mardi 6 juin 2006

666 - GOOD DEVIL DAY

J’écoute amusé depuis Londres, les échos français de polémiques anticipées d’entre deux tours d’élection présidentielle quant aux nuances entre les des deux candidats prévus par les happy-fews qui croient faire l’opinion : Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. Je ne vois personnellement pas la différence entre ces deux incapables, respectivement, un frontiste social à grande gueule qui n’a rien accompli de probant et une prétendue socialiste bourgeoise chassant à cours sur les terres de droite. La vraie question reste le comportement de l’électeur français. Saura-t-il, comme pour le référendum de l’année dernière, résister à l’intoxication idéologique de la classe people-politico-médiatique où s’engouffrera-t-il, apeuré, dans les encadrements de portes inexistantes à force d’être défoncées, comme le 5 mai 2002 ?

Je ne souhaite plus qu’une chose pour ces élections présidentielles de 2007 : Un premier tour dont le résultat apocalyptique marque l’aboutissement logique de la cécité des élites, le ridicule de sa people-politque ainsi que l’atomisation nette de la cinquième république, une chose horrible mettant en compétition finale - comme dans un de ces épisodes de série B japonaise aux couleurs criardes - les deux honteuses créatures françaises, résidus de trente ans de pollution idéologique et d’occultation de débat public : l’extrême gauche et l’extrême droite, starring Jean-Marie Le Pen dans le rôle de Godzilla et José Bové dans celui du Monstro-plante.

Aucun commentaire: