samedi 1 avril 2006

WELCOME TO THE CRUEL WORLD

Après une nuit froide, à peine réchauffé par le corps de Lou, je trouve sur le pare-brise du tank, une amende de quatre vingt pounds pour stationnement devant ma propre maison, au fond du ruelle peu fréquentée. Au dos du ticket, on me fait l’éloge généreux d’un discount de 50% pour un paiement sous quatorze jours. Je me rends en tank, au risque d’une deuxième amende, au Parking shop sur Walm Lane. Au juger de l’efficacité du service de contrôle du stationnement et au titre pompeux de l’endroit, je m’attends à un complexe tentaculaire sur plusieurs niveaux où fourmilleraient des centaines de fonctionnaires payés à l’intéressement. Il n’en est rien, la pièce est un carré légèrement plus large que ma chambre où s’enfile une bonne vingtaine de conducteurs bons à payer, s’égrainant au bon vouloir des deux apathiques préposés aux guichets. La patience anglaise n’est pas ma principale vertu. La soumission de ce peuple est effarante. Au bout de quarante cinq minutes, je dois m’acquitter d’un permis de visiteur - alors que je suis résident - de cinquante pounds - cela en sus de mon amende que je ne peux pas régler simultanément car elle est trop récente -. Tous ces tarifs et conditions n’étant bien évidement pas indiqués sur le site internet du Brent council depuis lequel j’ai fait, il y a dix jours, ma demande de permis restée sans réponses.

Je passe, à trente-quatre ans, le reste de ma journée à tenter d’aménager ma part de colocation. Le mot colocation m’arrache les doigts. Rien n’y fait, à la fin de la journée l’endroit est toujours aussi encombré que sombre.

Aucun commentaire: