vendredi 16 mai 2008

BOULEVARDS DE LA MORT

50.000 fonctionnaires en colère défilent dans les rues de Paris. Notre monarque ne trouve à répondre à la masse aigrie qu’un « il faudra dorénavant que ses professeurs grévistes préviennent quarante-huit heures à l’avance. Ils auront obligation d’assurer un service minimum d’accueil aux enfants » qui résume bien ce que la droite pense de l’éducation publique (synonyme d’école des pauvres dans lesquelles ne se pervertiront pas leurs enfants). Pour la clique Sarkozienne, quand l'école n'est pas une menace c'est au mieux une garderie et les professeurs des fumistes en vacances permanentes dont on finira bien par avoir la peau en quelques quinquennats de droite libérale. Lire et écrire ne sert à rien en économie de compétition généralisée, il faut savoir suer au travail et surtout consommer (français ci possible). Dommage : du travail il y en a peu, du pouvoir d’achat encore moins et de toutes les manières maintenant tout est fabriqué en Chine.

Notre monarque essaye donc en direct à la télévision de jouer la carte des "vrais travailleurs" contre "les feignants de fonctionnaires". Un vieux classique de la droite qui garantie ses parts de marché aux Grandes Gueules d’RMC. Je me garderais bien de prendre partie l’un ou l’autre des camps puisque à mon sens ils sont un seul et même continent dont, depuis ma croisière en solitaire, je n’aperçois que rarement les rives.

Un peu plus tôt dans la journée Christine Lagarde, ministre de l’économie et de la mythomanie sort son habituel rapport féerique sur la bonne santé financière du pays. Manipulation idéologique d'un côté, intoxication statistique de l’autre : ce gouvernement enlisé dans les conseils de "publicistes" du siècle dernier, n'a plus aucune tripe. Des arpenteurs gauchistes du pavé à certains députés de la majorité à l’étroit dans leur cénacle, ils sentent bien que le vent est mauvais pour un gouvernement qui est soit incompétent, soit présomptueux, soit terrorisé ou, plus sûrement, les trois à la fois.


1 commentaire:

Anonyme a dit…

Comme nous somme sur un Blog, il est possible de laisser des commentaires, profitons-en.
J'ai découvert votre site par hasard, comme cela arrive bien souvent sur la "Blogosphère".
Je ne comprends pas votre position politique ou plutôt polémique.D'un point de vue artistique le style est vaguement attirant.De façon global il est légerement marrant.
Polemiquement parlant cela laisse entrevoir peu de perspective cad que l'on est dans le un peu bien, moyennement mauvais et un middle-low position.Une vague idée de déconstruction constructive.
La créativité fait vaguement réference à un Mr Tarentino-Poelvoorde saupoudré de quelques plan Blairwitchien. Le projet est difficilement cernable.
Les quelques phrases tapotté sur clavier du PC, nous laisse entrevoir un champs sémentique quelque peu "vulgaire facile" et un emprunt de un bouquin de Miller et une vague reflexion à Bukowskienne aurtour d'une mousse.
Appelons cela du easy-vulgar.
Les philosophes appelent cela le vide existentiel , il s'en nourrissent.Les peintres une toile blanche donc l'inspiration.
La psychologies : une petite depression cela se soigne.(avec le temps).Les mathématiques , tout simplement la valeur nulle , qui est facilement transformable en l'infini.Les autres le place au dessus de leur têtes , c'est evidemment Dieu.
Et moi j'ai apprécié cette vidéo :
http://www.dailymotion.com/video/x424mh_sm-tv1-les-gentils-stagiaires_politics.
mais je suis déçu par votre Blog, ducoup pas envie d'acheter le bouquin , cela doit être (passé moi l'expression) "chiant".
La preuve j'ai même pas poussé un coup de gueule , je spam vos post...tatatinnnnn