mercredi 16 août 2006

SARKOZY A LONDRES

Le responsable du home office anglais, John Reid, reçoit ce jour la crème des ministres de l’intérieur européens. Accolades appuyées à notre Astérix, le Goebbels à talonnettes, Nicolas Sarkozy. Après une matinée de congratulations quant à leurs derniers résultats en date suite à leurs efforts conjoints pour balancer progressivement les simples d’esprits occidentaux à la soumission la plus complète via une terreur artificielle maintenue sous couveuse avec la plus grande des attentions, John Reid organise à ses petits camarades une après-midi de travaux pratique. Et, c’est un 747 d’United en direction de Washington et en provenance d’Heathrow - ou les consignes de sécurité et la fouille des passagers peuvent désormais prendre quatre à six heures - est détourné sur l’aéroport de Boston au prétexte qu’une femme y détient des objets interdits : un tournevis, un briquet, un tube de vaseline et une note d’Al-Qaida. Cette mondiale des petits chefs a beau nous préparer une société à la minority report, s’ils comptent sur la main d’œuvre sous payée des personnels d’aéroport pour assurer la sécurité des bagages et des contrôles, le pire est à espérer. Enfin, ça ne tuera que quelques contribuables et cela servira toujours la cause de la terreur.