mardi 30 mai 2006

ABUS DE POUVOIR PARENTAL

Je repense aux parents, à l’abus de propriété dont l’enfant est toujours la victime dans la société du confort.

Je repense aux revendications lancées par ces trentenaires irresponsables au fruit innocent de leur soumission hormonale : Tu fais ce que je dis, tu me dois le respect !

A l’inverse du devoir de propriété dans le cadre duquel ils imaginent d’instinct que leur enfant leur soit éternellement redevable d’être en vie, je revendique, sur la base du même rapport, que les enfants aient le droit d’attaquer leurs parents en justice a fin d’obtenir des dommages et intérêts pour le préjudice subi.

Aucun commentaire: