jeudi 7 juin 2007

MON BEBE, IKEA ET MOI (Génération de merde)

Non, après tout, je ne suis pas si négatif que ça. Mais, n'en déplaise aux hypnotisés, dans un monde compétitif basé sur la rentabilité et le culte de soi, avoir des enfants est une question d’argent et une prise de temps.
A l’heure des nanotechnologies et de l’interactivité planétaire en temps-réel, neuf mois d’attente et une déformation physique c'est d'une ringardise ! Ah, si j’avais des enfants…Il me faudrait payer des gens pour qu’ils les fassent à la place de mon couple et en payer d’autres pour qu’ils s’en occupent, après la naissance. De plus, il me faudrait multiplier l’initiative dans plusieurs continents car elle et moi ne sommes pas décidés sur le coloris. Quelle couleur d’enfant irait le mieux avec notre ensemble Expedit ?

2 commentaires:

Un de vos lecteur a dit…

Je sais que l'on vie dans une époque pourrie.
La société de la névrose et de la frustration, de matérialisme, de néo matriarcat et d'obscurantisme à la sauce américaine..., ne doit pas nous faire oublier que l'on peu la changer non cette ?

Vous écrivez des livres... moi je l'ai lit et j'en parle a mes amis qui essaye d'y voir clair et tous ensemble on essaye d'avoir assez de culture de mot de verbe... pour tentez de ne pas finir bobo ou beauf... mais bon si on pouvait transmettre cet optimisme à une nouvelle génération... peut-être que tu croit que je ne suis q'un gamin abruti mais au moins je me dirait que j'ai essayé... et puis si faire des enfants n'est pas la solution je l'apprendrais a mes dépends...

Anonyme a dit…

Ne pas faire d'enfant est une forme de capitulation. Les gens facilement manipulables ayant tendance a en faire plus que les autres, si ceux qui ont encore un peu de culture décident de se refermer sur eux memes, c'est la chronique d'une mort annoncée.