "liberté" de celle-ci ou encore de "La France qui ne travaille pas assez". Voilà résumé en un plateau, le problème principal de La France : La prétention d’une classe d'âge sur le déclin, mais accrochée à ses postes et à son pognon, à donner des leçons de morale et de conduite aux plus jeunes.

Ecœuré, je coupe le poste et ouvre au hasard le Pense-bête de Paul Léautaud qui vise toujours juste :

"Je n'ai jamais été satisfait de rien. J'ai toujours trouvé des motifs de déceptions, d'imperfections, de mécontentements, de reproches, d'hostilité. Cela même à mon propre égard, et trouvant à cela de grandes jouissances".

3 commentaires:

Yann a dit…

Salut Seb et félicitations pour avoir fini ton livre !
J'ai pas encore lu le 1er, mais je te confirme ce que je t'ai mailer cette semaine !!!!
Autre solution pour éviter de supporter ces visages de la télé, casser sa télé et ne plus payer la redevance (c'est déjà ça de pris).
avec le net, on peut s'informer et non pas se désinformer comme actuellement avec le JT !

++

Yann

Vincent a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Vincent a dit…

Gueule de bois, ce matin (Qui est exceptionnelle, je le jure ma main droite posée sur ma grille de garantie mutuelle).

Je ne vois pas en quoi une voiture est un investissement, sinon à chercher à monter d'une caste à l'autre (C'en est un alors?).

C'est désolant, tout comme les vioques au cul doré avec job à vie garanti par le pouvoir qui viennent m'agresser jusque dans mon salon. Le seul choix de vie possible est de continuer à m'abrutir, à passer à coté de ma vie, et pire, à nourrir un système merdique.

J'aurai du boire plus d'eau avant de me coucher hier soir. Et ne pas allumer cette fichue télé.

@yann : "Avatar", tu verras, est un super medoc contre la gueule de bois. (et pas le seul, heureusement)